Route du Rock 2017 – Chapitre 3 : Crescendo

Troisième et déjà dernière soirée sur le fort Saint-Père pour la 27ème édition de la Route du Rock. Entre douceur, folie, et décibels, un dimanche soir en forme de belle conclusion.

L’édition 2016 s’était achevée sur un goût amer, 13.000 places vendues, une grosse déception pour l’équipe d’organisation. Alors on l’a dit, le paquet a été mis pour que cette collection été 2017 attire le maximum de monde possible. Pari gagné, puisque 28.000 personnes se sont pressées sur trois jours au fort Saint-Père. Une édition de qualité, pour le plus grand plaisir de l’équipe du festival, qui a pris des risques, en investissant massivement dans le cachet des artistes.

Tout en douceur

Le dimanche, on traine, on est fatigué d’un week-end de folie, alors quoi de mieux pour commencer qu’un peu de douceur ? Encore mieux, celle d’Angel Olsen et de ses musiciens. Décontractée, discutant avec le public et ses musiciens, la native de Saint-Louis Missouri a séduit grâce à sa voix venue d’ailleurs, mais aussi par des mélodies poussées en live, interprétées par ses cinq compères. Nombreux sont ceux et celles à être tombé.e.s amour.eux.euses d’Angel Olsen, même si les connaisseurs ont regretté la relative absence des morceaux de son dernier album, au profit de longues plages instrumentales.

Angel Olsen, 20 août 2017 – © Lauranne Wintersheim / Maze

La sensation Mac DeMarco

Tous les artistes étaient là cette année, le directeur du festival François Floret s’en est ironiquement félicité. “On a quand même failli perdre Mac DeMarco, qui est venu en navette avec les festivaliers…”, s’est amusé Alban Coutoux, le programmateur de la Route du Rock. Et en effet, le Canadien a livré une prestation à son image, détendue, s’amusant avec le public, mais aussi avec Angel Olsen et son groupe installés sur le côté de la scène. Entre une bière et une cigarette, il se décide quand même à faire des chansons. Ceux qui n’appréciaient pas forcément sur disque sont surpris face au show, entrainant, souvent dansant.

Mac DeMarco, 20 août 2017 – © Lauranne Wintersheim / Maze

Décontraction maximum lors de la reprise du seul “tube” de la chanteuse Vanessa Carlton, A Thousand Miles, aux antipodes de ce que l’on peut trouver à la Route du Rock. Un hommage vache, puisque Mac DeMarco et son groupe ont décidé de simplement chanter en boucle les premiers mots de la chanson : “Making my way downton !“. On se serait cru simplement dans une réunion de famille… où le tonton bourré aka Mac finit en slam, perd ses chaussures, ses chaussettes, et sa casquette.

Ce dimanche soir, c’était aussi un peu la madeleine de Proust au fort Sain-Père. 15 ans après leur premier passage, qui fait décoller leur carrière, Interpol était de retour en Bretagne, avec la tournée anniversaire de leur premier album Turn On The Bright Lights. Nombreux étaient ceux qui venaient ainsi se remémorer la claque prise en 2001 par ses quatre new-yorkais tout en noir sortis de nulle part. En 2017, le show est efficace, mais sans grande originalité. Les amateurs ont adoré, les autres sont parfois passé un peu à côté.

La claque du soir : Ty Segall

Si jamais vous aviez besoin pendant le week-end d’une définition de ce qu’est le rock, peut-être auriez vous pu le demander à Ty Segall. C’est une leçon de décibels et de cordes saturées qu’a présenté le Californien sur la grande scène. Monstre de travail et habitué à sortir plusieurs albums par an, il a joué des inédits, comme pour profiter de la scène en mode répétition à ciel ouvert. Pendant une heure, lui et son groupe tout de rouge vêtu ont enflammé le fort Saint-Père. Si certains ont regretté l’absence de morceaux issus de Manipulator, son album phare, les derniers des Mohicans survivant de ces trois jours de fête se sont laissés emportés par la frénésie rock de Ty Segall.

Ty Segall, 20 août 2017 – © Lauranne Wintersheim / Maze

Il y aura eu beaucoup de groupes aux partis pris très électriques cette année à la Route du Rock, Ty Segall en étant le point le final. “Les temps se durcissent, alors que je crois que la musique se durcit aussi”, lâchait Alban Coutoux en fin de festival. La Route du Rock elle, reste fidèle à elle-même. Heureuse, et ensoleillée… enfin, au moins jusqu’à l’année prochaine.

 


 

Tops 3 des concerts de la Route du Rock 2017

Mathieu Champalaune

  1. The Jesus and Mary Chain
  2. Future Islands
  3. Mac DeMarco

“Parce que Jésus et Marie-Chantal quoi !”

Pauline Lorcy

  1. The Jesus and Mary Chain
  2. PJ Harvey
  3. Ty Segall

“Une grosse claque de la part de The Jesus and Mary Chain ! On a à la fois un sourire béat quand ils jouent leurs titres cultes, et les pieds qui démangent quand viennent les morceaux les plus récents.”

Lauranne Wintersheim

  1. Mac DeMarco
  2. Future Islands
  3. Soulwax

“À la fois par son naturel blagueur, sa sensibilité et son professionnalisme musical, Mac DeMarco a livré un concert d’une grande qualité, ponctué par des touches d’humour bon enfant qui ont renforcé les liens entre la scène et le public. Son dernier album This Old Dog est un pur plaisir à écouter en concert, autant que la reprise sur un ton ironique de A Thousand Miles de Vanessa Carlton !”

Kevin Dufrêche

  1. Future Islands
  2. The Jesus and Mary Chain
  3. Ty Segall

“En donnant l’air sur leurs disques d’être un groupe parmi tant d’autres, Future Islands dévoile une puissance extraordinaire une fois sur scène. Les trois musiciens aux qualités dingues sont à remettre sur le devant de la scène, si occupé par le fascinant Samuel Herring, dont le démon de la danse s’est emparé.”

 

Kevin Dufreche

Directeur-adjoint de la rédaction. Radiophonique, parait-il !