RETRO – 2018 en images

Photo : © AFP


À l’heure de commencer une nouvelle année, retour en images sur les événements forts qui ont marqué 2018.

L’adieu au « cuisinier du siècle »

© AFP PHOTO / Philippe DESMAZES

La plus grande brigade du monde réunie pour les obsèques du plus grande des cuisiniers : le 28 janvier, le monde de la cuisine rendait hommage à Paul Bocuse, trois étoiles au Michelin depuis 53 ans. Des chefs du monde entier étaient réunis pour ses obsèques en la cathédrale Saint-Jean de Lyon. Parmi les personnalités disparues en 2018, on retiendra les artistes France Gall, Charles Aznavour et Aretha Franklin ; les réalisateurs Milos Forman et Claude Lanzmann ; l’astrophysicien Stephen Hawking ; la légende des comic books américains Stan Lee ; ou encore, un autre chef français, Joël Robuchon.

Fourcade, ce géant

© Gregorio Borgia / AP / SIPA

Les Français se passionnent peut-être pour le biathlon seulement tous les quatre ans, mais ils ont bien raison. Et à Pyeonchang au mois de février, Martin Fourcade leur a bien rendu. Après deux contre-performances lors des deux premières épreuves de ces Jeux Olympiques d’hiver, le Français a réglé la mire et s’est surpassé pour remporter deux médailles d’or en individuel, et une en relais. Avec trois titres olympiques dans les mêmes Jeux, Martin Fourcade égale le record de la légende du ski français Jean-Claude Killy.

Après l’horreur, la révolte à Parkland

© RHONA WISE / AFP

Cela ressemble à un éternel recommencement. Les États-Unis connaissent en moyenne 340 fusillades par an. À chaque fois l’émotion, à chaque fois la colère, à chaque fois le même débat sur les armes, et à chaque fois aucune réponse. Le 14 février, un ancien élève tue 17 personnes dans un lycée de Parkland en Floride. S’en suivent des manifestations pour le contrôle des armes à feu. Quatre jours après l’attaque, Emma Gonzalez, survivante de Parkland, fait sensation avec son discours, où elle interpelle directement les élus pro-armes, et le président Trump : « honte à vous ! »

Arnaud Beltrame, ce héros

© Ludovic Marin / AFP

« Au moment du dernier adieu, je vous apporte la reconnaissance, l’admiration et l’affection de la nation toute entière », les mots d’Emmanuel Macron, à l’attention du gendarme Arnaud Beltrame lors de l’hommage national qui lui fut rendu aux Invalides, le 28 mars. Cinq jours plus tôt, le lieutenant-colonel de gendarmerie s’était substitué à un otage, lors de l’attentat terroriste de Trèbes, près de Carcassonne, qui fit quatre morts au total. Le terrorisme a frappé trois fois en France en 2018 : à Trèbes en mars, à Paris où une personne a été tuée à l’arme blanche en mai, et sur le marché de Noël de Strasbourg début décembre, où 5 personnes sont mortes.

Les deux Corée sur le chemin de la paix

© Reuters

Le 27 avril 2018 restera comme une date historique dans l’histoire du monde. Le dictateur nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in se serrent la main, sur la ligne de démarcation qui sépare leurs deux pays, avant de s’entretenir au sud. C’est la première fois qu’un dirigeant nord-coréen passe de l’autre côté depuis la guerre de Corée (1950-1953). Les deux pays sont aujourd’hui encore officiellement en guerre puisqu’aucun traité de paix n’a été signé. Fin décembre, Kim Jong-un a indiqué vouloir rencontré « plus souvent » son voisin, notamment pour travailler sur la question de la dénucléarisation de la péninsule, sujet évoqué aussi avec le président américain Donald Trump.

L’Aquarius à la dérive

© REUTERS/Heino Kalis

Enfin la terre ferme. Après une semaine d’errance en Méditerranée et d’imbroglio diplomatique entre pays européens, l’Aquarius entre enfin dans le port de Valence le 17 juin, avec 629 migrants à son bord. Refoulé par Malte et l’Italie, puis par la France, le bateau de sauvetage de l’association SOS Méditerrannée trouve finalement refuge en Espagne. L’Aquarius perd ensuite son pavillon, aucun pays n’accepte de lui en accorder un nouveau. Début décembre, l’association annonce la fin des activités de ce bateau, qui aura permis de sauver 3000 naufragés au total.

Ramenez la coupe à la maison

© Page Facebook Equipe de France de football

20 ans que la France du foot vivait avec le souvenir du 12 juillet 1998. Le 15 juillet 2018, l’Equipe de France accroche une deuxième étoile à son maillot bleu en battant la Croatie en finale (4-2). Critiqués pour leur jeu peu spectaculaire, les Bleus ont passé chaque difficulté, non sans douleur, fruit de la culture de la gagne imprégnée par leur sélectionneur Didier Deschamps depuis six ans. Il restera de cette épopée russe la « frappe de bâtard » de Benjamin Pavard, l’explosion de Kylian Mbappé, le seum de nos amis Belges, et une chanson qui reste beaucoup trop dans la tête. Allez les Bleus, allez…

La désolation à Gênes

©LUCA ZENNARO/EPA

Un pont coupé en deux. Le 14 août, une partie du viaduc de Polcevera, communément appelé « pont Morandi » du nom de son créateur, s’effondre sur un quartier de la ville de Gênes en Italie. Deux travées et leur pylône s’effondrent, emportant les voitures qui se trouvaient sur le tablier. Le bilan est de 43 morts et 16 blessés, 600 personnes ont dû elles évacuer le quartier. Le gouvernement italien met en cause la société d’autoroute concessionnaire du pont, et résilie son contrat. Les conséquences économiques pour ce grand port italien sont également très importantes. Un projet de nouveau pont a été validé, imaginé par l’architecte Renzo Piano, concepteur notamment du centre Pompidou à Paris.

Devoir de mémoire

© Ludovic Marin/Pool via REUTERS

Au terme de son « itinérance mémorielle » dans l’est et le nord de la France, Emmanuel Macron a rendu hommage aux « combattants du monde entier », engagés lors de la Première Guerre mondiale, le 11 novembre 2018 cent ans jour pour jour après la signature de l’armistice. Discours prononcé devant une centaine de chefs d’Etat et de gouvernements réunis devant l’Arc de triomphe. « Vive la paix, vive les nations libres, vive la France », a conclu le président de la République.

La France en jaune

© SIPA. IDRISS BIGOU-GILLES / HANS LUCAS

Tout est parti de la hausse des prix des carburants. Une pétition réunit plus d’un million de signatures pour réclamer l’annulation de la taxe carbone, des appels à manifester en gilet jaune le 17 novembre se multiplient sur les réseaux sociaux : le mouvement est lancé. Sur les rond-points, les revendications se multiplient : baisse des taxes, augmentation des taxes, référendum d’initiative citoyenne, rétablissement de l’ISF… Des violences ont lieu en marge des manifestations, notamment à Paris. Près d’un mois après le début du mouvement, Emmanuel Macron prend la parole : il annonce une augmentation de la prime d’activité de 100 euros pour les salariés au SMIC, le retour sur la hausse de la CSG pour une partie des retraités. Mais certains ne désarment pas. S’ils sont passés selon les chiffres officiels du ministère de l’Intérieur de 280.000 manifestants dans toute la France le 17 novembre à 12.000 le 30 décembre, les gilets jaunes promettent de poursuivre le mouvement en 2019.

Kevin Dufreche

Directeur-adjoint de la rédaction. Radiophonique, parait-il !

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.