ARTThéâtre

FESTIVAL D’AVIGNON – « Guten Tag Madame Merkel », portrait de la grande dame

GUTEN TAG MADAME MERKEL
Anna Fournier © Marie Charbonnier

Dans un seule en scène impeccablement ciselé, Guten Tag Madame Merkel parvient à intéresser (et faire rire !) son public en parlant de, et seulement de, l’ex-chancelière allemande, Angela Merkel.

S’il y a une chose que l’on ne pensait pas voir advenir au sujet d’Angela Markel, c’est bien un spectacle. Alors on rentre dans la petite salle du Théâtre du Train Bleu à moitié convaincu, mais tout de même persuadé que l’on va bien rire, parce que les sarcasmes ne devraient pas manquer autour de cette femme « sans charisme  », comme Merkel aimait elle-même à se définir. Les lumières s’éteignent et Anna Fournier se plante devant son public, droite comme un piquet, et commence à entonner avec l’air flegmatique (et un accent allemand) caractéristique de la femme politique.

Une petite veste rouge posée sur le dossier de sa chaise, la comédienne, métamorphosée en Angela Merkel, raconte cette jeunesse iconoclaste, passée en RDA. « De l’autre côté, les gens manifestaient, quels enfants gâtés ils faisaient ! », glousse la fausse chancelière, avant de confier sa fascination pour l’Occident et les États-Unis. « Je connais mieux l’Ouest que ceux de l’Ouest eux-même », finira-t-elle par admettre.

La drôle de Merkel enchaîne sur son parcours – «  toujours dans des milieux d’hommes !  », d’abord en physique, avant d’entrer en politique. De fil en aiguille, Angela, femme sans charisme et « mal habillée » est successivement nommée à des postes de pouvoir (« Ministre des femmes et de la jeunesse, alors qu’aucun des deux sujets ne m’intéressait  »), avant de coiffer la gauche (et tous les hommes) au poteau et de devenir la première femme chancelière.

Dirigeante d’une époque

De récit autobiographique, Guten Tag Angela Merkel passe au récit géopolitique. L’écriture se renouvelle autour de bons mots sur les situations les plus mémorables de la carrière de la chancelière. Tout y passe : l’insupportable Nicolas Sarkozy (avec des imitations à hurler de rire), les constats sur l’Europe, la crise grecque…et la culture politique française. «  Vous les Français, vous aimez bien voter pour un Papa », entonne la comédienne, même accent et même air faussement naïf.

De cette comédie bien écrite et intelligente, on rit en même temps qu’on découvre le parcours d’une femme paradoxale, ennuyeuse, mais la plus puissante du monde, sans charisme, mais qui a su s’imposer au sein d’une scène politique internationale encore régie par les codes des hommes. Anna Fournier, impeccable dans son interprétation, parvient, avec Guten Tag Angela Merkel, à poser un regard critique sur une époque finissante. Un triomphe, récompensé par des applaudissements enthousiastes et interminables de spectateurs ravis.

Guten Tag Angela Merkel, de et avec Anna Fournier au Théâtre du Train Bleu.

Auteur·rice

Journaliste

You may also like

More in ART