“Sale temps à l’hôtel El Royale” – L’hôtel des secrets

Sale temps à l’hôtel El Royale réalisé par Drew Goddard est une bonne surprise. Il oscille entre polar et thriller… pas comme les autres.

Sale temps à l’hôtel El Royale a été écrit et mis en scène par Drew Goddard, réalisateur de La Cabane dans les Bois, showrunner de la série Marvel’s Dardevil et scénariste de Seul sur Mars. Du côté de la distribution, l’actrice Dakota Johnson (50 nuances de Grey), Jon Hamm (Mad Men), Cynthia Erivo (Broad City), Chris Hemsworth (Thor), le talentueux Jeff Bridges (The Big Lebowski) et même Xavier Dolan qui tient un petit rôle.

Ce film, en très grande partie tourné en huit-clos, se passe, comme son nom l’indique, à l’hôtel El Royale, qui se situe entre la frontière du Nevada et de la Californie. Là bas, vont se retrouver plusieurs personnes aux secrets, plus ou moins lourds. Certaines vont devoir s’affronter, d’autres se lier… Tout est possible dans cet hôtel autrefois en vogue mais à présent désert, et qui possède lui même ses propres secrets.

On se laisse petit à petit porter par l’ambiance noire et rétro du film, malgré quelques  longueurs. Sale temps à l’hôtel El Royale plonge le spectateur à la fin des années 1960, grâce à sa musique, ses décors, des scandales non révélés mais que les spectateurs pourront deviner… Les personnages sont travaillés, pour certains attachants, pour d’autres insupportables. Le gourou Billy Lee et sa bande de hippies rappellent sans conteste Charles Manson et sa Manson Family. De plus la relation entre Billy Lee et Rosie provoque un malaise.

L’esprit “tarantinesque” du film fait son effet et est très réussi ; Pulp Fiction n’est pas loin et c’est un réel plaisir de replonger dans un univers semblable ; de plus, le découpage des scènes tient le spectateur en haleine jusqu’à une fin… infernale.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.