Life is Strange: remontez le temps

Classé dans le top 10 des meilleurs jeux vidéo de l’année 2015, Life is Strange est un jeu qui n’a cessé de faire parler de lui. Voyage dans le temps, choix cornéliens, mélancolie… Retour sur ce chef-d’œuvre graphique au scénario captivant.

[N.B : L’intérêt du jeu réside dans son scénario et les choix que vous ferez afin de faire évoluer l’histoire. Tout spoiler gâcherait l’expérience du jeu, c’est pourquoi cet article n’en contient aucun.]

Synopsis

Le jeu s’articule autour de Maxine Caulfield, 18 ans, étudiante en photographie à l’académie de Blackwell (Arcadia Bay, Oregon, États-Unis). Très vite, Max découvre qu’elle a le pouvoir de remonter le temps pendant de courtes périodes, ce qui lui donne la possibilité de changer le cours des choses. Elle peut alors expérimenter ce que chacun d’entre nous a toujours rêvé de faire un jour : revenir dans le passé pour réparer ses erreurs.

La notion de choix : détruire la linéarité classique

La plupart des médias sont linéaires : vous vous asseyez et vous regardez. La plupart des jeux vidéos peuvent aussi être qualifiés comme tels, puisque le scénario est préprogrammé : vous devez simplement aller du point A au point B afin de terminer le jeu (ce qui ne signifie pas pour autant que le jeu n’est pas amusant). Cependant, certains développeurs ont bien cerné la faille de cette linéarité dans laquelle le joueur « subit »  plus ou moins le scénario, et ont souhaité se tourner vers la notion d’interactivité. Par ” interactivité “, nous entendons cette possibilité donnée au joueur d’interagir personnellement  avec le monde du jeu auquel il joue, afin de se l’approprier. Cette possibilité d’influencer le récit confère au joueur une certaine « puissance morale » qui lui permet de satisfaire ses désirs d’héroïsme, de sadisme, de vie ou de mort.

Ce genre de jeu joue sur la moralité des choix proposés afin de proposer au joueur une réflexion sur sa propre personnalité : ce n’est plus seulement du joueur in-game qu’il s’agit, mais bien de vous et de votre propre éthique. Life is Strange est l’exemple typique de jeu interactif ou « jeu à choix ». Toute la trame narrative est influencée par les choix que vous ferez tout au long de votre parcours. Si certains choix seront assez faciles à effectuer, d’autres seront de types « cornéliens » : aucune des décisions ne sera moralement supérieure à l’autre, mais il vous faudra pourtant choisir.

Remonter dans le temps

L’idée de génie de Life is Strange est d’avoir su combiner interactivité et voyage dans le temps. Il vous sera en effet possible de faire un choix et d’en observer les conséquences pour ensuite remonter dans le temps afin d’en essayer un autre dans l’espoir d’un meilleur résultat. Cependant, certains choix ont souvent des conséquences non pas immédiates mais sur le long terme, ce qui les rend imprévisibles (et donc intéressants). Cela dit, méfiez-vous : dans Life is Strange, le retour en arrière n’est pas toujours possible. Si vous sentez que le choix est capital pour la trame narrative et qu’il n’y aura pas de retour en arrière possible, choisissez de façon consciencieuse.

Gameplay, graphismes, musique

Le jeu est divisé en cinq épisodes qui durent environ trois heures chacun. Il faut évidemment jouer les épisodes dans l’ordre et dans leur globalité afin de pouvoir apprécier correctement l’expérience de jeu. Le jeu n’est pas excessivement difficile : certaines situations dites « puzzles mentaux » feront appel à vos talents d’analystes, mais rien d’insurmontable, rassurez-vous. Si vous êtes bloqué et cherchez la solution sur Internet, ce sera à vos risques et périls, car nombreux sont les forums qui dévoilent l’intrigue.

Concernant le gameplay, il est très simple : touches classiques pour vous déplacer, Shift pour courir, clic gauche pour interagir, clic droit pour remonter dans le temps en douceur, et Ctrl pour un « rembobinage » plus rapide. Les graphismes, quant à eux, sont à mi-chemin entre 3D et textures modelables. S’ils peuvent paraître assez moyens au premier abord, ils confèrent une ambiance spéciale au jeu et un rendu plutôt sympathique que certains joueurs ont appelé « effet aquarelle ». La musique mérite également d’être mentionnée, car c’est un gros point fort de ce jeu. La bande originale du jeu a été spécialement composée par le talentueux Jonathan Morali, mieux connu musicalement sous le nom de Syd Matters. On trouve aussi quelques morceaux d’Alt-J, Foals, Mogwai ou encore Angus & Julia Stone. Alors munissez-vous d’équipements audio corrects ou jouez dans une pièce silencieuse, mais ne manquez sous aucun prétexte la musique de Life is Strange, qui participe grandement à l’immersion dans l’univers du jeu.

Détails

Le jeu est disponible sur console (Playstation 3 et 4, Xbox 360 et One) et sur PC (Windows uniquement) via la célèbre plateforme Steam, pour la somme de 25 euros environ. En termes d’équipement, n’importe quel ordinateur correct et un minimum récent pourra faire tourner le jeu sans aucun problème.

Conclusion

Vous l’aurez sans doute compris, je vous recommande vivement de jouer à Life is Strange qui est selon moi (et beaucoup d’autres joueurs ! ) l’un des meilleurs jeux de l’année 2015.  Alors laissez-vous porter par les douces mélodies de Syd Matters, explorez vos pouvoirs et votre capacité de changer le cours des choses, mais aussi de changer les gens. A vous de jouer !

Extrait de zone-actu.com Square Enix Co Ltd, tous droits réservés ©
Extrait de zone-actu.com Square Enix Co Ltd, tous droits réservés ©
Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés