Françoise Nyssen et Actes Sud : une réussite guidée par le plaisir et la nécessité

17 mai 2017. Surprise générale. Françoise Nyssen, présidente des éditions Actes Sud, est nommée ministre de la Culture par le président de la République. C’est la première éditrice à prendre la tête de ce ministère. Et la plus étonnée de cette nomination, c’est peut-être elle, qui n’avait rencontré Emmanuel Macron qu’une fois, à l’occasion du salon Livre Paris. Pour vous donner une idée des orientations que prendra son action, Maze a décidé de se pencher sur sa maison d’édition.

Actes Sud, une entreprise familiale

Tout commence en 1968, quand Hubert Nyssen, homme de lettres d’origine belge, crée avec un géographe L’Atelier de cartographie thématique et statistique (Actes). Dix ans plus tard, il souhaite diversifier son activité et lance la maison d’édition générale, Actes Sud. Sud. L’originalité tient dans ce choix, celui d’éditer dans le sud de la France et non à Paris. A ceux qui s’en étonnent et prédisent à Hubert Nyssen de nombreuses difficultés, celui-ci répond que sa maison d’édition se trouve bien rive gauche… du Rhône. Actes Sud ne se démarque pas seulement par sa ville, Arles, mais aussi par l’application de sa devise : plaisir et nécessité. Une devise que Françoise Nyssen fait sienne. La fille d’Hubert Nyssen rejoint Actes Sud dans les années 1980 et devient associée et présidente du directoire en 1987. Après la chimie et l’urbanisme, la voilà donc engagée dans un nouveau défi : faire prospérer l’entreprise familiale tout en respectant l’exigence et l’originalité de la maison d’édition et en protégeant son indépendance.

Des choix éditoriaux récompensés

Actes Sud devient rapidement une maison d’édition de premier plan. Parmi ses auteurs figurent notamment Paul Auster, Nancy Huston, Mathias Enard, Laurent Gaudé, Kamel Daoud et Svetlana Alexievitch. Ils ont obtenu des prix prestigieux, du Femina au Prix Nobel de littérature, en passant par le Médicis et le Goncourt. L’équipe d’Actes Sud a su miser sur des textes qui sont devenus des succès de librairie : entre autres la saga Millenium de Stieg Larsson en 2006 et, en 2015, Le charme discret de l’intestin de Giulia Enders. 2015, c’est aussi l’année de la publication de Demain, un nouveau monde en marche, dans la collection « Domaine du possible » lancée en 2011. Le livre Demain retrace l’aventure du film réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent et dont le succès fut inattendu. L’engagement de la maison d’édition en faveur des initiatives durables correspond à la devise précédemment citée : plaisir et nécessité. Consciente de l’urgence à réagir, Actes Sud a créé avec le magazine Kaizen une nouvelle collection d’ouvrages, qui vient en complément du «Domaine du possible : «Je passe à l’acte».

De la lecture à l’action : zoom sur la collection « Je passe à l’acte »

Avec cette collection, Actes Sud et Kaizen font taire les préjugés qui veulent que la lecture soit une activité passive. Le lecteur, en plus de réfléchir (ce qui est déjà beaucoup), agit. Forts de cette confiance en la capacité qu’ont les livres de conduire au changement, Actes Sud et Kaizen accompagnent le lecteur vers l’action. Faciles à transporter grâce à leur format, les livres de la collection ont pour impératif d’être clairs et accessibles. Les thèmes abordés (faire la fête en respectant la planète, appliquer la méthode Montessori avec ses enfants, faire un potager en permaculture etc,.) sont développés en six parties : pourquoi – s’entourer – s’équiper – se lancer – tenir bon – et après. Lancée en mars 2017, la collection « Je passe à l’acte » est composée de six ouvrages, et devrait être complétée par de nouveaux titres en septembre prochain. Le but est de mettre en avant des initiatives citoyennes et de montrer que n’importe qui peut être acteur du changement.

Passer à l’acte, Françoise Nyssen l’a fait. En dirigeant Actes Sud, bien sûr, mais aussi en créant avec son mari, Jean-Paul Capitani, l’école Domaine du possible. Depuis septembre 2015, cette école installée à Arles accueille, de la maternelle au lycée, des élèves en difficulté que le système éducatif ne parvient pas à accompagner. Depuis, une centaine d’élèves a pu bénéficier des installations de cette école (dont une ferme et un lieu culturel de rencontres), qui leur permettent d’avoir un enseignement de qualité adapté au rythme de chacun.

Une réussite entrepreneuriale

Avec ses dix librairies (à Arles, Marseille, Calais et Paris), ses cinémas à Arles, et les maisons d’édition qu’elle a rachetées, Actes Sud a bien changé depuis sa création en 1978. Et pourtant, plaisir, nécessité, exigence et indépendance font toujours foi. Les dirigeants ont su développer l’entreprise tout en gardant la main sur la quasi totalité du capital. Et preuve, s’il en faut, que la maison d’édition indépendante joue bien dans la cour des grands : associée à Albin Michel, elle fut la principale concurrente de Gallimard pour le rachat de Flammarion.

À travers ce portrait de la maison d’édition Actes Sud, on devine quelles seront les grandes orientations de Françoise Nyssen au ministère de la Culture. Elle s’est par ailleurs exprimée sur la nécessité de lier culture et éducation et sur le rôle important que doit jouer son ministère dans la protection de l’environnement. Et bien sûr, faire vivre la culture hors de Paris sera aussi l’un de ses enjeux. Le programme est chargé, mais Françoise Nyssen a déjà prouvé qu’elle ne manquait pas d’énergie.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés