Musique en bref – Deuxième service, jeunes pousses et vieilles soupes

Alors que l’année s’achève, dernier petit tour d’horizon des dernières sorties musicales de 2018.

Charlotte Gainsbourg – Take 2

Plus d’un an après un album acclamé et une tournée qui n’a cessée de désemplir. Charlotte Gainsbourg continue de surprendre dans ses sélections musicales toujours plus audacieuses, des choix affirmés qui lui vont à merveille. Sa voix éthérée scie fiévreusement au travail musical du producteur SebastiAn, ainsi qu’aux compositions live qui encadrent son exécution. Trois nouveaux morceaux, joués précédemment en concerts pour certains, Such Remarkable Day, Lost Leonore et Bombs Away, figurent sur cette excroissance de Rest. Elle s’attarde ainsi sur le morceau Deadly Valentine, véritable pierre angulaire glorieuse de son album. Cet EP de cinq morceaux renferme par ailleurs, une réinterprétation live de l’illustre Runaway de Kanye West et Pusha T sorti en 2010, Charlotte Gainsbourg signe dès lors une seconde prise pleinement touchante.

Sortie : 14 décembre

Coup de cœur : Runaway (Live)

Caroline Fauvel

 

Kaytranada – NOTHIN LIKE YOU / CHANCES

Le producteur canadien qui avait assuré un set mémorable au Pitchfork Music Festival de Paris en novembre dernier vient de sortir son nouvel EP intitulé NOTHIN LIKE YOU / CHANCES. Kaytra propose ici un EP bref mais efficace, en trois parties avec deux versions pour chacun des morceaux, dont une instrumentale, ainsi qu’une composition solo IT WAS MEANT 2 B. Fervent adepte des collaborations, il fait ici appel au talent de Ty Dolla $ign pour le morceau NOTHIN LIKE YOU, et à la voix suave de Shay La pour le morceau CHANCES. Cet EP dans la lignée du travail de prod auquel nous a habitué Kaytranada, se trouve ainsi mis en valeur grâce à l’emploi de ces approches distinctes, deux ans après son album 99,9% qui jouait aussi sur cette cohérence entre musique instrumentale et chantée. L’avant-goût d’un second album à venir ?

Sortie : 30 novembre 2018

Coup de cœur : CHANCES (Instrumental)

Caroline Fauvel

 

 

Suna – Surprise Surprise

Suna, ou Antoine Eynus, sort son premier EP. Un artiste français qui cultive une différence singulière en proposant une musique électronique cadencée et multiple. Après s’être illustré au travers d’un morceau, Grey (feat. Astrid), sorti chez PIAS, et un remix pour le groupe Radio Elvis sur leur album Les Conquêtes l’année passée, le producteur se lance. Quatre morceaux, quatre axes musicaux : Dis oui, Focus, Coeur Coeur, Noir. Le ton est donné, et ce n’est pas sans nous rappeler les productions métamorphes d’artistes comme Club Cheval, Caribou ou Four Tet, du moins sur certains points. Car Suna explore sa propre musique et nous invite dans ses tribulations astrales, oscillant entre une house frénétique et des compositions à la mélancolie flagrante. En seulement quatre morceaux, Suna parvient à offrir une palette subtile de son appréciation de la musique tout en conservant une unité toute particulière.

Sortie le 14 décembre 2018.

Coup de cœur : Focus

Caroline Fauvel

 

Neil Young – Songs for Judy

Poursuivant l’exploration de ses archives (dont le second coffret est attendu pour 2019), le loner publie un enregistrement live de 1976, tournée où il effectua les premières partie, en solo et en acoustique, de son groupe Crazy Horse. Un unique inédit (No One Seems To Know), beaucoup de raretés (Pocahontas, Give Me Strength, Campaigner, Old Laughing Lady, Journey Through The Past) mais aussi des versions très étonnantes, comme le sublime A Man Need a Maid à l’étrangeté mystique. Pour le reste, le plaisir de retrouver les compositions flamboyantes de sa plus faste période acoustique est intact. L’atout du disque est aussi dans sa construction, généreuse suite de 23 chansons ponctués d’interventions à la fois drôles et touchantes, principalement axés autour de la fumette et de la visite du fantôme de l’actrice et chanteuse Judy Garlands (!) qu’aurait reçu Neil Young et qui donne son nom à cette compilation. Un témoignage lumineux fait de joyaux de la longue et prolifique carrière du canadien dont nous aurions tort de nous priver.

Sortie : 30 novembre.

Coups de coeur : No One Seems To Know, A Man Need a Maid.

Camille Tardieux

 

Michel Polnareff – Enfin !

Il aura fallu 30 ans à Michel Polnareff pour préparer ce nouveau disque. Et pourtant. Passé une interminable introduction, difficile de rester de marbre devant ce flot d’inepties : la montagne, à l’ego surdimensionné, accouche ici d’une sourie. Production à la ramasse, mixage plombé, orchestrations d’un autre âge, mièvrerie extrême dans les paroles aux jeux de mots foireux (Terre Happy) et grivois (Ophélie flagrant des lits, Sumi, Positions) quand elles ne confèrent pas néant (Longtime), rien ne semble aller dans cette suite de chansons ringardes et sans saveurs. Dédié à son fils (dont les interventions servent même de fil conducteur à un tube disco suranné), la voix haut perchée du chanteur déchu reste le meilleur atout de ce disque, même si laminée par les faiblesses de la production et de l’écriture. A titre de comparaison avec le merveilleux “En Amont” de Bashung, pour les fêtes préférons les revenants à ceux qui s’enterrent de leurs vivants.

Sortie : 30 novembre.

Coup de cœur : Grandis pas (pour la voix et la mélodie).

Camille Tardieux

 

Retour en arrière : Macaron – EP

La première case du calendrier de l’Avent 2018 contenait un cadeau des plus doux, à la fois sucré et acidulé. Le premier EP de Macaron s’est discrètement glissé sous nos sapins, apportant joie, détente et folie douce. Non sans rappeler les belles heures des beatmaker du Cloud Rap, le jeune DJ casse les codes de la chill wave et y insuffle des brisures e rythmes, des assonances et des audaces rythmiques, bien loin de ce que l’on peut entendre habituellement sur les radio mainstream. Les quatre titres de l’EP sont d’ores et déjà un pur bonheur ; de quoi s’évader pour quelques minutes, la tête dans les nuages et l’esprit en plein envol vers de nouvelles libertés musicales. On attend avec impatience une suite à ce premier chapitre d’une épopée musicale qui s’annonce déjà pleine de ressources.

Sofia Touhami

La brève de Sofia

Saez – #humanité : Gênant au possible.
Neil Young Songs for Judy : Meh.
XXXTENTACION – SKINS : C’est pas parce qu’il est mort que c’est devenu bien.

Camille Tardieux

ÉTUDIANT EN MASTER MUSICOLOGIE ET EN COMPOSITION ÉLECTROACOUSTIQUE A BORDEAUX. AMOUREUX DES SONS, DES MOTS ET DES IMAGES, DE TOUT CE QUI EST UNE QUESTION D'ÉMOTION, DE RYTHME ET D'HARMONIE.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.