Agendart – Une expo, des cygnes et des ogres

Tous les quinze jours, la rédaction Art de Maze vous propose une sélection de cinq événements à ne pas manquer ! La nouvelle saison du Palais de Tokyo est lancée !

Exposition – La nouvelle saison du Palais de Tokyo

Avec “Sensible”, sa nouvelle saison, le Palais de Tokyo entend célébrer le “mouvement”. Comme d’habitude, les expositions mettent plusieurs artistes à l’honneur. Au programme, quatre expositions (Theaster Gates, Angelica Mesiti, Julien Creuzet et Louis-Cyprien Rials) deux oeuvres In Situ (Julius Von Bismarck et Franck Scurti) et deux espaces de réalité virtuelle. L’artiste plasticien et poète Julien Creuzet propose une déambulation dans son univers, entre plusieurs de ses assemblages tandis qu’Angelica Mesiti explore les potentialités du langage et de la musique dans son exposition “Quand faire c’est dire” à travers la vidéo. De son côté, l’artiste français Franck Scurti qui se plait à questionner notre univers quotidien et domestique présente More is Less qui revisite le Christ Jaune de Paul Gauguin avec… une chaise ikea. Surtout, dans le cadre de cette nouvelle saison, le Palais de Tokyo accueille la première exposition en France de l’artiste américain Theaster Gates. Son projet s’intéresse aux histoires sociales des migrations et des relations interraciales en utilisant un épisode précis de l’histoire américaine (celle de l’île de Malaga dans l’Etat du Maine où vivait la première population interraciale américaine).

Palais de Tokyo, 13, Avenue du Président Wilson, Paris 16ème. Ouvert tous les jours de midi à minuit, sauf le mardi. Tarif: 9/12€

More is Less, Franck Scurti Photo: Aurélien Mole, Palais de Tokyo

Danse – Le retour du Lac des Cygnes à l’Opéra-Bastille

Le plus classique des ballets est de retour à Paris à jusqu’au 19 mars. L’occasion de (re)découvrir ce grand ballet et les destins croisés (et tragiques) des femmes-cygnes Odette et Odile dans la version de Rudolf Noureev de 1984. Le ballet étant archi-connu, ce sera surtout l’occasion d’aller admirer la nouvelle garde de l’Opéra de Paris, telle que Léonor Baulac et Hugo Marchand qu’on se ravit de retrouver dans de grands rôles après une fin d’année 2018 gâchée par une blessure. On ne boudera toutefois pas complètement les valeurs sures installées que sont Dorothée Gilbert et Myriam Ould- Braham.

Le lac des cygnes à l’Opéra Bastille. Durée : 2h55 avec un entracte. Informations et réservations : Opéra de paris

Théâtre – Ogres de Yann Verburgh en tournée

Avec sa toute première pièce, Yann Verburgh nous rappelle que l’homophobie existe encore et partout dans le monde. Le fil conducteur d’Ogres est l’histoire de Benjamin (instituteur rouennais, agressé et violé dans une forêt de Normandie) auquel s’agrège le récit de plusieurs autres
personnages à travers le monde, de l’Iran à la Russie. La mise en scène d’Eugen Jebeleanu permet de donner tout son sens au montage réalisé par l’écrivain. Le décor est simple : un intérieur à l’avant-scène, une forêt au loin dans laquelle on aperçoit parfois ces fameux ogres. Les comédiens passent du bourreau à l’agresseur, d’un endroit à un autre, d’une émotion à une autre, comme le public. Puissant, violent, triste mais aussi très beau…

Ogres –Photo: Olivier Balladur

Ogres de Yann Verburgh, mise en scène par Eugen Jebeleanu. Durée : 1h30. Le 9 Mars à La Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon, du 12 au 14 Mars à la Comédie de Béthune, le 4 Avril 2019 au Théâtre Salmanazar à Epernay.

Théâtre/Cirque – Grande au 104

Le duo Vimala Pons/Tsirihaka Harivel est de retour au 104 avec Grande, sa revue mi théâtre-mi cirque ultra barrée. La précédente série de représentations avait été interrompue à la suite d’une blessure de Harivel, malheureusement assez peu surprenante au regard des risques physiques qu’il prend tout au long de la revue. Composé de dix numéros présentés à l’envers (on commence par le « clou » du spectacle »), Grande est un show absolument unique qui repose sur une surenchère de tours de force et qui doit tout à l’inventivité, au talent et à l’énergie de ses merveilleux créateurs et interprètes, Pons et Harivel. Les deux touches à tout font passer du rire aux larmes… au rognage compulsif d’ongles quand ils décident de s’élancer dans les airs, de se mettre le feu ou de se promener avec une machine à laver sur la tête. On en ressort épuisés… de bonheur .

Grande au 104. Jusqu’au 2 mars. Tarif: 25€. Durée: 1h50. Informations: 104.fr

Chloë Braz-Vieira

Rédactrice en chef de la rubrique art. Toujours quelque part entre un théâtre, un film, un ballet, un opéra et une expo.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.