La crème de la crème à Chantilly

Dimanche 10 septembre dernier avait lieu à Chantilly la 4ème édition du concours “Art & Elégance” qui veille à perpétrer la tradition de l’élégance automobile à la française, en présentant les plus belles voitures classiques (pré-1966) devant 16 000 spectateurs vêtus de leurs plus beaux atours champêtres.

Un concours dépassant les frontières des Etats et des âges

Des voitures parfois venues des côtes est ou ouest des Etats-Unis en container pour être admirées une journée, des moteurs plus propres et plus brillants que les couverts d’un restaurant étoilé, des carrosseries astiquées jusqu’à la dernière minute par son propriétaire passionné… Mais aussi des activités et attractions en rapport avec la ville : des chevaux, des gaufres à la crème Chantilly, ou encore une montgolfière, de petites embarcations à voile : tout pour occuper petits et grands, et ceci sur les pelouses du jardin à la française du château de Chantilly.

Pluralité est un mot qualifiant bien ce concours ; on y voit des autos très haut de gamme de toutes marques, de toutes époques entre 1900 et aujourd’hui ; des véhicules de course, des véhicules de tourisme ; des voitures préservées “dans leur jus” (comprendre : ayant subi un minimum de transformations et gardant un maximum de ses matériaux et peintures d’origine), des voitures plus neuves qu’à la sortie des usines 50 ans plus tôt ; des anglaises, des françaises, des allemandes… Et malgré la présence de très belles et franchement exceptionnelles automobiles, nous parvenons à profiter d’une atmosphère détendue.

Quelques unes des concurrentes dans différentes catégories.

 

Le macaron “Grand prix des clubs” attribué aux voitures les mieux conservées, coups de coeur du jury
Cette Bugatti Atlantic de 1936 a rencontré quelques soucis pour démarrer à la présentation devant le jury mais est bien arrivée toute seule pour récupérer son prix à la fin de la journée ! (1ère place “Best of Show avant-guerre”)
Le capot levé de cette même Bugatti
Mon coup de coeur personnel : cette Bugatti Type 57S Gangloff Coupé (1937), sacré 2ème prix spécial des “Bugatti 57S”
La fameuse Ferrari 250 Testa Rossa 58, victorieuse du Mans en 1958, 1er prix “Best of Show après-guerre”.
Les concepts Citroën CXperience (à gauche) et Renault Trezor (à droite), déjà présentés lors des Salons de l’auto, ici ex-aequo dans la catégorie “Best of show du Concours d’élégance”, en présence du directeur du style de Renault Laurens Van den Acker et ses sublimes sneakers
Bugatti Type 35 (1926), 1er prix “Petites et grandes avec son modèle électrique pour enfant” (pas sur la photo)
BMW électrique pour enfant
Wouhooouu des confettis

Des présidentielles

90 voitures historiques venues du monde entier pour participer aux concours, les centaines de voitures de passionnés, mais également les voitures présidentielles françaises de De Gaulle à Macron rassemblées :

DS21 de Charles de Gaulle
DS d’apparat de Charles de Gaulle

La DS7 d’Emmanuel Macron – on se permettra de relever juste un instant une proximité peut-être plus évidente avec une Audi Q5 qu’une DS21…

De l’électrique ? Mais naturellement, de l’électique !

Il est parfois de bonne augure de rappeler en douceur que l’électrique a longtemps devancé le thermique, et qu’il ne s’agit pas d’une invention lumineuse des constructeurs datant d’hier. Avec ses avantages, ses inconvénients, et le reste est de l’histoire.

L’autonomie de ce véhicule, en 1910, était de 127km pour une vitesse maximale d’environ 30km/h.

Detroit Electric Model D Brougham(1910), 1er prix catégorie “Un siècle de voitures électriques”

Des chevaux dans tous leurs états

Puisque nous sommes à Chantilly, capitale du cheval, il était évident qu’entre deux moteurs faisant toujours rugir leurs 250ch, des décennies après avoir participé au 24H du Mans, nous aurions quelques spectacles équestres nous rappelant d’où vient cet amour de la vitesse et de l’élégance combinés.

De magnifiques chevaux marchant dans les règles de l’art, se cabrant ou des courses effrénées de haute voltige à dos de cheval lancé au galop – pourquoi ne passerais-je pas sous ma monture, entre ses pattes tandis qu’elle galope en cercle autour d’une fontaine devant des milliers de spectateurs, et ce en moins de dix secondes ? – nous étions subjugués.

Un cadre idyllique

Comment conclure sans relever l’élégance-même du lieu accueillant la manifestation, ce château du XVième siècle et ses jardins à la française qui ne manqueront pas de faire la fierté des locaux et la joie des étrangers, notamment anglo-saxons, venus nombreux pour l’occasion. Nous avons même bénéficié d’un soleil miraculeux en ces temps très pluvieux.

La piste autour de la fontaine où défilent les voitures devant le jury et l’assemblée.
Même fontaine, vue de l’autre côté sur les jardins à la française.

Tous les paris sont gagnés ! Une journée passée entièrement à regarder des voitures, à échanger avec des passionnés sans voir les heures passer : L’occasion d’un bon dimanche à manger des gaufres à la crème chantilly et pourquoi pas s’offrir une voiture de collection à 500 000 € aux enchères ?

 

Photos : Benoît Michaëly pour Maze Magazine

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés