Pourquoi faut-il lire Game of Thrones ?

Dimanche 12 avril 2015. Une date que jeunes et moins jeunes attendent avec impatience depuis plusieurs mois, et que beaucoup ont déjà marqué d’une croix rouge dans leur agenda. Annoncée début janvier, la cinquième saison de Game of Thrones, la série d’une génération, arrive sur nos écrans avec ce mois d’avril. Les premières notes d’un générique culte résonnent déjà dans nos têtes, en attendant la suite des combats que se livrent les grandes familles du Royaume de Westeros. L’occasion de vous convaincre, dans un article garanti 100% no spoiler que, si la série est géniale, il faut également se plonger dans les livres de l’écrivain américain George R. R. Martin dont elle est issue.

Pourquoi faut-il lire Game of Thrones ? Tout d’abord, pour toutes les bonnes raisons qui nous ont déjà fait aimer la série : personnages aussi attachants que repoussants, luttes de pouvoir acharnées et sans pitié, où tous les coups sont permis, péripéties et tensions d’un scénario aux éternels rebondissements, épique et vulgarité d’une chanson de geste qui prend tout ce qu’il y a de plus beau comme de moins beau dans l’âme humaine. Difficile d’être déçu…

Pour avoir l’étude du monde médiéval et de la socité féodale la plus divertissante possible : les étudiants en histoire médiévale peuvent ainsi s’estimer heureux. Le vocabulaire utilisé, les attitudes et réactions des personnages, la grande place du fait religieux, l’art de l’héraldique, les insultes, les joutes, les heaumes et les hauberts, les soieries, les pourpoints, les poulaines, les douves et les mâchicoulis, les chansons et les fabliaux des troubadours, les tapisseries et les arcs-boutants éclairés à la lueur d’une torche : rien n’est oublié, et Jacques le Goff aurait pu aimer cette série inspirée par les Rois maudits capétiens et les ducs de Bourgogne.

Pour les scènes de banquets et les plats copieux dont la description rigoureuse et fournie vous met l’eau à la bouche. On note un penchant fort prononcé pour le sucré salé, arrosé de bons crus comme de piquette immonde. Il faut en revanche reconnaître que certains banquets, notamment lors de noces, peuvent laisser un goût amer. Végétariens s’abstenir, surtout quand un paragraphe s’attarde sur une chèvre brochée.

Pour le choix d’un point de vue omniscient, qui nous permet d’en savoir bien plus sur les pensées et intentions des personnages que dans la série, sans pour autant trahir leurs choix. Mention spéciale pour Jaime Lannister, moins détestable que dans la série.

Pour le plaisir de se spoiler soi-même les saisons à venir.

Mais comment lire Game of Thrones ? Deux choix possibles : ou acheter de grosses intégrales, ou, pour celles et ceux qui sont comme moi des lecteurs voyageurs ou qui craignent de lire des pavés, on peut lire la saga en format poche. C’est à peine plus cher que les intégrales, et c’est une façon que je trouve plus rapide pour enchaîner les tomes. Il faut en revanche reconnaître que les titres des formats poches sont bien nuls et que les couvertures sont moins swag.

Frères et sœurs de la Garde de nuit, bonne lecture à vous !

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés