Publicité et marketing : de Mad Men à Instagram

Avec l’avènement des réseaux sociaux et des nouvelles formes de communication mais aussi de célébrités, les marques ont engagé un nouveau processus de publicité, par des « influenceurs » et autres « ambassadeurs ». Loin des supports habituels, on assiste à un virage à 360° dans le domaine de la publicité et du marketing, même si les principes de bases restent les mêmes Mais cette communication nouvelle, celle qui rend souverains les gens comme nous et les hashtags, est-elle faite pour durer ?

Alors qu’il y a cinquante ans les marques faisaient appel aux Mad Men pour produire les meilleures publicités possibles pour leur produit, à la télévision, dans les journaux, ou dans les rues, aujourd’hui la stratégie des marques a bien changé. Avec la génération d’Internet et des réseaux sociaux, elles concentrent plus leur publicité sur les jeunes ainsi que les formes de communication qu’ils utilisent, comme Instagram, YouTube, ou encore les blogs les plus populaires.

 En effet, les marques accentuent leur présence en ligne et visent de plus en plus à changer leur style de publicité et de marketing. Désormais, les publicités se doivent d’être plus authentiques, plus parlantes aux consommateurs. Alors le nouveau moyen d’atteindre le plus grand monde tout en ne convoyant pas une image sur papier glacé est par les réseaux sociaux, là où la publicité se cache et se méprend pour de l’honnêteté.

Le phénomène de célébrité sur les réseaux sociaux donne un énorme coup de pouce à ces marques, qui face à la diversité de ces célébrités, a une grande sélection parmi laquelle choisir ses « ambassadeurs », ceux qui sauront « influencer » la communauté qu’ils atteignent, et les persuader d’acheter tel ou tel produit, ou de devenir fidèle à telle marque. Ces personnes, qui ne sont pas des mannequins auxquels nous ne pouvons nous identifier, mais des personnes comme tout le monde, que nous connaissons, sont les stars d’Instagram ou de YouTube, ces fameux bloggers que nous voyons partout. Ils sont suivis par des millions de personnes sur les plateformes sociales comme Instagram ou YouTube : Chiara Ferragni, Gigi Hadid, la fratrie Kardashian, le clan de Taylor Swift, des vloggers comme Zoella ou encore, si nous nous voulons patriotiques, EnjoyPhoenix.

Ils deviennent les ambassadeurs silencieux mais reconnus des plus grandes marques, car celles-ci estiment qu’ils sont des bonnes représentations de leurs valeurs, ce qui est très important en publicité, qu’elle soit classique ou non. C’est également par ce biais que ces ambassadeurs sont rémunérés, très grassement pour les plus importants. Cela peut aller par exemple jusqu’à 300 000$ pour une simple vidéo sur YouTube avec placement et critique de produit, ou encore jusqu’à 100 000€ pour une petite photo Instagram. Ce nouveau procédé peut paraître simple, mais ce nouveau type de publicité est le fruit de stratégies importantes de la part de ces ambassadeurs ainsi que de la part des marques, puisque le contenu de la marque se doit d’être mis en valeur tout en gardant une certaine authenticité dans la publication.

Aujourd’hui, les réseaux sociaux permettent de réelles interactions entre une marque et ses utilisateurs. On n’est plus dans une « réception » classique de la publicité, mais bien dans une communication à deux sens. Ce nouveau type de marketing permet en effet de créer une relation avec quelqu’un qui, de par son influence déjà établie, pourra établir de nouvelles relations pour la marque, et lui apporter une large base de fans qui pourront potentiellement se transformer en consommateurs. Cette relation va dans les deux sens, puisque la marque profite de l’influence de la personne et cette dernière est rémunérée.

Bien sûr, cette nouvelle forme de publicité pour une visibilité plus grande de la marque et pour atteindre un public divers rassemblé autour d’une personne célèbre est quelque chose de très moderne, que l’on n’aurait pas pu trouver auparavant, simplement parce qu’aujourd’hui la technologie le permet. Mais on ne peut s’empêcher de faire remarquer que ce type de communication, sans considérer la publicité qu’elle permet, n’est qu’une culture du moment, de l’instant que l’on peut saisir par le biais d’une image ou d’une vidéo.

Ces « stars » d’Internet disparaîtront certainement dans quelques années, lorsqu’Instagram et YouTube ne seront plus que de lointains souvenirs. Les marques, elles aussi, devront adapter leurs nouvelles stratégies, mais cela ne devrait pas être trop difficile. Au vu de la grande différence entre les publicités des années 2000 et celles d’aujourd’hui, on se dit qu’elles ne manquent pas d’inventivité pour se renouveler !