La BD du mois – Les femmes dans les programmes politiques

 

Retrouvez plus de bandes-dessinées de fem enragée sur mon blog, Le genre au quotidien !

A propos de cette bande-dessinée :

Je regrette de n’avoir pas pu aller plus en profondeur dans les programmes des candidats, et de ne pas avoir représenté les tous petits candidats. Je manquais d’espace.

Je trouve que c’est une bonne chose que presque tous les programmes fassent mention des femmes et même que nous occupions une place importante dans certains programmes (Hamon, Mélenchon, Fillon et Poutou ont dédié un chapitre ou sous-chapitre aux droits des femmes). Cela montre que la société prend de plus en plus conscience de la condition des femmes. Pour autant, je ne vais pas aller m’agenouiller devant les politiques en les remerciant d’enfin ouvrir les yeux sur notre condition. C’est largement insuffisant, vu le contenu des programmes. Fillon a une vision de la femme très conservatrice, voire rétrograde (ça ne surprend personne) et imite Marine Le Pen quand, sous couvert de défendre les femmes, il propose des mesures racistes. Personne ne parle des femmes de couleur, et quand on parle des musulmanes, c’est la plupart du temps pour les attaquer. La notion d’intersectionnalité est quasiment absente des programmes. J’ai aussi été choquée par cette phrase contenue dans le programme d’Artaud : « La France n’a reconnu [le droit de vote] aux femmes qu’en 1944… bien après la Turquie ! », à peine raciste et inappropriée… Bref.  Parler des femmes peut aussi être un bon moyen de gagner des voix, et c’est clairement visible dans le programme de Macron qui ne s’est absolument pas renseigné sur la question.

J’ai aussi conscience que ma méthode est très imparfaite. D’abord, parce que j’ai simplement cherché l’entrée « femmes » dans les programmes, alors que les problèmes liés aux femmes sont multiples et complexes. Certaines mesures qui ne concernent pas explicitement des femmes pourraient les affecter, en bien ou en mal. Mais je trouve que c’est un bon moyen d’entrer dans le sujet facilement et d’avoir une idée de ce que les candidat·e·s proposent, même si on n’a qu’une vision partielle.

On ne pas juger un·e candidat·e uniquement sur son programme. Il faut se renseigner sur ses soutiens, ses prises de positions publiques, son parcours, ses propos, ses « dérapages », etc. Encore une fois par manque d’espace, j’ai choisi de me limiter aux programmes. Je vous invite à chercher par vous-même. Et je vous invite à aller consulter les programmes des candidat·e·s, rechercher les mots « femmes », « islam », « religion », « famille », « PMA », « migrants », « immigration » et faire des statistiques, c’est rigolo ! J’ai voulu faire des statistiques sur le mot « transgenre », mais seul Poutou le mentionnait. Oups.

Cléo Schwindenhammer

Cartooniste et féministe, j’écris et dessine pour Maze depuis la Chine.