Un week-end au Mondial du Tatouage

La quatrième édition du Mondial du tatouage s’est déroulée du 4 au 6 mars à la Grande Halle de la Villette et Maze était présent. Cette année les parrains étaient Daphné Bürki, présentatrice de la Nouvelle édition sur Canal + et Gunther Love, comédien et directeur artistiques de plusieurs clubs parisiens. Au total, 350 tatoueurs venant de 30 pays différents sont venus. Cette fois-ci, nous en avons profité pour en interviewer certains qui nous inspiraient…

Cockney, Paris

cokney_01 cokney_02cokney_03

Comment en êtes-vous venu à être tatoueur ?

Je trainais dans des milieux où les gens se font beaucoup tatouer, je faisais du dessin, du coup au début on me demandait de faire des dessins pour des tattoos et les gens allaient se faire tatouer ailleurs. Peu à peu les gens m’ont demandé pourquoi je ne tatouais pas et puis une personne que je connaissais avait du matériel qu’il n’utilisait pas et il m’a proposé d’essayer, j’ai essayé et ça l’a fait.

Depuis combien de temps êtes vous dans la profession ?

Dix ans.

Comment décririez vous le style de vos tatouages ?

Je dirais que ce que je fais ça reste quand même assez figuratif. Après je suis assez ouvert et j’essaie de mélanger les choses. Après, je pense que le tattoo japonais – pas dans le sens des motifs japonais – c’est une façon de travailler le dessin qui marche bien avec le tattoo, et qui permet que le tattoo, même dans le temps, vieillisse bien et garde une certaine pêche. Donc c’est vrai que ce genre de dessin, j’aime bien.

Un tatouage qu’on vous demande beaucoup ?

Ça dépend des périodes, ça peut aller de serpent à tête de loup, à la pivoine…

Le tatouage que vous avez réalisé dont vous êtes le plus fier ?

Oh, je ne vais pas faire de classification entre les tattoos. Après c’est marrant, il y a des tattoos, tu ne sais pas pourquoi, dans le temps, même si ton style et ta pratique évoluent, et que tu progresses, tu gardes une émotion en les regardant.

Où le retrouver : http://cokney.com

Léa Nahon, Liège

27b9e092d3_1888539452lea_nahon_01

© Anthony Dubois
© Anthony Dubois

Comment en êtes-vous venu à être tatoueuse ?

Ce n’était pas du tout une vocation. Quand j’étais jeune, je cherchais un boulot à mi-temps et je suis rentrée chez un tatoueur. Après, tu ne rentres pas chez un tatoueur comme ça, il y avait quand même un attrait pour le tatouage. C’est lui qui m’a appris et c’est parti de ça.

Depuis combien de temps êtes vous dans la profession ?

 Quinze ans.

Comment décririez vous le style de vos tatouages ?

Ça n’a pas vraiment de nom. Je fais des croquis, et je suis assez flemmarde pour ne pas les finir et les gens aiment bien comme ça, donc je les tatoue comme ça. C’est un gros gain de temps !

Un tatouage qu’on vous demande beaucoup ?

On ne me demande pas trop de tattoo. En général, c’est moi qui propose les dessins et les gens doivent choisir dedans. Après il y a des trucs qui reviennent, par exemple les crevettes. J’ai fait une baleine l’autre fois, les gens aiment bien. Et puis en général je fais des portraits.

Le tatouage que vous avez réalisé dont vous êtes le plus fier ?

C’est un portrait –réalisé pour la marque Fleur de bagne– et celui la, quand je l’ai tatoué sur le mec, j’étais dégoûté que ce soit pas moi l’ai. Je l’aime bien…

Combien de tatouages avez vous ? Un favori ?

Je me dis que j’ai un seul tatouage, un gros. J’en ai plein de préférés mais on va dire que ma préférence va à un portrait de Rocky Balboa, par Rocky Zéro.

Un fait marquant dans votre carrière de tatoueuse ?

Le mois de juin prochain j’ouvre mon magasin, c’est pas mal non ? Je l’ouvre à Liège.

Où la retrouver : http://www.leanahon.com

 Deno, Londres

deno_01deno_02deno_03.jpg

Comment en êtes-vous venu à être tatoueur ?

Depuis que je suis petit, j’ai toujours dessiné, peint. Quand j’avais 12 ans, j’ai commencé à faire des graffitis. Finalement j’ai trouvé le tatouage, et ça fait déjà 15 ans que j’en fait et ça me plaît beaucoup.

Comment décririez vous le style de vos tatouages ?

J’essaie de faire quelque chose de personnel. Mon style se base sur la technique du tatouage traditionnel, avec des lignes épaisses et beaucoup de noir. Je fais mes propres dessins, à ma façon.

Un tatouage qu’on vous demande beaucoup ?

Je fais beaucoup d’animaux.

Le tatouage que vous avez réalisé dont vous êtes le plus fier ?

J’essaie de faire en sorte que chaque tatouage que je réalise soit le plus beau.

Combien de tatouages avez vous ? Un favori ?

J’ai beaucoup de tatouages. Je ne les compte pas mais il me reste très peu d’espace pour me tatouer. Le dernier que je me suis fait tatouer, j’en suis très content.

Un fait marquant dans votre carrière de tatoueur ?

Avoir des enfants. Cela a beaucoup influencé mon travail. Mes trois enfants ont beaucoup changé ma façon de voir les choses, de voir la vie.

Où le retrouver : http://www.sevendoorstattoo.com