«Vole ! », un aller-retour dans le pays nommé Enfance

Vole ! est un spectacle écrit et joué par Eva Rami, jeune actrice française qui y raconte sa jeunesse (un peu fictionnelle, quoique !). Au festival d’Avignon, elle nous a fait rêver et nous emmène bien loin de la salle obscure du théâtre des lucioles.

Un seul en scène, une introspection, une réflexion sur le monde, sur son monde, un retour en enfance, une volonté de trouver des réponses : on pourrait se dire, encore un ?

Oui… et non. Elsa, le personnage principal, nous parle bien de son histoire, nous raconte son enfance, ses parents, sa mère psychologue, ses grands parents aux antipodes, son adolescence niçoise, ses angoisses existentielles et ses joies toutes simples. Mais on pourrait passer des heures à l’écouter.

Elle réussi le pari, souvent périlleux, d’emmener son public dans son monde à elle pour qu’il se sente chez lui. Le public fait partie de son univers et il peut interagir avec sa protagoniste. Nous sommes des personnages à part entière de la pièce et même si nous prenons peu souvent la parole nous n’en sommes pas moins présents et très à l’écoute.

Elle réussi le pari, souvent périlleux, d’emmener son public dans son monde à elle pour qu’il se sente chez lui.

Véritable girouette, elle change de rôle comme de sourire, se met dans la peau de ses grands parents, d’elle enfant, de ses ami.e.s, et surtout de sa mère qu’elle imite avec distance et humour. Elle revient avec tendresse sur tous les personnages qui ont comblé sa fiction de vie et en peint en tableau plein de douceur et d’amour, sans tomber dans le ridicule grâce à son sens de l’à-propos et son humour mordant.

Vole ! Une injonction d’Eva à elle-même ? à nous même ? Peut être. Et c’est pourtant sa peur de grandir et de vieillir, dont nous fait part Elsa, notamment à travers le personnage de sa grand-mère, qui ne peut plus voler, et se laisse doucement mourir de faim et de solitude.

Un désir de s’envoler donc, mais aussi de revenir aux plaisirs simples. Une introspection qui critique l’analyse de soi et la psychanalyse « chiante ». Une envie de grandir tout en restant enfant. Un bel imbroglio joyeusement triste, ou tristement joyeux, mais d’où on sort avec le sourire et l’impression d’avoir vécu toute une vie.

 

https://www.youtube.com/watch?v=7PKQKraCmhg

Phane Montet

Docteur en curiosité, conteuse d'histoire, adepte des vidéos de vulgarisation sur youtube, et fan incontestée d'Alain Damasio, je veux changer le monde (entre autre) et faire dégonfler mes chevilles !

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés