Playlist – Un nouvel an (presque) chinois

© The Independent

Pour fêter la nouvelle année du cochon de terre, Maze se met aux couleurs de la Chine à travers une traversée de ses influences sur les genres. Une playlist éclectique où se dessinent les contours du plus grand pays d’Asie entre rock, pop, rap, électro, jazz et classique.

David Bowie – China Girl

Quoi de mieux pour commencer que ce morceau emblématique d’un des plus éminents et populaires albums de David Bowie, Let’s Dance, sorti il y a 36 ans cette année.

Wild Nothing – Chinatown

Le groupe américain Wild Nothing divague et nous perd dans le quartier new-yorkais de Chinatown, un lieu fantasmé matérialisé par l’empreinte instrumentale de la musique.


Naked City – Chinatown

Un autre Chinatown : celui du pape du free-jazz John Zorn et de son exubérant projet Naked City. Ici plus apaisé et mélancolique que jamais, son saxophone errant dans la nuit, où ne règne plus que les fantômes de l’Empire Céleste.

Wu-Tang Clan – Da Mystery of Chessboxin’

Du nom du groupe aux samples utilisés en passant par une imagerie et des références textuelles perpétuées jusque dans les albums solos, les arts martiaux hongkongais et chinois ont définitivement marqué le plus grand groupe de rap de l’histoire. On retiendra de ce titre la maxime suivante : “A game of chess is like a sword fight : you must think first before you move

Bon Voyage Organisation – Shenzhen V

Bon Voyage Organisation promet la transcendance et l’ivresse d’un vol long-courrier à chaque nouveau titre. Schenzen V ne fait pas exception à la règle. Dans les airs, direction la province chinoise, on apprend à se détendre et à se relaxer aux sons si particuliers livrés par la musique asiatique qui évite soigneusement la musique tonale pour se consacrer aux sonorités pures de sa culture ancestrale.

Onra – Bye Bye

A l’issue de sa trilogie Chinoiseries, le producteur hip-hop français nous laisse avec cet au revoir tout en samples traditionnels, sonorités old school et fond de vieux vinyles craquelant comme on aime.


Yo-Yo Ma & Silk Road Ensemble – Blue Little Flower

Le plus prodigieux des violoncellistes chinois, habitué au répertoire classique, se frotte depuis les années 2000 à la culture populaire Eurasienne avec le Silk Road Ensemble. Difficile de ne pas tomber sous le charme de ce chant traditionnel, témoignage d’un folklore d’une rare richesse.

Yundi Li – Colourful Clouds Chasing the Moon 

Avec Lang Lang, Yundi Li compte parmi les pianistes chinois actuels les plus renommés de la musique classique. Une belle parenthèse avec cette reprise, à la fois impressionniste et virtuose, d’un morceau phare du compositeur Guang Ren.

David Byrne – The Last Emperor (Main Title Theme)

La Chine, c’est aussi une histoire et une civilisation qui a inspiré tous les arts, y compris le cinéma. A l’image de la fresque de Bertolucci Le Dernier Empereur et sa bande-originale oscarisée, emmenée par David Byrne (Talking Heads) et Ryuishi Sakamoto, qui nous plongent directement au cœur de la Chine impériale.

Shigeru Umebayashi – Yumeji’s Theme (In The Mood For Love)

Impossible de clôturer cette playlist sans penser à l’un des plus beaux films chinois de ces vingts dernières années, et surtout à sa somptueuse musique signée, une fois n’est pas coutume, par le japonais Shigeru Umebayashi. Sensuel et délicat, impossible de ne pas tomber immédiatement amoureux de ce thème inoubliable.

La playlist complète :

Camille Tardieux

ÉTUDIANT EN MASTER MUSICOLOGIE ET EN COMPOSITION ÉLECTROACOUSTIQUE A BORDEAUX. AMOUREUX DES SONS, DES MOTS ET DES IMAGES, DE TOUT CE QUI EST UNE QUESTION D'ÉMOTION, DE RYTHME ET D'HARMONIE.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés