Les Casseurs Flowters en mode "partage" - Maze Magazine

Les Casseurs Flowters en mode “partage”

Photo prise par Nicolas Fayeulle

A l’affiche d’une douzaine de festivals, le duo de rappeurs revient sur scène après de multiples expériences. La mini-série Bloqués, le film Comment c’est loin et sa bande-originale : l’actualité fut chargée ces dernières semaines pour les Casseurs Flowters. Afin de préparer leur retour sur scène, Gringe et Orelsan se sont présentés sur la scène du Cargö à Caen, le 18 juin dernier, pour un dernier tour de chauffe.

Lors de la présentation du film co-réalisé par Orelsan, Comment c’est loin, les deux amis ont affirmé que la bande-originale ne serait certainement pas transposable sur scène. Aucune tournée ne semblait prévue au début de l’année. Seulement, après leurs multiples succès audiovisuels et musicaux, les Casseurs Flowters font une parenthèse pour s’accorder une tournée des festivals d’été. Au programme, le Rock Dans Tous Ses États, le Big Festival de Biarritz ou encore Rock en Seine.

Les Casseurs ont bien évolué depuis leurs débuts, puisqu’ils sont aujourd’hui des têtes d’affiches dans les événements musicaux les plus importants de l’été. Aux côtés des plus grands artistes pop-rock, les deux amis semblent être les principaux représentants de la scène rap française sur les scènes en plein air. Encore une preuve de leur inarrêtable ascension.

Pour préparer ce marathon des festivals, c’est un retour à la maison qui s’impose : direction le Cargö pour Gringe et Orelsan. Le groupe en résidence dans la salle caennaise conclut son séjour par un concert intimiste affichant complet. Pour cette répétition générale, Deuklo, Ablaye, DJ Pone et Skread les accompagnent dans ce spectacle surprenant et furieux.

Deux procrastinateurs auto-proclamés pour un concert parfaitement ficelé

En presque deux heures de présence, Gringe et Orelsan ont su régaler leur public, créant ainsi une véritable osmose. Ils n’hésitent pas à utiliser tous les moyens pour communiquer avec leurs fans avant, pendant et après le concert. De Snapchat à Twitter, Orelsan tente d’être le plus présent possible sur les principaux réseaux sociaux. Un moyen pour lui de créer une effervescence autour du retour sur scène des Casseurs.

Malgré un semblant d’improvisation totale, le spectacle est parfaitement orchestré par une setlist de prestige. Avec une trentaine de titres, les Casseurs Flowters ont un bagage musical suffisament conséquent pour présenter leurs meilleurs morceaux en live. En commençant par un Fais les backs survitaminé, le groupe nous donne une claque d’entrée de jeu. La setlist fait la part-belle aux meilleurs morceaux de la bande-originale, véritable album transposable sur scène.

Les deux amis assument parfaitement leur statut et répondent aux attentes du (jeune) public : une forte présence scénique et une intense interaction avec les fans sur les réseaux sociaux. Voilà les ingrédients du succès grandissant du duo.

Un clip intimiste pour Si facile

Les Casseurs sont capables de nous réserver des surprises, et celle de cette soirée caennaise fut grande. Surfant sur la réussite de Comment c’est loin, filmé à Caen, le groupe réitère l’expérience d’un tournage afin de promouvoir le morceau Si facile. Après une demi-heure de tournage dans une ambiance survoltée, avec de nombreux essais, le rendu du plan-séquence est exceptionnel. Pour beaucoup de fans présents, la joie d’avoir participé à la réussite d’un clip est présente.

Après cet entracte ludique, les rappeurs survoltés arrivent à lâcher prise : plus d’improvisation, plus d’oublis de paroles, mais toujours plus d’ambiance. En point d’orgue, le classique St-Valentin est lâché. Orelsan et son comparse Gringe rappellent sans cesse l’importance que prend la capitale normande dans leur carrière. Ils ont su offrir un concert digne du statut qu’a pris leur duo.

Les deux amis ont paru heureux, heureux d’être à Caen, chez eux, heureux de partager les premiers moments de leur tournée dans le cocon du Cargö. Ils donnent ainsi une véritable dimension émotionnelle au rap. S’autoproclamant « groupe de rap le moins productif », les Casseurs Flowters ont pourtant humblement prouvé qu’ils étaient loin d’être « inachevés ».

Nicolas Fayeulle

Jeune étudiant caennais passionné par une musique éclectique (Foals, Muse, Hyphen Hyphen et autres Watsky), intéressé par un cinéma grand public, mais aussi avide de sports en tout genre.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés