Elephanz, petits chimistes et grandes découvertes

Enfin ! Fêtons dignement le retour d’Elephanz. Leur nouvel album sorti ce vendredi, simplement intitulé Elephanz, promet de vous faire danser au coin du feu cet hiver, et, pourquoi pas, de vous faire oublier votre petite routine.

Les Anglais ont un talent certain pour exceller en indie pop. Heureusement, les groupes français ne sont pas reste, et Elephanz le confirme. Ils nous avaient surpris en 2013 avec leur album Time for a change et le célèbre single éponyme. Un peu dansant, très groovy et déclencheur d’assuétudes insoupçonnées, ce premier opus avait alors beaucoup de potentiel. Comme pour toutes les premières fois – et c’est encore plus vrai dans le domaine musicale – cette intuition se devait d’être confirmée. C’est chose faite, quatre ans plus tard. L’album Elephanz porte fièrement les couleurs d’un duo à qui l’on souhaite de s’épanouir dans sa folie créative.

Pop

La pop est une science exacte particulièrement capricieuse. Un morceau peut être instantanément addictif puis créer de la lassitude chez les auditeurs après une dizaine d’écoutes seulement. Dans d’autres cas, une chanson n’attirera pas l’ouïe dès les premières notes et poussera le destinataire à la passer directement dans sa liste de lecture lorsqu’elle pointera le bout de son nez. Comme en pâtisserie, tout est une question de mesure, de grammage parfait, d’assaisonnement final pour créer l’extase des sens.

Rien n’est fait, tout peut encore changer d’ici quelques semaines, Elephanz pourrait éventuellement nous lasser en à peine quelques jours, mais cette hypothèse est hautement improbable. Il semblerait que l’alchimie fasse partie de l’arsenal de compétence des frères Verleysen. Est-ce un lien fraternel mystique, ou une connaissance aiguë des rouages de la composition, qui leur permet de systématiquement viser juste ? Tout est efficace, peu importe le style exploré, les instruments utilisés, les inflexions de voix expérimentées.

Est-ce un lien fraternel mystique, ou une connaissance aiguë des rouages de la composition, qui leur permet de systématiquement viser juste ?

Ce nouvel album s’écoute par tous les temps et dans toutes les dispositions. The Catcher in the Rye enveloppera vos jours de mélancolie d’un doux voile d’espoir. Hey Girl vous donnera une bonne excuse pour emmener danser la personne que vous convoitez depuis bien trop longtemps maintenant. Blowing Like a Storm vous fera croire que tout est possible, que le monde est à vous et que rien ne pourra vous tirer vers le bas. Bref, il y a ici un arsenal de treize chansons pour autant de nouvelles émotions à effleurer.

Fédérateur

L’une des nombreuses qualités d’Elephanz tient à la singularité de la composition musicale, savamment alliée à l’universalité du propos. Ce paradoxe apporte tout son équilibre à un album que chacun pourrait faire sien, tout en partageant l’expérience musicale avec une infinité d’autres gens. L’instrumentale crée une ambiance qui plonge tous les mélomanes dans une introspection sentimentale hautement personnelle. Mais malgré cette appropriation intime de ses chansons, Elephanz sait fédérer, rassembler tout le public sous la bannière d’un seul album apprécié et appréciable. C’est peut-être ça le secret de la pop ; la longévité du style tient aux liens sentimentaux unissant tous ses suiveurs à l’oeil du cyclone qui dévaste les contrées de nos âmes.

Pour les nostalgiques, il reste sur Time for a change des titres qui n’ont pas pris une ride, comme Million Eyes Monster, Stereo, ou encore Je n’ai jamais. Pour les curieux, n’hésitez plus une seule seconde et plonger à corps perdu dans la vague pop de cet automne. Elephanz vient de sortir un album qui fera date et qui marquera à l’encre indélébile les grands esprits dont la musique forme la base inébranlable.

 


 

Elephanz, un album d’Elephanz, © Blackbird / Musicast, sorti le 13 octobre 2017

Sofia Touhami

Directrice de la communication, tout droit venue de Belgique pour vous servir. Passionnée de lecture, d'écriture, de photographie et de musique classique.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés