Les premières sélections des prix littéraires de la rentrée

Avec la rentrée c’est aussi la saison des prix littéraires qui s’installe dès septembre avec les premières sélections. Depuis 1903, année de la première remise du prix Goncourt, ces prix donnent le tempo dans la production éditoriale française.

Aujourd’hui, alors que plus de 500 titres sont publiés entre mi-août et octobre, les prix littéraires permettent de mettre en lumière certains de ces ouvrages. C’est une chance que les maisons d’édition souhaitent saisir pour faire sortir du lot leurs publications et augmenter leurs ventes – un titre ayant reçu le prix Goncourt se vend en 400 000 exemplaires environ. Les différents prix littéraires constituent de sérieux arguments de ventes, surtout pour les fêtes de fin d’année : de 30 à 40% des ventes totales des livres primés sont réalisées dans les trois dernières semaines de l’année.

Diversité

À côté des prix Goncourt, Femina, Renaudot, Médicis… s’ajoutent des prix organisés par des enseignes, tels que le prix du roman Fnac (remporté par Bakhita, de Véronique Olmi), le prix Landerneau (Leclerc), et le récent prix Première plume du Furet du Nord, par exemple. Les libraires indépendants ne sont pas en reste avec, entre autres, le prix des Libraires de Nancy en partenariat avec Le Point. N’oublions pas le Goncourt des lycéens, qui dope lui aussi les ventes (il faut toutefois préciser que ces deux dernières années les titres primés avaient aussi reçu un autre prix).

Une diversité de prix qui peut permettre de faire la lumière sur plusieurs titres ou, au contraire, faire d’une publication en particulier la lauréate de plusieurs d’entre eux.

Qui succédera à Leïla Slimani ? Les prix Goncourt et Renaudot récompenseront-ils un Gallimard-Grasset-Seuil ? Un livre va-t-il faire l’unanimité et rafler tous les prix ? Une maison d’édition en particulier va-t-elle se démarquer ? En attendant que tous les prix soient attribués, voici une liste non exhaustive des premiers prix et sélections.

Les prix attribués

Le prix des libraires de Nancy-Le Point a été attribué à Alice Zeniter pour son livre L’art de perdre (Flammarion). Toujours à Nancy, le prix Stanislas récompense un premier roman, et cette année c’est celui de Sébastien Spitzer, Ces rêves qu’on piétine (éditions de l’Observatoire). C’est aussi un premier roman que le Furet du Nord souhaite mettre en avant avec le prix Première plume. Pour cette première attribution, l’enseigne a choisi Et soudain, la liberté d’Evelyne Pisier et Caroline Laurent (Les Escales).

Quelques sélections

Prix Goncourt (remise du prix le 6 novembre) : 15 romans

Nos richesses de Kaouther Adimi (Seuil) ; Taba-Taba de Patrick Deville (Seuil) ; Un certain M.Piekielny de François-Henri Désérable (Gallimard) ; Un loup pour l’homme de Brigitte Giraud (Flammarion) ; La disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez (Grasset) ; Tiens ferme ta couronne de Yannick Haenel (Gallimard) ; La serpe de Philippe Jaenada (Julliard) ; Nos vies de Marie-Hélène Lafon (Buchet-Chastel) ; Bakhita de Véronique Olmi (Albin Michel) ; Niels d’Alexis Ragougneau (éditions Viviane Hamy) ; Trois jours chez ma tante de Yves Ravey (éditions de Minuit) ; Summer de Monica Sabolo (J-C Lattès) ; Les rêveuses de Frédéric Verger (Gallimard) ; L’ordre du jour d’Eric Vuillard (Actes Sud) ; L’art de perdre d’Alice Zeniter (Flammarion)

(Notons que le roman L’ordre du jour d’Eric Vuillard a été publié en mai 2017, et non en août ou septembre et ne figure donc pas dans la liste des publications de la rentrée littéraire.)

Prix Renaudot (remise du prix le 6 novembre) : 17 romans et 4 essais

Nos richesses de Kaouther Adimi (Seuil) ; Indocile d’Yves Bichet (Mercure de France) ; Le fou du roi de Mahi Binebine (Stock) ; Mes pas vont ailleurs de Jean-Luc Coatalem (Stock) ; Un certain M.Piekielny de François-Henri Désérable (Gallimard) ; Le déjeuner des barricades de Pauline Dreyfus (Grasset) ; La disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez (Grasset) ; Innocence d’Eva Ionesco (Grasset) ; La serpe de Philippe Jaenada (Julliard) ; Le chemin des fugues de Philippe Lacoche (Rocher) ; Toutes les familles heureuses d’Hervé Le Tellier (J-C Lattès) ; Fief de David Lopez (Seuil) ; L’empereur à pied de Charif Madjalani (Seuil) ; Le songe du photographe de Patricia Reznikov (Albin Michel) ; Mécaniques du chaos de Daniel Rondeau (Grasset) ; Nos années rouges d’Anne-Sophie Stefanini (Gallimard) ; L’art de perdre d’Alice Zeniter (Flammarion) ; De l’ardeur de Justine Augier (Actes Sud) ; Dieu, Allah, moi et les autres de Salim Bachi (Gallimard) ; Sexe et mensonges de Leïla Slimani (Les Arènes) ; La nostalgie de l’honneur de Jean-René Van der Plaetsen (Grasset)

Prix du Roman Fnac (remise du prix le 14 septembre)

Après une première sélection de 35 romans annoncée le 10 août, les 5 finalistes sont les suivants : Ma Reine de Jean-Baptiste Andréa (éditions de l’Iconoclaste) ; Point Cardinal de Léonor de Recondo (éditions Sabine Wespieser) ; Bakhita de Véronique Olmi (Abin Michel) ; Femme à la mobylette de Jean-Luc Seigle (Flammarion) ; Ces rêves qu’on piétine de Sébastien Spitzer (éditions de l’Observatoire)

Prix Landerneau des lecteurs (remise du prix le 29 septembre) : 4 titres

Sucre noir de Miguel Bonnefoy (Rivages) ; La disparition de Joseph Mingele d’Olivier Guez (Grasset) ; Bakhita de Véronique Olmi (Albin Michel) ; L’art de perdre d’Alice Zeniter (Flammarion)

Si certains ouvrages sont cités à plusieurs reprises, d’autres parviennent à se faire une place sur une ou deux listes et créeront peut-être la surprise. D’autres sélections sont attendues et peut-être mettront-elles en avant des titres peu cités jusqu’ici.

Alice Zeniter (L’art de perdre) semble faire partie des favoris. Son roman, qui met en scène une famille de harkis en France, figure parmi les ouvrages loués par les critiques. Déjà récompensée par deux prix (le prix des libraires de Nancy-Le Point et le prix littéraire décerné par Le Monde), Alice Zeniter a de bonnes chances pour remporter d’autres distinctions.

Rendez-vous est donné en novembre pour commenter les résultats !