Quand la littérature fait son cinéma

C’est devenu une habitude, la littérature aime s’emparer du cinéma. Une tendance qui s’observe une nouvelle fois en cette rentrée littéraire, entre une archéologie du mythe King Kong, une enquête sur un film perdu d’Éric Rohmer ou encore le récit délirant d’un projet de biopic de l’écrivain Hermann Melville qui convoque le réalisateur Michael Cimino et l’actrice Isabelle Huppert.

Nombreux sont les écrivains, particulièrement en France, à s’emparer régulièrement du cinéma dans leur roman, pour des fortunes diverses. Entre évocation de la vie d’un acteur ou d’un réalisateur, dévoilement des coulisses du milieu du cinéma ou réinterprétation d’un film, les exemples ne manquent pas ces dernières années dans la littérature française. Cette rentrée littéraire ne déroge pas à la règle et la littérature ne semble pas avoir fini de se mêler au cinéma. Outre la somme Kong (944 pages tout de même) de Michel Le Bris (éditions Grasset) qui revient sur le tournage du célèbre King Kong par Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper en 1933, deux autres romans sont marqués par ce lien entre littérature et cinéma.

Vacances à la Rohmer

Au début des années 1950, Eric Rohmer réalise son premier long-métrage, une adaptation des Petites filles modèles de la Comtesse de Ségur. Si ce film ne vous dit rien, c’est normal, le futur réalisateur du Genou de Claire ne l’a jamais fini. Il en reste d’ailleurs très peu de traces, les bobines ayant disparu. C’est à partir de ce film invisible que se noue le nouveau roman de Julie Wolkenstein, Les Vacances. Il est publié chez POL, un éditeur très habitué à faire côtoyer le cinéma et la littérature, puisque l’on retrouve dans son catalogue les écrits de plusieurs cinéastes comme Jean-Luc Godard, Abbas Kiarotasmi ou encore Alain Guiraudie, ou des auteurs très inspiré par le cinéma tel que Nathalie Léger et Christine Montalbetti notamment.

Julie Wolkenstein plonge le lecteur dans une enquête à la recherche de ce film mystérieux d’Éric Rohmer, en suivant Paul et Sophie. Le premier est un jeune doctorant qui travaille sur les films invisibles tandis que la seconde est une universitaire quasiment à la retraite spécialiste de la Comtesse de Ségur. Alternant la narration entre chacun des deux personnes, l’auteure semble s’amuser à faire naviguer le lecteur entre le cinéma et la littérature, en suivant les traces d’Éric Rohmer et de la Comtesse de Ségur. L’enquête menée par les deux protagonistes font succéder les témoignages de ceux qui ont vécu le tournage et tente d’éclairer les nombreuses parts d’ombres. Il y est question d’un mystérieux producteur africain, de vieilles chansons, de la campagne normande et de ses châteaux et des plages filmés par Rohmer. Avec son enquête loufoque mais néanmoins documenté, Les Vacances est un roman réjouissant qui donne envie de revoir tous les films du réalisateur du Rayon Vert et de se replonger dans les romans de la Comtesse de Ségur.

La folie du cinéma

Le nouveau roman de Yannick Haenel se place aussi sous le signe des liens entre littérature et cinéma et de la loufoquerie. Avec Tiens ferme ta couronne, l’auteur de Cercle retrouve son double Jean Deichel pour une quête de la vérité. Jean Deichel, écrivain résigné, ne quitte quasiment pas son petit appartement parisien où il s’enchaine les multiples visionnages d’Apocalypse Now, le chef-d’œuvre fou de Francis Ford Coppola. Il a le projet monumental d’un film sur l’écrivain Hermann Melville dont il a écrit le scénario et dont personne ne veut. Mais qui mieux que Michael Cimino, le réalisateur culte de La Porte du Paradis, autre film que le narrateur regarde en boucle, pour montrer l’«intérieur  mystiquement alvéolé de la tête » d’un des plus grands écrivains américains ? S’en suit alors une comédie fantasque, entre rencontre de Michael Cimino à New York, diner avec Isabelle Huppert, cavale avec un dalmatien dans Paris ou visite nocturne et érotique du Musée de la Chasse. Le cinéma, est ici pour l’auteur de Jan Karski, le lieu où la folie permet d’apercevoir la vérité. Avec ce nouveau roman, Yannick Haenel plonge avec humour et intelligence dans la folie violente de l’homme. Le fameux colonel Kurtz joué par Marlon Brando dans Apocalypse Now n’est jamais loin !


 

Les Vacances de Julie Wolkenstein, POL

Tiens ferme ta couronne de Yannick Haenel, Gallimard, « L’Infini »

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés