Route du Rock 2017 – Chapitre 1 : Touchée par la grâce

La 27ème édition de la Route du Rock s’est ouverte ce vendredi, devant un public nombreux, venu notamment pour PJ Harvey. Première partie du pari relevée pour le festival malouin.

Près de 9.000 festivaliers, c’est le bilan de la première soirée du festival au fort Saint-Père. Une véritable satisfaction, quand on sait que sur l’édition 2016, seulement 13.000 personnes s’étaient invitées à la Route du Rock… sur les trois jours !

Here, come, the woman and the men in black

Sans aucun doute, la présence de PJ Harvey pour ouvrir cette collection été 2017 n’est pas pour rien dans le succès de cette première soirée. Le directeur du festival François Floret nous l’avait confié : le budget artistique a été doublé cette année, pour programmer de plus grosses têtes d’affiche, et ainsi attirer plus de spectateurs.

Foxygen, 18 août 2017 – © Nicolas Joubard

 

Après une belle introduction des Californiens de Foxygen venus présenté leur superbe album orchestral Hang (© Jagjaguwar, 2017), PJ Harvey et ses sept musiciens sont entrés en scène, tout de noir vêtus, de quoi trancher avec le ciel bleu sans nuages, et le soleil qui baignait le fort Saint-Père en début de soirée. Si certains peuvent y voir un concert sans surprise, proche du travail en studio, c’est la fascination que suscite la rock lady qui impressionne. Une grâce et une classe incomparables, très bien servie par la réalisation vidéo des équipes du festival, qui nous montre une PJ Harvey en noir et blanc sur écran.

PJ Harvey, 18 août 2017 – © Nicolas Joubard

 

Avec ses sept musiciens, telle une famille, PJ Harvey a livré une interprétation pure de son dernier album, The Hope Six Demolition Project (© Island Records, 2016), avant de ravir les fans avec quelques classiques, comme le mythique Down By The Water, ce qui n’a pas rajeunit certains dans le public : “Putain, ça fait 20 ans…”, a-t-on pu entendre ici est là. 22 ans, pour être précis. L’album To Bring You My Love (© Universal-Island Records) étant sorti en 1995. La magie reste pourtant intacte, et ça se contemple.

Entrer dans la nuit

La nuit est donc tombée sur PJ Harvey et son groupe en noir, si bien qu’on aurait pu croire que c’est elle-même qui coucha le soleil. On pouvait compter sur la suite du programme pour déchirer la nuit, les meilleurs dans l’exercice étant sans aucun doute Idles. Les cinq musiciens de Bristol ont enflammé la scène des Remparts, parée de rouge, dans un show énervé, et il faut le dire, peut-être même un peu trop fort au niveau du son envoyé. Un sprint de 40 minutes, dans lequel on a difficilement pu avoir du répit.

Idles, 18 août 2017 – © Nicolas Joubard

 

Passé 1h du matin, la Route du Rock fait place à celle de l’électro. L’Allemande Helena Hauff d’abord, l’Américain super star du milieu DJ Shadow pour envoyer les festivaliers au lit.

La claque du soir : Thee Oh Sees

“C’est le meilleur groupe que je connaisse !”, le chanteur d’Idles, Joe Talbot, à propos de Thee Oh Sees

Il y a des concerts qu’on prend en pleine gueule, pour dire les choses. Pour ce premier soir à la Route du Rock, c’est une fois de plus la Californie (après Foxygen et DJ Shadow) qui a frappé un grand coup. À 43 ans, John Dwyer n’a rien à envier à la jeune génération. Avec son groupe Thee Oh Sees, rebaptisé Oh Sees il y a peu, il a littéralement retourné le public, chauffé à blanc par la prestation punk de Idles, dont le chanteur a tout simplement dit avant leur dernier titre, que Thee Oh Sees était “le meilleur groupe qu'[il] connaisse”.

Thee Oh Sees, 18 août 2017 – © Lauranne Wintersheim / Maze

 

Deux batteurs pour le prix d’un, impressionnants de coordination, réglés au millimètre près pour des morceaux d’une puissance incroyable, pour une foule en transe. Les seuls moments “calmes” permettent juste de se demander quand va venir la prochaine rafale rythmique, ou de guitare saturée. John Dwyer maltraite son instrument au point qu’on se demande comment l’objet peut survivre à cette heure de show. Après avoir mangé le micro, craché sur scène, jouer d’effets multiples avec ses pédales, son ampli et un petit clavier, John Dwyer remercie le public qui le lui rend bien. Concentrés au centre de la scène, les quatre Californiens la font leur, jouant certainement de la même façon devant les presque 9.000 spectateurs, que dans une salle de 70 places pleine à craquer.

John Dwyer (Thee Oh Sees), 18 août 2017 – © Lauranne WIntersheim / Maze

 

Le concert a été capté par Arte, vous pouvez le retrouver ici.

 


En concert

PJ Harvey

  • Le 26 août au festival Rock en Seine, au domaine de Saint-Cloud (Paris)

Idles

  • Le 9 septembre au festival Leffingeleuren, à Leffinge (Belgique)

Helena Hauff

  • Le 21 octobre au festival Nordik Impakt, à Caen

DJ Shadow

  • Le 25 septembre au De Roma, à Borgerhout (Belgique)

 

Kevin Dufreche

Directeur-adjoint de la rédaction. Radiophonique, parait-il !

1 commentaire

    Laissez un commentaire

    Votre adresse courriel ne sera pas publiée.