ARTThéâtre

FESTIVAL D’AVIGNON – « Tom à la ferme », une intense tragédie

Tom à la ferme de la compagnie NACEO © La Provence

La compagnie NACEO livre une adaptation brute et poignante du texte de Michel Marc Bouchard.

Tom rend visite à la famille de Guillaume, son amant décédé. Au sein d’une ferme recluse, il va faire la rencontre de Francis, le grand frère du défunt et d’Agathe, la maman. Tout semble les opposer, un citadin distingué face à des campagnards avérés. Pourtant, des liens vont rapidement se créer.

Dès son arrivée, Tom doit cacher son identité sexuelle et celle du défunt auprès d’Agathe tandis que Francis est au courant de leur relation. Francis, impétueux, se montre violent avec son invité dont il n’accepte pas la sexualité. Cette haine passive-agressive découle en une sorte de fascination malsaine entre Francis et Tom. Au départ vécu comme un enfer, la ferme pourrait se révéler envoûtante…

 Glaciale était l’ambiance dans la salle. Un bourdonnement de fond accompagne les personnages statuesques qui se tiennent debout tandis que le public s’installe. La couleur est annoncée.

Huis clos psychologique

Seules quatre chaises en bois et une palette font office de scénographie. La réutilisation de ces éléments pour modifier l’espace est un choix judicieux qui transmet cette idée de huis clos tant psychologique que spatial. Un décor épuré laisse place à la narration que nous livrent les comédiens. On s’y croirait.

Entre moments vécus et racontés, la souffrance des personnages est palpable. Des scènes de violence se déroulent sous nos yeux dans lesquelles se mêlent douleurs et plaisir, amour et haine. Les corps engagés des comédiens s’entrechoquent virulemment comme ils s’enlacent avec douceur.

Des images relatives à la religion, tant au niveau corporel que lumineux et musical, font écho de manière frappante à l’imaginaire collectif.

Les personnages sont magnifiquement incarnés. Le jeu d’acteurs, qui paraît faux de prime abord, s’est révélé authentique quant à l’essence théâtralisée des personnages du texte. Les comédiens nous livrent un jeu d’une grande intensité à l’image de l’intrigue poignante.

Seule Hélène, «  la petite amie  » de Guillaume inventée par Francis pour satisfaire Agathe, est un personnage excessivement comique qui aborde des mimiques prononcées. Ce jeu de la femme niaise et écervelée m’a quelque peu dérangé. Excepté ce personnage cliché, l’émotion propagé par les autres personnages parait très réaliste. Loin d’être des larmes de crocodile, les émotions divulgués par les comédiens empoignent ceux ressentis par le public et nous tiennent en haleine.

Tom à la ferme de la compagnie NACEO, à l’Atelier 44, 17euros.

Auteur·rice

You may also like

More in ART