The Rider – Chevauchée mélancolique

Trois ans après Les Chansons que mes frères m’ont apprises (2015), son premier long-métrage qui donnait à voir la vie des Indiens de la réserve de Pine Ridge, la réalisatrice Chloé Zhao traite avec justesse l’histoire d’un jeune champion de rodéo meurtri.

Étoile montante du rodéo, Brady voit ses rêves voler en éclats à la suite d’un accident de cheval. Sévèrement blessé à la tête, le jeune cow-boy doit alors réapprendre à vivre, loin de sa passion et de la seule chose qu’il a toujours fait. Alors qu’il est interdit de compétition, Brady tente de se forger une nouvelle identité et de reprendre son destin en main. Les fantômes de ses exploits passés et la quête effrénée de sensations perdues qu’il aimerait retrouver le pousse à lutter contre sa nouvelle condition.

Un cinéma au plus proche du réel

Des chevaux, des cow-boys et leurs chapeaux, des collines à perte de vue… Si tous ces éléments sont bien présents, Chloé Zhao nous emmène loin du western américain traditionnel. Les cow-boys sont meurtris, blessés, fatigués. Le crâne balafré, Brady vomit, perd connaissance et n’a parfois plus le contrôle de sa propre main. Entre fiction et réalité, la justesse de The Rider réside avant tout dans son ancrage dans la réalité. Brady Jandreau interprète ici son propre rôle : l’histoire vraie d’un véritable cow-boy en quête d’une nouvelle raison de vivre. 

© Cinéma Paradiso

Aucun acteur professionnel n’apparaît à l’écran puisque tous les personnages sont bel et bien les habitants d’une réserve nichée au cœur du Dakota du Sud. Et c’est bien de là que vient toute la beauté du film : le combat quotidien et ordinaire d’une communauté qui se suffit à elle-même, loin des grandes villes et du rêve américain. Ici, tous tentent de survivre dans un environnement paysan précaire voué à disparaître. Une Amérique authentique où ne plus monter à cheval remet en question votre virilité et où l’alcool côtoie les machines à sous.

Sans jamais tomber dans le voyeurisme, The Rider retrace avec délicatesse le drame de Brady forcé de composer avec des séquelles irrémédiables. Finalement, c’est auprès de son ami Lane, paralysé à la suite d’un accident de rodéo, que Brady parvient à accepter sa nouvelle réalité. Il comprend que même sans cette passion addictive – voire destructrice – son identité reste intacte, celle d’un cow-boy. Et si les rêves se cachaient ailleurs ? 

 

The Rider de Chloé Zhao, sorti le 28 mars, 1h44.