L’avenir selon le Front National

Et si Marine Le Pen devenait notre prochaine présidente ? Petit aperçu de ce que serait la France.

La victoire possible de Marine Le Pen est aujourd’hui dans tous les esprits. Ses partisans se réjouissent de la montée dans les sondages d’un parti qui n’a encore jamais été au gouvernement. Ses adversaires, qu’ils soient de gauche ou de droite, ne cessent de répéter qu’une victoire du Front National serait un désastre pour le pays. Certains tentent de se rassurer. Même si Mme Le Pen est élue, le FN n’aura sans doute pas de majorité aux législatives, ce qui entrainera une cohabitation. D’autres, au contraire, prédisent une hausse des violences xénophobes et un pays au bord de la faillite.

Qu’en est-il vraiment ? Si le Front National remporte l’élection présidentielle, notre vie sera-t-elle vraiment différente ?

Pour répondre à cette question, Valérie Igounet et Vincent Jarousseau ont exploré les terres frontistes pendant deux ans. Ils en ont tiré un roman-photo, L’illusion nationale, sorti le 8 février dernier aux éditions Arènes XXI. Un aperçu très réaliste de ce que pourrait être l’avenir si Marine Le Pen était élue présidente. Dans cet ouvrage, l’historienne et le documentariste explorent trois villes actuellement dirigées par des élus FN : Hayange, Beaucaire et Hénin-Beaumont. Ils y rappellent d’abord la situation socio-économique de chaque ville, puis évoquent leurs rencontres avec les habitants et les élus. « Nous voulions, avant tout, écouter ces habitants […] et leur donner un visage » expliquent Valérie Igounet et Vincent Jarousseau. Grâce aux photos et aux éléments de contexte donnés par les auteurs, le lecteur découvre le municipalisme frontiste, cette avant-garde du parti. Mais il aperçoit surtout « une projection, en miniature, de ce que pourrait être une France gérée par le FN », selon les propres mots de Valérie Igounet et Vincent Jarousseau.

Une parole xénophobe décomplexée

Malgré des divisions, une grande partie de la population d’Hayange, Beaucaire et Hénin-Beaumont semble satisfaite de ses élus. Il faut dire que ceux-ci ont intégré les classes populaires à la gestion municipale. Le livre montre également les mesures symboliques prises par le FN pour satisfaire son électorat. À Hayange, le maire FN Fabien Engelmann a baissé les impôts locaux et repeint le mobilier urbain. Il a également lancé une fête du cochon et voté un arrêté anti-mendicité. Les mairies de Beaucaire et Hénin-Beaumont se situent dans cette lignée.

Tout cela plaît, tout autant que les discours anti-immigration, sécuritaires, prônant une « identité nationale ». Et les gens n’hésitent plus à en parler ouvertement. Voter FN n’est plus une honte, contrairement au siècle dernier. Les frontistes en sont même fiers. Et on le voit dans leur discours. Même si la plupart des électeurs frontistes se défendent d’être racistes, les propos xénophobes pleuvent « C’est pas nous qu’on est racistes, ce sont les étrangers » assure cette dame. « Quand il y a des attentats, c’est souvent des migrants » rajoute cette jeune fille. « J’ai peur de l’avenir. Les Français, si vous avez pas de sous, on les soigne pas. Les autres, on les aide, eux » déclare cette femme. Derrière ces propos, un sentiment d’injustice et une peur de l’autre tenace.

Faut-il en déduire que, si Marine Le Pen est élu, la France sera dirigée comme le sont ces villes ? On ne peut comparer le national et le local. Les mairies FN ont souvent peu de moyens et se contentent d’actions symboliques. Les maires usent de leur proximité avec la population pour se faire apprécier et pour redorer l’image de leur parti. Si le FN l’emporte aux présidentielles, le parti devra faire face à des défis qu’il n’a jamais connu. Il devra sortir de la critique du système et agir. Les actions frontistes seront sans doute bien plus poussées que celles des maires de Beaucaire, Hayange et Hénin-Beaumont, et les conséquences bien plus importantes. La banalisation des propos xénophobes dans toute la France sera sans doute au rendez-vous. L’élection même, est déjà rythmée par des thèmes dictés par l’extrême-droite. En cas de victoire, les discours de haine devraient fleurir. Et le FN aura, en plus de l’élection, gagné la bataille des idées.

 

Marie Daoudal

Grande voyageuse (en devenir). Passionnée par la littérature et les langues étrangères. Dévoreuse de chocolat. Amoureuse éperdue de la vie et de la bonne bouffe. "Don't let the seeds stop you from enjoying the watermelon"

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés