Parlez moi d’asso #1 – Électeurs en Herbe : “La citoyenneté ça ne s’apprend pas, ça se vit”

Inspiré par un projet né au Québec, le programme Électeurs en herbe permet aux jeunes d’expérimenter la pratique de la citoyenneté avec de véritables simulations électorales. Coline Vanneroy, présidente et fondatrice de l’association, nous a fait part de son engagement et des actions menées depuis deux ans auprès de collégien.ne.s et lycéen.ne.s français.e.s.

Comment avez-vous eu l’idée de créer Électeurs en herbe ?

Coline Vanneroy : Quand j’étais déléguée générale d’Animafac, nous avons mené des recherches sur les politiques de jeunesse en Europe. J’ai également regardé du côté du Québec, et découvert le programme Electeurs en herbe, né en 2001 outre-Atlantique.

En deux mots, Électeurs en herbe est un programme d’éducation à la citoyenneté, non partisan, mis en œuvre auprès de jeunes de 11 à 18 ans dans le contexte d’une vraie campagne électorale (élections municipales, régionales, nationales ou européennes). La démarche inclut une simulation d’élections, qui leur permet d’exercer leur droit de vote et de se positionner sur de véritables candidats ou listes.

Au Québec, le programme a touché plus de 300 000 jeunes en une dizaine d’éditions, et j’ai trouvé la démarche géniale. J’étais convaincue qu’en proposant un programme ancré dans le réel, basé sur des pédagogies actives, les jeunes se sentiraient pris au sérieux et qu’ils joueraient le jeu. La citoyenneté, ça ne s’apprend pas, ça se vit ! La participation à des projets, selon nous, offre un meilleur enseignement que l’apprentissage « descendant » de la citoyenneté – qui reste très ancré en France.

J’ai appelé l’équipe québécoise en charge du projet, et obtenu leur autorisation pour reprendre le nom de la “marque”. J’ai alors mesuré tout le travail que pouvait représenter l’adaptation du programme au contexte français. Et ensuite, vous savez comment naissent les aventures associatives : j’ai appelé quelques ami.e.s intéressé.e.s par le sujet, on s’est mis.e.s au boulot, et c’était parti !

Quelles sont les principales activités menées par l’association ?

C.V : Notre activité principale est la production de parcours pédagogiques d’éducation à la citoyenneté. En amont d’une élection, nous proposons un parcours organisé en 5 étapes : « ma démocratie », « je m’informe », « mon opinion », « je vote », et « je m’engage ? ». Ces activités permettent aux élèves de travailler en groupe, avec des méthodes actives et ludiques. Notre objectif est alors de promouvoir la coopération entre les participant.e.s, le respect d’autrui et celui des différences – d’opinions notamment.

Notre deuxième activité, ensuite, c’est de faire connaître la démarche et d’accompagner sa mise en oeuvre dans les territoires. Nous n’intervenons pas directement auprès des jeunes, mais nous pouvons accompagner les équipes éducatives dans l’appropriation du programme, en nous rendant sur place gratuitement. Ces équipes sont composées d’enseignant.e.s, de personnels de l’éducation nationale et d’acteur.rice.s associatif.ve.s engagé.e.s auprès des jeunes.

Dans un contexte de rejet, de défiance vis-à-vis de la politique, quel peut-être le rôle d’une association citoyenne comme Électeurs en herbe ?

C.V : Nous offrons aux jeunes un cadre d’expérimentation pratique du processus électoral et de la démocratie. De cette manière, nous leur permettons de structurer leurs opinions, de développer leur esprit critique et d’être en mesure de participer au débat public, plutôt que de s’en détourner.

Quelles sont les réactions des jeunes qui prennent part aux programmes de l’association ?

Les jeunes nous ont raconté que le programme leur avait permis de travailler et d’apprendre autrement, de manière active. Il leur a offert la possibilité de développer des compétences citoyennes, et notamment, de renforcer leur capacité à exprimer leurs points de vue, à respecter celui des autres. Avec Électeurs en herbe, ils se sentent pris.e.s au sérieux, légitimes, et cela permet de faire évoluer leur rapport à la politique et aux processus électoraux. L’évaluation du programme mené pendant les élections présidentielles, en 2017, nous a aussi permis de relever un impact positif sur les différentes équipes éducatives.

Quels sont les projets, les objectifs et les engagements futurs de l’association ?

Dans le cadre des prochaines élections européennes, prévues en mai 2019, l’équipe d’Électeurs en herbe a créé un nouveau parcours pédagogique, d’ores et déjà̀ disponible sur notre site internet. Après une année d’expérimentation, qui nous a permis de toucher 1000 jeunes, nous souhaitons que le programme essaime progressivement et s’adresse à de plus en plus d’établissements, de structures jeunesse et de jeunes.

Nous sommes également en contact avec d’autres structures à l’échelle européenne, pour accompagner l’adaptation d’Electeurs en herbe à d’autres pays, comme nous-mêmes l’avons fait à partir du projet québécois. Enfin, nous commençons déjà à réfléchir au parcours pédagogique pour les élections municipales, qui auront lieu en mars 2020, et à une adaptation du programme pour les écoles primaires. Nous avons donc pas mal de pain sur la planche !

Clara Lalanne

Apprentie journaliste au CFJ Paris & diplômée de Sciences Po Aix. Incorrigible féministe-bobo-gaucho. Sinon j'aime la musique alternative, la photo, et l'Amérique latine (beaucoup).

1 commentaire
  1. Pour pénétrer les établissements scolaires ou les lieux comme les maisons de quartiers, mjc, etc… il vaut mieux avoir des agréments et de références. Votre démarche semble au demeurant fort intéressante. Travaillez-vous en partenariat avec d’autres associations ayant “pignon sur rue”?

    Très cordialement