Annecy 2017 – Hal Hickel dévoile les secrets de fabrication de « Rogue One : A Star Wars story »

Quoi que l’on pense de Rogue One : A Star Wars story, force est de constater qu’il offrait une facture visuelle solide. Le Festival d’Annecy a organisé une rencontre avec le vétéran des effets spéciaux de la société ILM, Hal Hickel. À cette occasion il nous a révélé, en short et en claquettes, quelques secrets de fabrication de ce Star Wars.

Hal Hickel est tombé amoureux des effets spéciaux en découvrant la technique d’animation image par image (stop motion) avec King Kong. Très vite l’animateur phare de cet effet spécial, Ray Harryhausen, deviendra un modèle pour lui.

Son intérêt pour l’univers Star Wars, qu’il a vu enfant, est apparu justement avec la stop motion utilisée par George Lucas. Comme beaucoup de sa génération, l’ouverture avec le Star Destroyer qui déchire l’écran, est un électrochoc.

 

Utilisation de la stop motion pour Star Wars: L’Empire contre-attaque -LUCASFILM/20TH CENTURY FOX

 

C’est en 1996 qu’il intègre la société d’effets spéciaux de George Lucas Industrial Light and Magic (ILM) en travaillant sur le second Jurassik Park (Le monde perdu). Il est alors chargé de l’animation des dinosaures.

Mais c’est quelques années plus tard que son rêve deviendra réalité en travaillant sur la prélogie Star Wars. Il dit avoir été très excité par ce projet, avant d’ajouter « enfin avant qu’elle ne sorte… ». Symbole de la désillusion, qu’on devine immense, il ne veut plus prononcer le nom du personnage Jar Jar Binks. À cette occasion il s’est occupé de donner vie à plusieurs droïdes, mais aussi au seul Yoda numérique de l’épisode 1 (le reste de ses apparitions est une marionnette).

Dorénavant il n’est plus animateur mais superviseur des effets spéciaux, ce qui lui permet de passer plus de temps sur le plateau de tournage.

Récemment il a donc supervisé Warcraft mais surtout le redémarrage de la saga Star Wars avec le Réveil de la Force, et enfin Rogue One. Ce qui l’intéressait avec ce dernier,  c’était de revenir au contexte de la trilogie de son enfance (le film se clôt quelques secondes avant Un nouvel espoir).

Le nouveau droïde K2S0

Pour se démarquer de ce qui avait été déjà fait dans la saga, le design de ce nouveau personnage devait l’humaniser en lui donnant des expressions. Pour faire passer de l’émotion par ses yeux l’équipe artistique a cherché à lui ajouter des paupières.

Mais cette idée a été écartée car le résultat était trop connoté cartoon, un peu comme Buzz l’Éclair dans Toy Story. Finalement, l’ambition a été revue à la baisse. Le seul élément d’humanité qui a été retenu est la mobilité des yeux à l’intérieur d’orbites.

 

Version définitive de K2S0 – Copyright Lucasfilm Ltd. 2016

 

Pour lui donner vie on a fait appel à la technique de la motion capture. L’acteur qui incarne les mouvements et la voix de K2S0 est Alan Tudyk, connu pour son travail de doubleur chez Disney (La Reine des neiges, Zootopie, Vaiana…). Mais surtout il avait déjà réalisé cet exercice avec le robot Sonny de I, Robot.

Pour cela il a joué à même le plateau (possibilité introduite avec le Davy Jones de Pirates des Caraïbes) monté sur de courtes échasses afin d’avoir la bonne taille. Cette méthode de travail permet tellement d’améliorer les interactions avec les acteurs qu’ils ont pu improviser au cours des prises.

 

Alan Tudyk joue le droïde K2S0 – Copyright Lucasfilm Ltd. 2016

 

Bataille spatiale

Le réalisateur Gareth Edwards voulait un traitement bien particulier pour ce Star Wars. Il entendait augmenter le réalisme en ayant recours à une caméra portée prise sur le vif. Comment adopter cette approche avec une bataille de vaisseaux spatiaux ?

Les concepteurs des effets spéciaux ont permis au réalisateur de réaliser lui-même ces plans à l’aide d’une caméra virtuelle. Une animation grossière de l’action lui était présentée à 360° et lui dirigeait sa caméra où il le voulait. Ainsi il pouvait décider au dernier moment de suivre tel ou tel vaisseau qui passait sous ses yeux.

 

Plan filmé numériquement par le réalisateur Gareth Edwards – Copyright Lucasfilm Ltd.2016

 

Une telle technique n’est cependant pas nouvelle puisqu’elle a déjà été utilisée par Peter Jackson avec le Hobbit, et James Cameron pour Avatar.

Real Human

Le vrai tour de force de ce Star Wars est l’apparition du personnage de Tarkin (déjà présent dans la trilogie originale) alors que son acteur Peter Crushing est mort depuis 1994. La modélisation numérique d’un visage, ce n’est pas nouveau, cela se fait depuis très longtemps (Hal Hickel a travaillé sur ceux des orcs de Warcraft).

Ici la difficulté est qu’il s’agit d’un visage humain et qui plus est connu par tous les fans. La moindre faille dans le procédé pourrait être fatale pour sa crédibilité.

 

Modélisation numérique de l’acteur avant d’être appliquée sur le personnage – Copyright Lucasfilm Ltd. 2016

 

Cette fois c’est la performance capture qui a été utilisée. Pour cela il fallait un acteur britannique avec l’accent (comme l’original) et qui ne fasse pas d’imitation. C’est Guy Henry qui a été retenu.

Son visage a alors été scanné sous toutes les coutures, avec toutes les expressions possibles, pour le recréer numériquement. Puis muni d’un casque avec une petite caméra et 160 points sur le visage, il a joué les scènes.

 

Création du personnage Tarkin – Copyright Lucasfilm Ltd. 2016

 

Parallèlement à cela le moule du visage de Peter Crushing a été scanné numériquement. Heureusement, celui-ci avait été fait de son vivant pour les besoins d’un film.

Avec toutes ces informations récoltées, les animateurs sont partis de la performance de Guy Henry, pour la transposer sur son double numérique puis sur le modèle numérique de Peter Cushing.

Pour parfaire les différentes expressions, le Tarkin d’Un nouvel espoir a été pris comme modèle de référence. De l’aveu de Hal Hickel, le plus compliqué pour rendre le personnage réaliste est le mouvement du contour des lèvres. Par ailleurs pour que l’illusion soit parfaite il est impératif de bien savoir éclairer le visage sous le bon angle.