Cannes 2017 – Tapis rouge pâle pour la sélection

Du 17 au 28 mai, comme tous les ans le cinéma brillera au rythme de la Croisette cannoise. En attendant, place à la sélection officielle qui n’a toujours pas décidé de prendre de risques et préfère faire confiance à ses chouchous. Mais qui sait ? Quelques petites surprises insolites semblent quand même s’y être glissées.

La sortie des usines lumières surprenait les premiers spectateurs de cinéma à l’aube du XXe siècle ; plus d’un siècle plus tard, Pierre Lescure et Thierry Frémaux nous promettent  une  surprise, en accueillant pour la première fois au festival de Cannes un film en réalité virtuelle. Seulement 7 minutes de 7e art qui signent le retour d’Alejandro Innaritù sur la Croisette. C’est bien la seule audace de cette 70e édition car la sélection annoncée lors de la conférence de presse de ce 13 avril est finalement assez attendue.

Alors qu’ Un Certain Regard nous offre neuf premiers films, la compétition n’est pas très excitante. Avec les Happy End d’Haneke, The Beguiled de Sofia Coppola et Le Redoutable de Michel Hazanavicius, rien ne semble nouveau sous le soleil cannois. Oseront-ils enfin récompenser François Ozon pour son dernier film L’Amant Double ? Notre coeur battra-t-il à 120 battements par minute avec Robin Campillo ? Ces questions se posent évidemment mais ce dont nous sommes certains, c’est que Les Fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin ne passeront pas inaperçus en film d’ouverture.

Une contre-compétition réconfortante

Les films qui titillent clairement les rétines se trouvent du côté des hors compétitions et séances spéciales. Il va falloir attendre trente jours avant d’être assis devant 12 jours de Raymond Depardon et garder patience avant de découvrir l’oeuvre commune de JR et Agnès Varda. Napalm de Claude Lanzmann, lui, intrigue autant qu’il effraie, mais c’est avec attention que nous irons le voir.

Les véritables surprises cannoises ne sont pas dans la sélection officielle mais plutôt dans les cadeaux que lui font ses ami.es. Pour les 70 ans du festival, Jane Campion, seule femme à avoir reçu la palme d’or, vient présenter la deuxième saison de Top Of The Lake dans son intégralité. David Lynch, lui, vient nous déposer deux épisodes de la troisième saison de Twin Peaks sous les palmiers de la Croisette. Mais ce sera aussi l’occasion du grand plongeon pour Kristen Stewart qui nous dévoilera un premier court de 17 minutes, Come swim.

Alors que cette 70ème édition est en demi-teinte, nous attendons quand même d’en prendre plein les yeux, sous le soleil (“exactement, juste en-dessous”) et d’ici là, les membres du jury seront au complet.

Film d’ouverture :

Les Fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin

Compétition :

The Meyerowitz Stories  de Noah Baumbach
Okja de Bong Joon-Ho
Aus Dem Nichts de Fatih Akin
120 battements par minute de Robin Campillo
The Beguiled de Sofia Coppola
Rodin de Jacques Doillon
Happy end de Michael Haneke
Wonderstruck de Todd Haynes
Le Redoutable de Michel Hazanavicius
Geu-Hu de Hong Sang-soo
Hikari de Naomi Kawase
The Killing Of A Sacred Deer de Yorgos Lanthimos
A Gentle Creature de Sergei Loznitsa
Jupiter’s Moon de Kornél Mundruczó
L’ Amant double de François Ozon
You Were Never Really Here de Lynne Ramsay
Good Time de Benny Safdie & Josh Safdie
Nelyubov d’Andrey Zvyagintsev

Un certain regard

Film d’ouverture :

Barbara de Mathieu Amalric

Compétition :

Après La Guerre de Annarita Zambrano
Wind River de Taylor Sheridan
Jeune Femme de Léonor Serraille
En Attendant Les Hirondelles de Karim Moussaoui
Lerd de Mohammad Rasoulof
Posoki de Stephan Komandarev
Out de Gyorgy Kristof
Western de Valeska Grisebach
Fortunata de Sergio Castellitto
Las Hijas, de Abril de Michel Franco
L’Atelier de Laurent Cantet
Tesnota de Kantemir Balago
Aala Kaf Ifrit de Kaouther Ben Hania
La Fiancée du désert de Cecilia Atan et Valeria Pivato

 

Hors compétition

Visages d’Agnès Varda et JR
How to talk to Girls at Parties de John Cameron Mitchell
Mugen Non Jûnin de Takashi Miike
Séances spéciales et séances de minuit
Prayer Before Dawn de Jean-Stéphane Sauvaire
Ak-Nyeo de Jung Byung-Gil
Bulhandang de Byun Sung-Hyun
Demons In Paradise de Jude Ratman
Sea Sorrow de Vanessa Redgrave
Napalm de Claude Lanzmann
Promised Land d’Eugene Jarecki
Clair’s camera de Hong Son-soo
They d’Anahita Ghazvinizadeh
Une suite qui dérange de Bonni Cohen et Jon Shenk
Douze jours de Raymond Depardon

Court-métrages

Pépé Le Morse de Lucrèce Andreae
A Drowning Man de Mahdi Fleifel
Lunch Time de Alireza Ghasemi
Across My Land de Fiona Godivier
Koniec Widzenia de Grzegorz Molda
Xiao Cheng Er Yue de Qiu Yang
Damiana d’Andrés Ramirez Pulido
Push It de Julia Thelin

Diane Lestage

Une étudiante en Bachelor Journalisme à l’ISCPA Paris qui entretient une relation de polygamie culturelle avec le cinéma, le théâtre et la littérature classique.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés