DECRYPTAGE – Les « midterms », moment décisif aux Etats-Unis

Alors que les élections de mi-mandat se tiendront le 6 novembre aux Etats-Unis, les différents scénarios font l’objet de tensions. La faible majorité des Républicains résistera-t-elle au scrutin ?

L’attentat de la synagogue de Pittsburgh le 27 octobre a plongé les Etats-Unis dans un climat tendu. Onze fidèles ont été abattus par l’assaillant. Quand certains appellent à l’unité, d’autres accusent le président américain Donald Trump d’être responsable de ces fractures sociétales. « Dans des moments comme celui-ci, nous devons nous rassembler », disait-il déjà lors d’un autre événement. Trois jours plus tôt, des colis piégés ont été adressés à des figures démocrates telles que Barack Obama et Hillary Clinton. Les tensions se cristallisent à moins de deux semaines des élections de mi-mandat aux Etats-Unis.

Comment fonctionnent les midterms ?

Mardi 6 novembre auront donc lieu les élections de mi-mandat aux Etats-Unis. Deux ans après l’investiture du président, elles ont pour but de renouveler les membres du Congrès. Il s’agit de l’entité qui rassemble la Chambre des représentants (chambre basse), renouvelée intégralement, et le Sénat (chambre haute) renouvelé par tiers. Concrètement, les Américains doivent élire les 435 membres de la chambre des représentants ainsi que 33 sénateurs. Contrairement à l’élection présidentielle, celles de mi-mandat se jouent au suffrage universel direct, les électeurs votent directement pour leurs députés et sénateurs. Pourtant, les midterms ne mobilisent pas autant que l’élection présidentielle. Généralement, le taux de participation se situe en dessous des 50%. Cette année verra peut-être une hausse dans la participation. En cause, les sujets brûlants tels que l’immigration qui marquent le mandat de Donald Trump, et ses déclarations provocantes.

À quoi s’attendre ?

La Chambre des représentants a un rôle de représentation des citoyens dans leur quotidien. Tandis que le Sénat américain a pour fonction principale de voter les lois fédérales et de ratifier les nominations. Sur les 33 sénateurs dont le mandat est remis en jeu, 23 sont Démocrates pour seulement 8 Républicains. Deux autres sénateurs indépendants sont cependant associés aux démocrates. L’objectif  pour les Républicains est donc de ne pas perdre de siège pour conserver leur mince majorité. FiveThirtyEight, média américain spécialisé dans l’analyse de données, estime que les Républicains ont 82,6% de chance de conserver leur majorité tandis que les chances des Démocrates ne s’élèvent qu’à 17,4%. Sous le hashtag #RedWave, les  Républicains entendent asseoir leur majorité.

Si les Républicains gagnent, la marge de manœuvre de Donald Trump reste la même. Sa majorité pourra donc voter les lois du gouvernement. A l’inverse, si les Démocrates remportent la majorité, ils peuvent faire blocage sur la politique de Donald Trump. Alors que des sujets comme l’immigration continuent de cliver la population, il faudra attendre le 6 novembre pour en connaître le résultat.

Quels enjeux ?

Les élections de mi-mandat sont avant toute chose le moment pour faire le bilan sur la présidence. Traditionnellement, les scrutins vont à l’encontre du pouvoir en place, en guise de contestation. En 2014, les Américains avaient notamment désapprouvé la politique du président Barack Obama. L’événement est donc crucial pour la suite du mandat de Donald Trump.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.