TOP – Les meilleurs films de 2018

En 2018, la rédaction de Maze a rencontré de grandes difficultés pour s’accorder sur un top 5 de la rédaction. Le niveau de cinéma a-t-il été si élevé, ou nos rédacteurs ont-ils des goûts si différents ? Si peu de films ont été cités plusieurs fois, certains reviennent quand même plus que d’autres et dessinent notre top.

Le top 5 de la rédaction

  1. Le Monde est à toi de Romain Gavras

2. Le Grand bain de Gilles Lellouche

3. Cold War de Pawel Pawlikowski

4. Burning de Lee Chang-Dong

5. L’Île aux chiens de Wes Anderson

Mahaut Thebault

  1. Les Âmes mortes de Wang Bing
    Copyright Wang Bing

2. Des Spectres hantent l’Europe de Maria Kourkouta et Niki Giannari

3. Cassandro the exotico de Marie Losier

4. Seule sur la plage la nuit de Hong Sang-Soo

5. Hérédité de Ari Aster

Guillaume Ménard

1. Cold War de Paweł Pawlikowski

Rien que pour sa photographie, le film mérite d’être le plus réussi de l’année. Si on ajoute la BO magnifique, alors c’est définitivement le plus réussi de 2018.

Copyright Neue Visionen Filmverleih

2. I Feel good de Gustave Kervern et Benoît Delépine

3. Ni juge, ni soumise de Jean Libon et Yves Hinant

4. Le Monde est à toi de Romain Gavras

5. Under the silver lake de David Robert Mitchell

Caroline Fauvel

1. Les Garçons sauvages de Bertrand Mandico

Le cinéma de genre n’a plus de souci à se faire, Bertrand Mandico a su impressionner cette année pour le meilleur (et pour certains le pire), que ce soit pour Les Garçons Sauvages ou Ultra Pulpe (court-métrage issu d’Ultra Rêve). Assurément l’une des surprises les plus oniriques et transcendantes de cette année 2018.

Copyright Ecce Films

2. Leto de Kirill Serebrennikov

3. Une Affaire de Famille de Hirokazu Kore-eda

4. High Life de Claire Denis

5.  L’île aux chiens de Wes Anderson

Romane Segui

1. Burning de Lee Chang-Dong

Un thriller psychologique qui nous tient en haleine jusqu’au bout. La Corée du Sud brûle de désirs, de questions sans réponse, de relations sans logique sur une toile de mystères sans fin. L’inspiration de l’écrivain est la clé, et pour l’embrasser, tout est permis.

2. Capharnaüm de Nadine Labaki

3. How to talk to girls at parties de John Cameron Mitchell

4. Damsel de David Zellner et Nathan Zellner

5. Climax de Gaspar Noé

Anthony Yvart

1. Annihilation de Alex Garland

Après un Ex Machina déjà culte, Alex Garland continue de nous émerveiller avec Annihilation et s’impose comme un réalisateur de science-fiction essentiel. À travers une nature foisonnante, somptueuse et primitive, nous assistons à la quête mystérieuse de personnages féminins qui s’étiolent et se transcendent en dévoilant une partie de leurs ténèbres. Sibyllin, le film laisse énormément de place à l’interprétation, mais nous offre également une apothéose cinématographique mémorable dont les visuels et les messages subliminaux métaphysiques nous rappellent les meilleurs monuments du genre. Netflix semble avoir trouvé son porte-étendard exclusif, dont le potentiel a été gâché par une sortie en salles avortée.

Copyright Paramount Pictures

2. L’Homme qui tua Don Quichotte de Terry Gilliam

3. Hostiles de Scott Cooper

4. Sans un bruit de John Krasinski

5. Les Indestructibles 2 de Brad Bird

Clément Simon

1. Mektoub, my love : canto uno d’ Abdellatif Kechiche

Kechiche se saisit du roman de François Bégaudeau sur l’empêchement d’un adolescent à concrétiser ses désirs. Il radicalise le propos du romancier pour en faire un portrait du metteur en scène pour qui le sexe est davantage histoire de regard. Un film immense.

Copyright Quat’Sous Films / Pathé Films / France 2 Cinéma / Good Films / Bianca / Nuvola Film

2. The house that Jack Built de Lars Von Trier

3.  Roma d’Alfónso Cuaron

4. Phantom Thread de Paul Thomas Anderson

5. Under the Silver Lake de David Robert Mitchell

Chloë Braz-Vieira

1. Leto de Sirill Serebrennikov

Manifestement le film qui aurait dû avoir la palme d’or du fait de son ambition esthétique et de son message politique. Letoexplore la scène rock de Léningard dans l’URSS de Brejnev à travers la figure d’une icône de l’époque, Viktor Tsoï. Le film est d’une inventivité formelle réjouissante qui ne surprend guère si on connait le travail de Serebrennikov au théâtre et qui lui permet ici de signer un biopic loin des clichés du genre. Sur le fond, on ne peut que célébrer ce long métrage qui souligne le rôle de la culture et la dissidence face à la censure politique alors que Serebrennikov lui-même est assigné à résidence depuis plus d’un an et empêché de créer ou de se déplacer…

Copyright Hype Film Kinovista 2018

2. Cold War de Pawel Pawlikowski

3. Mektoub My Love: Canto Uno d’Abdellatif Kechiche

4. Amanda de Mikhaël Hers

5. Assassination Nation de Sam Levinson

Laurine Labourier

1. Heureux comme Lazzarode Alice Rohrwacher

Très peu médiatisé malgré un prix du scénario (ex aequo avec Trois Visages de Jafar Panahi) le film d’Alice Rohrwacher est un conte moderne qui rappel les plus belles heures du néoréalisme italien. Son héros Lazzaro navigue entre deux mondes, celui du hameau de l’Inviolata où la population paysanne vie ignorante de sa propre exploitation, et le monde moderne, dans lequel notre héros plonge lorsque son village est évacué après que le scandale des malversations de la marquise Alfonsina de Luna n’ait été révélé. Le fil rouge qui nous fait traverser ces deux espaces métaphoriques, c’est l’affection fraternelle que Lazzaro a immédiatement conçu pour Tancredi, le fils de la marquise. De la vie paysanne précaire mais heureuse de l’inviolata à la réalité des bidons villes pauvres des villes modernes italiennes, Lazarro n’abdique jamais l’innocence de son regard sur le monde, qui fait de lui un marginal hors de toute attache avec ces espaces, un corps qui les traverse, les habites, laissant dans chacune de ces réalités un peu de sa trace. L’émotion de cette emprunte, qui nous rappel immanquablement la fin sublime de La Dolce Vita de Felini, et la douceur du regard jeté sur le monstre exhumé de la mer par Marcello Mastroianni.

Copyright Tempesta 2018

2. High Life de Claire Denis

3. Les Garçons Sauvages de Bertrand Mandico

4. First Man de Damien Chazelle

5. Les Bonnes Manières (As Boas Manieras) de Juliana Rojas et Marco Dutra

Noa Coupey

1. Le Monde est à toi de Romain Gavras

Une petite perle du cinéma français. C’est une comédie à la fois drôle comme il est si dur d’en faire, et à la fois belle de par son esthétisme divin. Le scénario, le jeu d’acteurs, les couleurs, la bande originale : tout fonctionne. Romain Gavras nous prouve à travers ce film qu’il va continuer à faire de grandes choses.

Copyright StudioCanal

2. Le Grand bain de Gilles Lellouche

3. Cold War de Pawel Pawilowski

4. Climax de Gaspar Noé

5. Three Billboards : les panneaux de la vengeance de Martin McDonagh

Manon Brethonnet

1. Bohemian Rhapsody de Bryan Singer

C’était LE biopic le plus attendu de l’année avec l’enjeu énorme de retracer la vie de l’un des meilleurs groupes de rock de tous les temps. Et c’est réussi ! Pendant plus de deux heures, l’interprétation incroyable de Rami Malek nous replonge tout droit au cœur des meilleures chansons du groupe, des chansons que tout le monde connaît. Un film merveilleux pour les yeux, les oreilles et le moral.

Copyright 2017 Twentieth Century Fox

2. Le Grand Jeu de Aaron Sorokin

3. Ocean’s eight de Gary Ross

4. Mamma Mia : Here we go again de Ol Parker

5. Jurassic World : Fallen Kingdom de Juan Antonio Bayona

Soraya Jegouic

1. Bohemian Rhapsody de Bryan Singer

Un biopic puissant qui mêle à la fois histoire de la vie de Freddy Mercury et du groupe de Queen sans pour autant tomber dans le pathos. Une rare énergie et un réel travail de mise en scène et de chorégraphie. Les performances des acteurs sont tout à fait exceptionnelles et la qualité du biopic – tant dans les dates que dans le storytelling – ne laissent personne sur la touche.

Copyright Concorde Filmverleih GmbH

2. Les Indestructibles 2 de Brad Bird

3. A Star is Born de Bradley Cooper

4. High Life de Claire Denis

5.  Le Grand bain de Gilles Lellouche

Mention spéciale pour La Forme de l’eau de Guillermo del Toro

Charlène Ponzo

1. The Disaster Artist de James Franco

Hommage à un des acteurs les plus mauvais de sa génération. Un film très touchant qui nous explique, sans recourir aux mots, ce qu’est un nanar. De la passion et du travail pour un résultat médiocre… Mais qui apporte beaucoup de plaisir à l’amateur de mauvais films. A consommer, sans modération !

Copyright Justina Mintz / A24 / New Line Cinema

2. Moi, Tonya de Craig Gillepsie

3. BlacKkKlansman de Spike Lee

4. L’Île aux chiens de Wes Anderson

5. La Mort de Staline de Armando Ianucci

Guillaume Lacoste

1. Avengers : Infinity War des Frères Russo

On ne présente plus l’univers cinématographique de Marvel tant on baigne de plaisir dedans depuis dix ans. Et ce n’est pas ce 19ème opus qui nous fera dire le contraire. Le film qu’on attendait tous avec impatience ; le crossover entre tous les héros du MCU contre l’ultime “vilain” mais non moins attachant Thanos. Le scénario, le temps de présence de chaque héros, la réalisation, les effets spéciaux, tout est impeccable ! Reste à savoir comment les héros inverseront le claquement de doigts…

Copyright Marvel Studios 2018

2. Le Monde est à toi de Romain Gavras

3. Le Grand Bain de Gilles Lellouche

4. Sense 8 (Episode final) de Lana Wachowski

5. Black Panther de Ryan Coogler

Marie Crabié

1. Call Me By Your Name de Luca Guadagnino

Call me by your name est ce genre de film où les dialogues sont rares mais ont un sens. Les personnages sont complexes, le film est lent. Nous sommes dans les années 1980 en Italie. Elio Perlman, 17 ans, passe ses vacances dans la maison de famille. Il joue de la musique classique, lit, fait du vélo, flirt tandis qu’une rencontre vient bouleverser ses certitudes. L’adolescent découvre peu à peu le plaisir amoureux. Dans ce film, Luca Guadagnino montre la routine, dépeint le banal. À travers cette idylle de jeunesse transparaissent tous les sentiments, émotions, et questionnements contradictoires qui apparaissent à l’adolescence et conditionnent les relations humaines tout au long de notre vie. Un film doux qui parle à tout le monde, de tout le monde.

Copyright Sony Pictures

2. L’île aux chiens de Wes Anderson

3. Burning de Lee Chang-dong

4. La Forme de l’eau de Guillermo del Toro

5. Le Grand jeu d’Aaron Sorkin

Eponine Le Galliot

1. Burning de Lee Chang-Dong

Nombre de critiques auraient souhaité voir Burning repartir avec la Palme d’or lors de la compétition cannoise. Bien que le film lauréat (le très beau Une affaire de famille, de Hirokazu Kore-Eda) n’ai pas démérité, Lee Chang-Dong repartant bredouille aura sans doute été l’un des plus grands étonnements du Festival cette année. Envoûtant, porté par des acteurs exceptionnels, la beauté du film réside dans sa part de mystère, dans la diversité d’interprétations que la trame offre et dans le regard précis porté sur les strates de la société coréenne. Burning, ponctué notamment d’une scène au soleil couchant que l’on qualifierait d’instant de grâce, est sans aucun doute l’une des plus belles sorties de cette année.

2. Amanda de Mickaël Hers

3. Leto de Kirill Serebrennikov

4. Lady bird de Greta Gerwig

5. La Mauvaise réputation de Iram Haq

François-Xavier Lerbré

1. Les Frères Sisters de Jacques Audiard

Parce que ce film est le plus puissant de cette année écoulée. Esthétiquement sublime, cette derniere oeuvre de Jacques Audiard est à la fois un objet racé d’une force rarement égalée et une vision du monde implacable. Et qu’accessoirement les quatre acteurs principaux sont sûrement les meilleurs de notre époque. Plus un mot, voyez-le.

Copyright Magali Bragard

2. Three Billboards : les panneaux de la vengeance de Martin McDonagh

3. Le Grand bain de Gilles Lellouche

4. Le Monde est à toi de Romain Gavras

5. Burning de Lee Lee Chang-Dong

Mention spéciale à La nuit a devoré le monde de Dominique Rocher, ode crépusculaire au film de genre, au vide et à la puissance des sonorités.

Maurane Tellier

1. A Star is born de Bradley Cooper

Copyright 2017 Warner Bros. Entertainment Inc. / Clay Enos

 

2. Les frères sisters de Jaques Audiard

3. Avengers – Infinity war des Frères Russo

4. First Man de Damien Chazelle

5. Sans un bruit de John Krasinski

Camille Tardieux

1. Phantom Thread de Paul Thomas Anderson

Dix ans après There Will Be Blood, Daniel Day-Lewis retrouve Paul Thomas Anderson pour un dernier rôle taillé sur mesure à travers cette histoire d’amour perverse sur fond de défilés hautes coutures, échos d’un monde en quête d’idéal et de perfection. Une plongée sans concessions dans les troubles et obsessions d’un créateur, naviguant entre ses muses (formidable Vicky Krieps) et ses démons, qui éblouie par sa virtuosité et sa splendeur.

Copyright Universal Pictures International France

2. Under The Silver Lake de David Robert Mitchell

3. The House That Jack Built de Lars Von Trier

4. Ni juge ni soumise de Jean Libon et Yves Hinant

5. L’Île aux chiens de Wes Anderson

Diane Lestage

1. Le Monde est à toi de Romain Gavras

Dès l’ouverture, une alchimie cinématographique est instantanément créée, le cinéaste témoigne d’une maîtrise d’écriture, de réalisation, de montage et de direction d’acteurs d’un film qui est à la fois politique et poétique. On se laisse emporter par cette joyeuse bande de bras cassés plus sensibles qu’ils n’y paraissent et cette esthétique fantaisiste.

Copyright Studio Canal

2. La Nuit a dévoré le monde de Dominique Rocher

3. Cold War de Pawel Pawlikowski

4. Le Grand bain de Gilles Lellouche

5. Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré

Diane Lestage

Une étudiante en Bachelor Journalisme à l'ISCPA Paris qui entretient une relation de polygamie culturelle avec le cinéma, le théâtre et la littérature classique.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés