Portier Dean, joyau caennais

Parler d’une chanson, d’un artiste, ce n’est pas facile me diriez-vous. On écrit, on cherche jusqu’au bout de la nuit les mots justes pour parler des sensations que nous procure certains sons. A un moment, il faut donc se lancer et retranscrire sur son clavier ses ressentis. Que dire alors, que dire à propos de cette claque, ce voyage que l’on appelle Portier Dean ? Malgré mon inexpérience dans cet exercice, l’objectif pour moi est d’essayer de partager avec vous cette découverte caennaise qui produit des mélodies enivrantes. Présentation de ce qui pourrait être une des révélations folk dans les mois à venir.

Caen est véritablement un vivier de talents : Orelsan (dernièrement avec son projet Casseurs Flowters), Concrete Knives, ou encore Fakear, montrent que la ville bas-normande nage dans une effervescence musicale. C’est ainsi qu’un nouveau groupe originaire de Normandie fait de plus en plus parler de lui. Hormis si vous êtes un fan de ce groupe normand, Portier Dean ne résonne pas dans vos oreilles comme un nom familier. Pourtant ce trio mérite une attention particulière, lui qui réussit une ascension tout à fait remarquable en peu d’années d’existence. Formée en 2012, la formation caennaise est composée de Gildas, Louis et Gwendal, les 3 membres étant plutôt doués et surprenants puisqu’ils échangent facilement d’instruments pendant leurs concerts. C’est donc en moins de 3 ans que ces jeunes musiciens ont réussi à monter en puissance.

Ce groupe réussit depuis quelques mois à faire reconnaître son talent : ils ont obtenu la première place au tremplin AOC du Cargö de Caen, et sont en course pour remporter le tremplin l’Ampli Ouest-France, choisis parmi des centaines d’artistes. Suite à ces différents tremplins, la bande s’est retrouvée devant un public nombreux lors de la dernière journée du festival Beauregard d’Hérouville Saint-Clair en juillet dernier, où étaient présents Agnes Obel ou Yodelice. Ajoutez à cela une participation au festival Nordik impakt de Caen en octobre 2014 et vous obtenez un groupe qui a su se montrer et défendre ses quelques titres sur scène. Depuis, la visibilité du groupe s’en est ressenti et les 3 caennais font répandre leurs sons dans diverses salles, notamment à Paris. C’est ainsi que le 21 octobre de cette année 2014, le trio sort un EP éponyme de quatre titres très recherchés et travaillés, après avoir publié quelques sons accompagnés de clips, le tout étant particulièrement réussi.

Mais comment définir l’identité musicale de Portier Dean ? Les superlatifs pourraient être nombreux pour parler de ce groupe naturel et de ses compositions qui le sont tout autant : doux, apaisant, relaxant, rassurant, etc. Ce croisement entre musique d’esthétique folk (inspiré de Nick Drake par exemple) et une folk plus renouvelée (comme Evening Hymns) est particulièrement réussi. A des années-lumière des sonorités teintées d’arrangements multiples, les trois musiciens nous offrent avec ces quatre ballades (Some Day I, So Long, The Badger, Evening Twist) des morceaux purs et touchants, qui réussissent à nous faire voyager.

Pour être plus précis, Portier Dean, c’est la définition même d’un projet qui mêle simplicité et minutie, avec des compositions parfaitement ciselées qui prennent des airs de balades. Portier Dean, c’est aussi une voix singulière et enivrante, qui réussit sans excès à nous transporter autre part. Portier Dean, c’est également des sonorités sans grand arrangement, afin de ressortir le meilleur d’un folk doux et authentique. En résumé, Portier Dean est le souffle qui réchauffe nos cœurs à l’entrée d’une saison où le froid s’installe.

C’est donc tout ce condensé qui se retrouve dans les compositions de ces artistes, qui attirent de plus en plus de regards sur eux. En effet, au delà de cet avis personnel, Portier Dean semble être un projet qui en moins de trois ans à su se forger une véritable identité. Cette dernière est présente dans tous les titres, il semble seulement manquer un brin d’assurance dans les compositions, mais ceci est tout à fait objectif. Malgré cela, cet EP sorti le 21 octobre dernier est à consommer sans modération, et laisse présager un très bel avenir pour la nouvelle découverte venue de Caen.

N’hésitez pas à découvrir le groupe sur sa page Facebook ainsi que leur site, où leurs morceaux sont disponibles en écoute libre.

Nicolas Fayeulle

Jeune étudiant caennais passionné par une musique éclectique (Foals, Muse, Hyphen Hyphen et autres Watsky), intéressé par un cinéma grand public, mais aussi avide de sports en tout genre.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés