Prêt(e)s pour la 12e édition sauvage du Cabaret Vert ?

Il a fraîchement rejoint le rang des festivals les plus importants de France, le Cabaret vert de Charleville-Mézières lance cette année sa douzième édition avec la même promesse qu’à ses débuts, celle de surprendre son public. En effet, ce wild wild fest ardennais n’est pas comme les autres car l’envie de partager de ses organisateurs est si grande qu’ils proposent un programme riche en surprises et chargé en événements divers et originaux. S’enfoncer dans la jungle du Cabaret vert n’est alors pas qu’une expérience musicale, elle est aussi gastronomique, expérimentale, solidaire, écolo… Se déroulant sur quatre jours (du 25 au 28 août), le festival ne demande qu’à vous accueillir au sein de son aventure conviviale, mêlant folie et vivre ensemble.

Le Cabaret Vert porte si bien son nom

Depuis sa première édition en 2004, le festival mène une politique “verte” et ses organisateurs tentent chaque année d’aller plus loin afin d’améliorer et sans cesse remettre en question leur démarche de développement durable. Cet éco-festival, récompensé du Greener Festival award en 2013, garantit par exemple la présence de 120 poubelles, le recyclage de 96% des gobelets, l’économie de 845 000 L d’eau grâce aux toilettes sèches…

©LeCabaretVert
©Kmeron/DarkRoom – Ambiance au Cabaret Vert

Soucieux de l’environnement mais dans une “démarche globale”, les organisateurs étendent leurs soins à l’économie locale contribuant alors au dynamisme de la région. En effet, “filer un coup de main au territoire”, comme nous le confie Julien Sauvage, directeur du festival, est un autre devoir que se donne le festival. Au niveau de la restauration par exemple, sur 21 stands de restaurations 15 sont locaux, et 100% des 21 bières différentes proposées proviennent de brasseries régionales et indépendantes. En alliant donc les problématiques locale et durable, le Cabaret (super) Vert se montre cohérent et de qualité, et assurément dans l’ère du temps. Il franchit encore une étape cette année en élargissant son action développement durable à l’Europe. Dans le cadre du dispositif européen Interreg, le Cabaret Vert s’entoure de nombreux partenaires (tel le Dour Festival de Belgique) pour soutenir le projet DEMO (Durabilité et écologie dans le secteur de la Musique et ses Opérateurs) destiné à réfléchir et agir pour l’optimisation de l’organisation d’événements respectueux de l’environnement. Classe.

Un accueil chiadé au cœur de la jungle et ses recoins secrets

L’éthique particulière du festival expliqué plus haut est également très sensible à l’accueil réservé aux festivaliers. Le festival se présentant comme un véritable “rassemblement citoyen” ne zappe donc pas le côté humain au profit de ses démarches environnementales. En témoigne les moyens mis en oeuvre pour assurer au festival un cadre éphémère de vie alliant confort, convivialité et style. Cette année, le site sera en partie végétalisé (du vert, encore du vert !), offrant ainsi au public une déambulation à travers la végétation. Tout cela éclairé au néon pour un max de classe, mix de Vegas et de forêt luxuriante du west américain. Sauvage donc, mais toujours humain, le festival promet bonne bouffe, bon breuvage, bonne musique et bon dodo dans ces deux sites de camping. Vivre une expérience inédite du vivre ensemble c’est bien que ce que propose le Cabaret Vert. Là-bas on change les normes sans pour autant donner de leçons. Le festivalier reste roi, mais est invité à vivre un festival différemment. Jusque dans votre porte monnaie le festivalier constatera cette différence puisque sur le site on ne paie pas en euro mais en Bayards (la monnaie locale).

Plan du site @LeCabaretVert
@LeCabaretVert – Plan du site

Pour une exploration plus atypique encore, de nombreux recoins du site proposent des activités et événements en parallèle de la programmation musicale. C’est le cas du Temps des Cerises, un espace scénique sous les arbres qui réunit différents arts : musique (régionale) et  bande-dessinée. Les Arts de rue ont également leur place au Cabaret Vert à travers une riche programmation de spectacles et l’espace forain alternatif du Temps des Freaks qui prévoit théâtre de rue, jeux, attractions foraines… Et enfin, un chapiteau de 200m² servira de temple au 7e art et permettra aux festivaliers de découvrir des films originaux.

Les concerts : musique et chants sauvages retentiront

En plus de réunir sur un seul site de nombreux divertissements et événements variés, la programmation musicale du Cabaret Vert, elle aussi, démontre un souci pour l’éclectisme, la nouveauté et la qualité. Importés ou locaux, les artistes de cette 12e édition comptent parmi les artistes dans la vibe du moment ou ceux déjà inscrits au panthéon mondial de la musique. Priorité toujours à la cohérence, Christian Allex, le programmateur du festival assure que les artistes ont été programmés en lien avec le thème et les visuels de cette édition. On peut alors penser que les shows qu’ils nous réservent seront assurément sauvages !

Indochine et Louise Attaque, deux grands devenus des classiques, assureront les concerts rock et pop français. Plus récent, mais toujours aussi pop, Grand Blanc, aux inspirations eighties (80s) fait partie de cette nouvelle scène pop française.

Nombreux et talentueux sont également les artistes français électro/techno : M83, Breakbot, Cassius, Dabeull (du collectif RocheMusique au sein on trouve notamment Darius et FKJ), Torb, Jacques et Molécule. Le choix de ces deux derniers artistes n’est pas un hasard car ils semblent que leurs tempéraments artistiques respectifs correspondent bien à l’esprit du festival. Jacques est un adepte du DIY ou do it yourself (fais-le toi-même), artiste bricolo qui mixe des sons obtenus en triturant des objets de tous les jours. Molécule, que nous avions interviewez en début d’année 2015, est un expérimentateur et aventurier qui embarqua deux mois sur un chalutier pour trouver l’inspiration.

© LeCabaretVert
©LeCabaretVert

Le hip-hop et rap hexagonal sont également au rendez-vous puisque se produiront cette année, Nekfeu et sa team (à savoir le $-Crew, et quelques membres de 1995), lors d’un show qu’on imagine déjà très sauvage, MHD le phénomène afro-trap, et enfin le Perfect Hand Crew. Le trio montpelliérain qui compose ce crew s’écarte des terrains habituels en déballant leurs flows incisifs mêlant rap, grime (genre musical importé d’Angleterre), UK Garage et trap.

Au Cabaret Vert, il n’y a pas que la bière qui est locale, les artistes aussi. Parmi eux, Grand Morse qui dévoilera toute sa puissance rock en passant par de la pop, du grunge et de l’électro. Judy et Orchid Club représenteront avec d’autres la pop régionale. A Charleville-Mézières on aime les produits locaux !

Le Cabaret Vert importe quand même sa musique, mais ne sélectionne que des artistes de qualité. La jungle ardennaise aura sa dose d’exotisme grâce à la présence notamment de Damian “Jr.Gong” Marley ou encore de King Gizzard & The Lizard Wizard, groupe australien psyché-rock très prolifique, venus de loin pour assurer leurs concerts. Des USA, fera le déplacement, l’immense Nas, géant du rap US depuis Illmatic (sorti en 1994). Nas à Charleville-Mézières, c’est assez dingue ! Autres talents américains du moment, Anderson .Paak & The Free Nationals, ainsi que The Internet, crew californien au hip-hop non-chalant et sensuel emmené par la chanteuse Syd the Kid et le producteur Matt Martians (ancien de Odd Future). Le rock américain sera également représenté par les groupes nighties (90s) de L7 et Grandaddy, et Mastodon déversera son doom metal et son punk hardcore. Côté UK, le festivalier pourra être séduit par la folk-pop anglaise de Jake Bugg, jeune prodige de 22 ans originaire de Nottingham ; il pourra se défouler avec la Fat White Family sur un rock-blues indomptable. Soom T, elle, dévoilera son ragga écossais et sa soul mélange de Lauryn Hill et de Lily Allen.

La liste des artistes est encore longue (disponible dans son intégralité sur le site du Cabaret Vert), mais déjà les festivités s’annoncent riches en émotions et en plaisirs musicaux. Ces derniers s’ajoutent donc aux multiples réjouissances que le festival propose. Véritable espace de vie, le Cabaret Vert, résolument à part, cultive sa différence grâce à ses programmations multiples, ses valeurs et ses actions citoyennes. Chaque année, ce wild wild fest réjouit toujours plus de festivaliers, et cette année ceux-ci chanteront et diront sûrement qu’ils sont les rois de la jungle, que la jungle est à leurs pieds.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés