L’instant conte – Voyage dans les contrées polonaises

Il était une fois, dans un pays pas si lointain, la Pologne, un terrible dragon qui s’en prenait aux habitants d’un village…

Le dragon du Wawel attaquait sans cesse les villageois si bien que ces-derniers décidèrent, pour le calmer, de lui laisser régulièrement une jeune fille à dévorer (tribut qui n’est pas sans rappeler d’autres sacrifices issus de la mythologie, notamment ceux des Athéniens exigés par le roi Minos pour le Minotaure). Le roi Krakus (qui donnera son nom à la ville de Cracovie) décida de faire appel aux plus valeureux des chevaliers pour tuer le monstre en promettant au vainqueur la main de sa fille unique, Wanda. Tous les chevaliers échouèrent, et c’est un cordonnier qui parvint à libérer le village et qui épousa ainsi la fille du roi.

Ce conte est tellement ancré dans le folklore polonais que la grotte de Wawel, qui était, raconte-t-on, le lieu où vivait le dragon, est devenue un lieu touristique majeur. Une statue du dragon protège d’ailleurs l’entrée de la grotte depuis les années 1970.

Ce conte est la toile de fond du roman Déracinée de Naomi Novik. Tout commence avec le tribut que les villageois doivent donner au Dragon. Tous les dix ans, il choisit et emmène avec lui une jeune fille de dix-sept ans. Le personnage principal, Agnieszka, fait partie des jeunes femmes qui peuvent être choisies. Bien que tout le monde soit persuadé que c’est sa meilleure amie, Kasia, qui les quittera pour rejoindre le donjon, c’est Agnieszka qui est désignée. Dans ce roman, le Dragon est un homme, un puissant mage qui n’est pas sans rappeler un autre personnage des légendes polonaises : Pan Twardowski, un alchimiste du début du XVIe siècle qui aurait été très apprécié des habitants de Cracovie pour les services qu’il rendait. Le Dragon de Déracinée est toléré mais craint. Si les villageois lui offrent une jeune fille, c’est parce que le magicien les protège des attaques du Bois. Ainsi, de monstre dangereux assoiffé de sang, le Dragon devient un magicien protecteur indispensable à la survie du village. Tout l’intérêt du roman réside dans cette question : pourquoi la nature attaque-t-elle les habitants ? En s’emparant des codes des contes traditionnels, Naomi Novik propose une réflexion sur l’environnement et sur l’impact de l’action des hommes sur la nature.

Quant à Agnieszka, elle passe du statut de victime impuissante à celui d’héroïne dont le rôle sera déterminant. Le récit emprunte les caractéristiques des romans d’apprentissage en proposant une évolution du personnage. De son village natal à la cour du roi, en passant par le donjon du Dragon, Agnieszka doit faire face aux pièges que lui tendent les hommes mais aussi le Bois.

A partir de légendes polonaises, Naomi Novik nous offre un texte moderne, entre conte traditionnel et roman fantasy. Déracinée est une réécriture entraînante avec des personnages attachants et une réflexion intéressante sur l’environnement.