Junya Ishigami expose à la Fondation Cartier

Junya Ishigami, figure majeure de la jeune scène architecturale japonaise et Lion d’or à la biennale de Venise en 2010, investit la totalité des espaces de la Fondation Cartier pour l’art Contemporain du 30 Mars au 10 Juin 2018 à Paris. Il propose une exposition inédite, Freeing Architecture, présentant dix-neuf de ses projets architecturaux majeurs. Accompagné d’une trentaine de maquettes, conçues spécialement pour l’occasion, de dessins et vidéos, il dévoile ainsi sa manière de concevoir l’architecture tout en finesse et poésie.

Junya Ishigami nomme son approche du terme de « Freeing », un mélange de liberté (freedom) et d’émotion (feeling). C’est ainsi qu’Ishigami imagine dépasser les idées reçues sur l’architecture : en pensant librement afin d’anticiper un futur avec de nouveaux concepts architecturaux. Pour lui, ces nouveaux concepts se forment par un retour à la nature. Il ne conçoit pas une architecture sans y intégrer son environnement proche pour la magnifier et la transformer. Cette symbiose entre architecture et paysage donne une force singulière et poétique à ses créations.

L’architecte japonais a imaginé l’exposition Freeing Architecture de la même manière qu’il conçoit ses projets architecturaux : comme une œuvre à part entière.

Dans les espaces du bâtiment iconique de Jean Nouvel il joue de l’architecture transparente en contact direct avec la nature pour édifier l’emplacement de chacune des maquettes et dessins de l’exposition. Du mobilier à la plus grande échelle, Ishigami pense à chaque note de sa musique. Chacun de ses projets est un nouveau morceau qui dévoile son obsession de la forme, de la matière, de la fonction et de l’environnement en architecture.

Exposition Freeing Architecture à la Fondation Cartier © Lauranne Wintersheim/Maze

Une architecture paysage

La préservation de la nature est l’une de ses préoccupations majeures. Tandis que les questions écologiques en contraignent d’autres, Ishigami l’utilise comme outil de conception du projet. Suivant la nature du site et la fonction recherchée, il imagine de nouvelles manières de construire.

Il n’hésite pas à déplacer la nature pour la préserver comme c’est le cas dans son projet The Botanical Farm Garden à Tochigi (Japon). Alors qu’un site boisé est choisi pour la construction d’un hôtel, l’architecte japonais décide de déplacer tous les arbres dans une prairie à proximité.

Dessin de Junya Ishigami pour le projet de Jardins irrigués à Tochigi (Japon)

Afin d’impacter à minima le site protégé du parc floral Groot Vijversburg (Pays-Bas), Ishigami imagine pour un centre d’accueil des visiteurs une structure légère et flottant au-dessus de sentiers existants depuis la création du parc. En maquette, un paysage tout en dentelle blanche se forme par la prépondérance des arbres. Son intervention s’efface totalement afin de simplement sublimer le site naturel.

Photographie de maquette du Centre d’accueil des visiteurs, Tytsjerk (Pays-Bas) © Lauranne Wintersheim/Maze

Lorsque l’on demande à Junya Ishigami de concevoir huit maisons de vacances en pleine montagne au bord d’une rivière, il utilise comme base à la conception du bâtiment les pierres présentent sur le site. A partir de leur emplacement, il conçoit alors une structure en intervenant très peu sur les espaces formés naturellement par les pierres.

Un processus de conception aussi poétique que l’architecture en elle-même

Ishigami perçoit l’architecture comme un phénomène naturel. Paradoxalement, sa volonté de s’inscrire en douceur dans un paysage se réalise par des techniques de construction de plus en plus sophistiquées et innovantes. Il développe pour chacun de ses projets des techniques de construction extravagantes et poétiques qui amène à une réflexion aussi intéressante dans le processus que dans le résultat final.

L’institut de technologie de Kanagawa (Japon) est une de ses réalisations les plus célèbres. Tout en transparence et légèreté, il imagine une structure de 300 colonnes très fines pour structurer son bâtiment comme une forêt. Cette apparente irrégularité forme les espaces de travail sans pour autant les cloisonner.

Workshop, Kanagawa Institute of Technology, Japan. © junya.ishigami+associates

Pour House & Restaurant, un complexe d’habitation et un restaurant à Yamaguchi (Japon), Ishigami utilise le sol naturel comme moule pour son bâtiment. Une fois le béton séché et dégagé de la terre, il obtient une structure teinte de la terre et des pierres du site.

Photographie de la maquette du House & Restaurant à Yamaguchi (Japon) © Photo: Jean Picon

Préserver et monumentaliser

La préservation d’un environnement naturel s’étend aussi pour Ishigami à celui du patrimoine architectural. Pour le Polytechnic Museum à Moscou en Russie, il a dû réaliser un projet d’agrandissement et de rénovation du bâtiment historique. Après l’évaluation de l’état de la construction, il décide de simplement restaurer le bâtiment en surface et d’intervenir surtout sur les fondations constituant, pour lui, le cœur de l’édifice. Il révèle ainsi les fondations et les monumentalise en les transformant en nouvelle entrée du musée.

Pour son projet de résidence pour personnes âgées à Tohoku (Chine), Ishigami utilise la technique ancestrale de l’Hikiya, l’art de déplacer des maisons d’un endroit à un autre sans les démonter. Il fait venir une quarantaine de maisons menacées de démolitions des quatre coins du Japon pour former, par assemblage, une nouvelle architecture.

Photographie de la maquette Home for the Ederly à Tohoku, Japon © Lauranne Wintersheim/Maze

Le geste architectural est prépondérant chez Junya Ishigami. D’un coup de crayon, il imagine une forme forte et symbolique comme à Sydney avec la Cloud Arch ou encore à Rizhao (Chine) avec la Chapel of Valley.

En revenant à un travail manuel de l’architecture, il s’éloigne des règles dictées par la standardisation de la représentation de l’architecture afin de créer sa propre esthétique et des concepts architecturaux plus libre.

Jusqu’au 10 juin 2018 à la Fondation Cartier pour l’art contemporain (Paris, 14ème) https://www.fondationcartier.com

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés