ART

FESTIVAL D’AVIGNON – « Silent Legacy », le krump en héritage

Ange Esposito

La chorégraphe Maud Le Pladec et l’artiste Jr Maddripp explorent la notion d’héritage dans un spectacle autour du krump et de la danse contemporaine. Les deux interprètes, Adeline Kerry Cruz – petite fille de huit ans – et Audrey Merilus subjuguent et offrent au Festival d’Avignon 2022 son plus beau spectacle. 

Au début, on ne voit qu’elle. Sur la scène du Cloître des célestins, dans une scénographie très léchée, au centre d’un carré de lumière, Adeline Kerry Cruz, huit ans. Voir un si petit corps sur scène, c’est un événement en soi. Le voir bouger de cette manière, c’en est un autre, et pas des moindres. Originaire du Canada, Adeline Kerry Cruz est un prodige du krump, une danse née au début des années 2000 dans les faubourgs défavorisés de Los Angeles. Elle le pratique depuis son plus jeune âge au côté de Jr Maddripp, Kevin Gohou de son vrai nom, français établi à Montréal et ancien collaborateur du Cirque du Soleil. 

La musique envoutante du spectacle a été composée par la DJ Chloé Thevenin. Elle sied parfaitement aux mouvements saccadés d’Adeline Kerry Cruz qu’on ne se remet pas de voir évoluer avec tant d’aisance et de charisme. De par son origine, le krump est une danse toute en retenue mais qui comprend des mouvements «  violents  », où l’on mime la confrontation et l’emploi des armes. Evidemment, ce n’est pas l’histoire d’Adeline Kerry Cruz. Et pourtant, grâce à la transmission d’autres artistes, c’est aussi son héritage. 

© Alexandre Haefeli

Une histoire de la danse

Le spectacle a l’intelligence de ne pas se contenter de proposer une performance d’enfant. Aussi hallucinante soit-elle, cela aurait surement quelque chose d’obscène ou de réducteur. Il ne s’agit pas de créer une version longue de Prodiges, l’émission de France 2. À deux reprises, Adeline Kerry Cruz est rejointe sur scène. D’abord par son mentor, Jr Maddrip, pour une impressionnante séquence de duo entre leurs deux corps si différents.

Arrive ensuite Audrey Merilus, une danseuse contemporaine adulte. Elle joue d’abord l’ombre de la petite fille avec de s’emparer pleinement de la scène et de déployer son propre vocabulaire. Bien que plus variée et dynamique que le krump, sa danse n’en est pas complètement éloignée. On l’image petite fille, développer une passion pour la danse, s’entraîner toute sa vie, enrichir sa pratique d’héritages divers afin de devenir l’artiste accomplie qu’elle est désormais. 

A travers des pièces ramassées, Maud Le Place poursuit l’exploration de son histoire de la danse. En 2017, dans le mémorable solo Moto-Cross elle explorait déjà son héritage personnel. Elle poursuit ce travail avec talent dans Silent Legacy dont il faut encore souligner la beauté de la mise en scène et de la scénographie, notamment de la création lumières de Nicolas Marc. Probablement l’un des plus beaux spectacles de cette édition 2022 et un des rares que l’on voudrait plus long tant il passe vite. 

Silent Legacy de Maud Le Pladec et Jr Maddripp. Au Festival d’Avignon jusqu’au 26 juillet 2022 puis en tournée (du 15 au 18 mars à Chaillot, Théâtre national de la danse à Paris). Durée : 50 minutes.

Auteur·rice

Rédactrice "Art". Toujours quelque part entre un théâtre, un film, un ballet, un opéra et une expo.

    You may also like

    More in ART