Clips de la semaineMUSIQUE

CLIPS DU MOIS – Novembre #1

clips du mois novembre
Crédits Guillaume Lacoste

Deux fois par mois, la rédaction vous offre une sélection de clips qui ont fait l’actualité musicale. Pour cette première sélection du mois de novembre :

Lomepal – 50° réalisé par Lola Degasne

Dans son dernier clip 50°, Lomepal a de l’énergie à revendre. Toujours dans l’ambiance rock’n roll chère au chanteur, l’on y retrouve la violence de la capitale et les tournées trépidantes sur le territoire. La caméra tremble et les plans sont anarchiques, à l’image de cette philosophie carpe diem que l’on connaissait déjà avec Pommade, sorti il y a cinq ans. Mais le style de Lomepal a mûri et s’est comme assombri, avec une esthétique plus froide, plus crue, plus punk…

Non sans pessimisme, quelque chose d’apocalyptique se dégage de ce clip, en écho avec l’allusion cynique que fait le chanteur au réchauffement climatique et à la fin du monde qu’il évoque explicitement. 50° se conclut avec une scène poétique, un piano abandonné aux vagues, une invitation à ressaisir notre moi intérieur.

Marion Bauer

TOUKAN TOUKAN – Take Control réalisé par Yannis Pachaud

Toukan Toukan. Kézako ? Une chanteuse, Laure. Un producteur et ingénieur du son, Étienne. Duo encore méconnu de la pop française, Toukan Toukan nous embarque dans un univers 80’s très punchy. La voix espiègle de la chanteuse amuse, n’hésitant pas à aller dans les aigus et à tremper dans le sur-jeu. Le clip nous rappelle l’Amérique énigmatique des thrillers de Carpenter & Co. Avec un message féministe, Take Control brise la glace avec humour en se réappropriant les codes virilistes du thriller : « Take the control, leave me alone. » En bref, pour ceux qui n’auraient pas compris le message : Girls just want to have fun.

Marion Bauer

The Blaze – Dreamer réalisé par The Blaze

Dreamer remet sur la table l’un des groupes électroniques français les plus émotifs et poétiques d’aujourd’hui. Le single, qui est un avant-goût de l’album à paraître en 2023, est accompagné d’un clip vidéo réalisé par le duo lui-même. The Blaze nous amène de nouveau en Afrique, au Sénégal cette fois, pour nous conter un récit pulsatif et profondément humain. À Dakar, des corps agiles et souples s’entremêlent, forment un exutoire, une ligne visuelle poétique.

À la fois si proche et si lointaine, la jeunesse mise en scène, avec à sa tête l’acteur Birane Ba de la Comédie Française, rêve et vibre à pleine puissance. Alors que résonne « Open the gate of love, to make the stars glow » (Ouvrez les portes de l’amour pour permettre aux étoiles de briller), le clip nous transporte et s’incarne en une célébration de la vie et de l’union entre les êtres humains. Les pionniers de l’emotional dance music nous livrent comme à leur habitude un morceau avec peu de mots, mais où synthétiseurs et consoles parlent d’eux-mêmes.

The Blaze revisite ainsi l’idée de communauté, de résilience, et braque un regard poétique sur de petits moments d’existence partagée. Comme à son habitude, le duo arrive à toucher les bonnes cordes et nous livre à travers cette odyssée humaine un clip qui, une fois de plus, nous apparaît comme une expérience cinématographique de premier ordre. «  Nous continuons à faire ce que nous aimons librement : des portraits, des portraits de personnes, des personnes que notre société bourgeoise considère comme étant en marge.  »

Romane Fragne

MorMor – Here It Goes Again réalisé par Adrian Villagomez

À l’occasion de la sortie de son album Semblance, le chanteur et multi-instrumentiste MorMor, de son vrai nom Seth Nyquist, nous dévoile Here It Goes Again, un morceau pop lumineux sur lequel le falsetto satiné du chanteur glisse harmonieusement. Le clip, signé Adrian Villagomez, nous entraîne dans une boucle temporelle vertigineuse, entrecoupée de flash-backs et de rencontres incongrues.

Here It Goes Again fait l’éloge de la répétition, des sentiments amoureux et de ceux teintés de perte et de confusion lorsque la relation s’effondre. La plastique des fleurs et des costumes nous renvoie aux symboles de vie auxquels l’artiste s’attaque en voulant recréer l’expérience du piège, du cycle sentimental éternel. Un morceau entraînant accompagné d’une réalisation artistique envoûtante à la plastique fantaisiste, qui annonce la couleur d’un album sur lequel on ne manquera pas de s’attarder.

Romane Fragne

Evergreen – Aidono réalisé par Raphaël Neal

Le duo français Evergreen revient avec un nouveau titre aux ondes bossa nova et chaleureuses : Aidono, deuxième single annonciateur du prochain EP Sign Out prévu pour le 18 janvier 2023. Le refrain, entêtant et clamant ne pas savoir quoi faire, critique notre génération bien trop connectée ou addict à ses écrans. C’est sur le Pier de Brighton que le groupe nous emmène dans les délicieuses couleurs de la vie et nous montre ce que c’était réellement de s’occuper avant nos téléphones.

C’est sur une instru électronique emplie de sons et rythmes brésiliens ensoleillés que Michael et Fabienne nous invitent à déconnecter, afin de profiter de la vie et des joies qui nous entourent.

Thomas Soulet

Warhaus – When I Am With You réalisé par Pieter De Cnudde

La moitié du groupe belge Balthazar présente son clip séduisant pour le titre When I Am With You, annonçant la sortie de son troisième effort Haha Heartbreak. Maarten Devoldere revient donc avec son projet solo Warhaus et nous présente ce dernier single lancinant et soul. Nous nous retrouvons face à lui, happés par son étrange chorégraphie enivrante et sa musique groovy aux envolées de cordes très cinématographiques.

Subtilement sexy et fascinant, Warhaus nous emmène dans cette pop soul aux notes de piano légères suintant les seventies. On ne rêve que de désir et de tendresse, entouré des bras ensorcelants de cette sublime déclaration d’amour. Un remède subtile à la gueule de bois des cœurs brisés.

Thomas Soulet

You may also like