Au revoir Sonia

Elle vivait sa vie à des années-lumière des diktats et autres conventions sociales qu’on a bien pu lui imposer, et marquait ses créations de sa philosophie libératrice sans faille. Sonia Rykiel nous a quittés le 25 août, mais bien loin de disparaître, elle devient au contraire éternelle.

Quand, en mai 1968, les étudiants et les intellectuels entraient en conflit avec la société, Sonia Rykiel protestait également, à sa propre manière. Créative, libératrice, indépendante, Sonia était tout à la fois. Elle ne voulait pas faire de la mode, elle l’a tout simplement révolutionnée.

Sonia Rykiel s’est éteinte le 25 août à l’âge de 86 ans, des suites de la maladie de Parkinson. Elle aura laissé derrière elle un empire considérable, en partie repris par sa fille Nathalie, et une philosophie qui a marqué des milliers de femmes. Pas question de se conformer à la mode de l’époque, cette dictature qui enfermait le corps sans le laisser vivre. Tout dans sa personne rejetait le système, jusqu’à sa chevelure rouge flamboyante inoubliable.

À Vogue, elle disait en 2003 : « Ma mode est une philosophie de la vie, j’appelle ça la démode. C’est oser les coutures à l’envers, ne pas avoir d’impératif, faire enlever aux femmes leur soutien-gorge ». Elle habillait ses mannequins de pulls rayés, de maille aux slogans tapageurs et aux couleurs flashy. Elle voulait que ses défilés soient vivants, rieurs, vibrants, exaltés. Elle rendait les femmes heureuses parce qu’elle comprenait chacune d’entre elles, et finalement cette libération a été pour elle l’histoire d’une vie.

Finalement, Sonia Rykiel était l’alchimie parfaite entre la philosophie de Coco Chanel, et les cheveux et la créativité de Grace Coddington. Car si Coco a coupé ses cheveux, et a permis aux femmes de porter des pantalons, des canotiers et du jersey, Sonia elle, a libéré des soutien-gorge, et a fait de ses créations une affaire presque politique, et entièrement féministe.

Alors certes, nous avons perdu Sonia, mais nous avons gagné une nouvelle figure moderne de la libération des femmes, une révolutionnaire presque historique ainsi qu’une nouvelle étoile au panthéon des créateurs qui ont changé l’histoire.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés