« Gender Derby » : portrait de Jasmin, trans et féru de roller

C’est avec un concept innovant que la série documentaire Gender Derby se dévoile cet automne, pour filmer Jasmin, garçon trans passionné de roller, le tout en format vertical. Rencontre avec Romain Bonnin, l’un des producteurs.

En peinture, photographie ou encore au cinéma, le portrait a pour but de présenter une personne dans un instant précis comme coupée du monde. Dans la majeure partie des cas, on réalise un portrait d’un(e) être pour le/la sublimer. Il s’agit du cas de la série documentaire Gender Derby réalisée par Camille Ducellier, qui de par son format 100% vertical et sa singularité, se présente comme une perle au sein du géant YouTube. Le portrait choisit dépeint Jasmin, une personne qui nous offre un aperçu de sa vie, de sa passion qu’est le roller derby et du fait d’être soi-même dans une société genrée, binaire et hétéronormée. En effet Jasmin s’est toujours défini dans un entre deux, ni femme, ni homme ou peut-être les deux. Lui et ses amis vont nous parler du fait d’être trans aujourd’hui ainsi que d’autres sujets qui les unissent dans la communauté LGBTQI+. Ça c’est le Gender. Le Derby ou plutôt roller derby, c’est le sport que pratique Jasmin ou encore Fouf la rage (pseudonyme) associant vitesse, combat et travail d’équipe. Grâce à Camille Ducellier, nous prenons aussi part à l’équipe, Les Nasty Pêcheresses, dans ce sport que Jasmin qualifie lui-même de très complexe, aux valeurs féministes et inclusives.

Pour mieux comprendre le projet proposé sur la plateforme IRL et produite par l’équipe de Flair Production , Camille Ducellier nous répond sur les début de la série:

A l’origine de ce projet, il y a tout d’abord une relation de confiance avec Romain Bonnin, producteur associé.

Connaissiez-vous Jasmin avant la réalisation ?

Je n’avais rencontré Jasmin dans un atelier d’initiation à l’astrologie que j’animais et j’ai pensé à lui assez spontanément et intuitivement. En discutant avec lui et en découvrant sa passion pour le roller derby, ce fut une évidence que nous pouvions faire quelque chose ensemble. Avec un sens commun de la transmission et de la pédagogie nécessaire, nous nous sommes lancés dans cette aventure avec l’espoir de montrer d’autres récits autour des transidentités.

Copyright Flair Production

Pourquoi le Roller Derby ?

Le Roller Derby est l’un des seuls sports avec une dimension féministe et inclusive. Dans un monde sportif extrêmement normatif et binaire, cette spécificité est remarquable. Non seulement le sport en lui-même portent ces valeurs, mais il est aussi un lieu de circulation pour la réflexion, l’échange, l’entraide et la sororité. Je ne connais pas d’autres sports qui le soit aussi structurellement, donc il semble assez logique que cet espace “safe” attire des personnes de la communauté LGBTQI+, mais aussi des joueuses racisées ainsi que joueuses ayant une variété de physiques et de corpulence.

Un sport d’émancipation ?

Je pense que c’est très libérateur et jouissif de pouvoir enfin exister, quelque soit son corps ou son identité, dans un univers sportif joyeux, drôle et féministe. D’autres parts, l’injonction sociale selon laquelle les femmes ne pourraient pas exercer de sport de contact ou apprendre à maîtriser la puissance de leur corps est très frustrante, inhibant et oppressante. Dans le roller derby, cette violence est appréhendée, reçue et donnée avec respect, ce qui fait de ce sport un lieu d’apprentissage et de déconstruction.

Copyright Flair Production

La série comporte 7 épisodes aux thèmes qui varient entre transidentité, sport et amitié. Le visionnage est gratuit sur Youtube, on vous laisse découvrir pour terminer, le premier épisode dans lequel vous serez en face à face avec Jasmin.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.