Musique en bref – Les nouveautés qui font mouche

En cette fin d’octobre, nous retrouvons les albums qui nous ont tapé dans l’oeil. En route pour le tour d’horizon des dernières nouveautés de nos artistes préférés.

Connan Mockasin – Jassbusters

C’est un des albums que l’on attendait le plus pour cet automne 2018, Connan Mockasin sort Jassbusters construit autour du groupe éponyme. Dans une structure sommaire entre envolées abstraites et morceaux plus éphémères Connan Mockasin parvient à ériger une composition hors norme, loin des conventions musicales. Après des albums grandioses comme Caramel sorti en 2013, ou Forever Dolphin Love sorti en 2011, la moitié déjantée de Soft Hair, nous a une nouvelle fois bien surpris avec Jassbusters, qui se veut être un ensemble apaisé. Connan Mockassin vient de présenter au Café de la Danse pour une unique date à Paris, le live de ce dernier album ainsi que le mélodrame en cinq parties qui l’accompagne, Bostyn ‘n Dobsyn, apportant une dimension nouvelle à cette composition éclectique.

 

Sortie : 12 octobre 2018

Coups de cœur : Charlotte’s Thong, Sexy Man 

Caroline Fauvel

Minuit – Vertigo

Finissons-en une bonne fois pour toutes : le fait que Simone Ringer et Raoul Chichin soient les enfants des Rita Mitsouko n’a aucune importance. C’est un premier album électrique que propose Minuit. Un album que l’on a envie d’écouter dans les clubs exigus où il fait trop chaud et où les corps se frôlent. Sexy, il pue le disco, et rend aux années 1980 ses lettres de noblesse, en utilisant parfois les sonorités que l’on a pu qualifiées de ringardes. Vertigo transperce la nuit, et fait danser sans aucun doutes. Un album complet que l’on ne peut désormais plus attendre de voir joué sur scène.

 

Sortie : 19 octobre 2018

Coups de cœur : Paris Tropical, Exil, Moaning for love

Kevin Dufrêche

Tamino – Amir

Après un EP discret paru en mai dernier, Tamino est de retour avec un premier long-format. Douze titres nous transportant de l’Egypte à la Belgique, les deux terres du jeune prince, avec toujours cette voix providentielle comme fil conducteur. Guitare mélodique et cordes au doux parfum d’Orient mènent ce voyage à la croisée des genres, fleuve presque tranquille dont les crues surgissent pourtant des cuivres et percussions, venant secouer ce monde intime et pénétrant. Si l’ensemble se fait plus sage et conventionnel qu’on ne pouvait l’espérer, ce tableau de lumière teinté d’ombres pourrait pourtant révéler sa véritable nature au fil du temps et à l’épreuve de la scène. N’hésitez donc pas à vous replonger dans l’interview de l’artiste réalisée cet été en attendant sa tournée française en novembre et mars prochain.

 

Sortie : 19 octobre 2018.

Coups de cœur : Habibi, So It Goes, Intervals

Camille Tardieux

Puts Marie – Catching Bad Temper

Venus tout droit du pays le moins rock’n’roll du monde, les suisses de Puts Marie semblent avoir l’intention de changer la donne à eux seuls. Paroles scandées, guitares vrombissantes, envolées synthétiques et textures shoegaze guident ce disque sous haute tension, sorte de blues du futur aux textes incandescents. Et lorsqu’un certain lyrisme flotte sur ces pistes abrasives, c’est pour mieux tendre vers un métissage sans limites, à la direction anarchique mais salvatrice, un peu comme si Tom Waits avait trop écouté Massive Attack entre deux concerts des Beastie Boys. Méfions-nous de ce spleen ténébreux au psychédélisme morbide qui pourrait bien nous coller à la peau.

 

Sortie : 28 septembre 2018.

Coups de cœur : Catalan Heat, Indian Girl, Garibaldi

Camille Tardieux

Camille Tardieux

ÉTUDIANT EN MASTER MUSICOLOGIE ET EN COMPOSITION ÉLECTROACOUSTIQUE A BORDEAUX. AMOUREUX DES SONS, DES MOTS ET DES IMAGES, DE TOUT CE QUI EST UNE QUESTION D'ÉMOTION, DE RYTHME ET D'HARMONIE.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés