MUSIQUEMusique en bref

MUSIQUE EN BREF – Expérimentations ensoleillées

Crédits Guillaume Lacoste

Toutes les deux semaines, les journalistes de Maze vous proposent un tour d’horizon des albums et EP qui ont fait l’actualité musicale.

Bertrand Belin – Tambour Vision

La discographie sans faux pas de Bertrand Belin s’enrichit d’un nouveau disque intitulé Tambour Vision. Si on aimait depuis longtemps cette façon de jouer avec les mots, ses nouveaux morceaux sont plus électroniques qu’auparavant. Dans le clip de « Que Dalle Tout », il joue avec la matière comme un David Lynch en pleine expérimentation, à la manière de la troisième saison de Twin Peaks. Les synthétiseurs prennent une place importante dans ce dernier opus. Parfait pour coller à l’esthétique minimaliste de Bertrand Belin. A ce titre, c’est le prolongement logique du précédent album intitulé Persona (2019), et cela ouvre des pistes passionnantes pour le futur de l’artiste.

Sortie le 6 mai

Coups de cœur : « Marguerite », « La Comédie ».

Clément Simon

Ibeyi Spell 31

Ovnis musicaux, les jumelles françaises reviennent avec un album fascinant et onirique. Ce nouvel opus s’ouvre sur « Sangoma », introduction aérienne aux célébrations à venir tout en harmonies. Car oui, les voix d’Ibeyi résonnent à l’unisson et glissent en mélodies : « O Inle » s’érige en hymne tant les chants des jumelles sont en symbiose. Mais ici, il est surtout question de panser ses blessures et de célébrer la magie même de la vie. Sur l’épuré « Tears Are Our Medicine », les larmes sont indispensables au processus de guérison. Sur la piste « Lavender & Red Roses », en collaboration avec la divine Jorja Smith, l’essence de l’album transparaît. En résulte une pépite inclassable, entre électro et percussions, élevée par une inoubliable mélodie. Notons que les apparitions de Pa Salieu et BERWYN (ici excellent) sont remarquables, tant elles se fondent avec naturel dans l’univers des jumelles. À écouter… Mais gare à vous, vous pourriez être enchantés.

Sorti le 6 mai

Coups de cœur : « Rise Above », « Lavender & Red Roses », « Tears Are Our Medicine », « Made Of Gold ».

Robin Schmidt

Bloc Party – Alpha Games

Passés sous les radars depuis trop longtemps, les britanniques de Bloc Party reviennent avec un sixième album diablement efficace et inventif. Le groupe originaire de l’Essex avait été propulsé en 2005 par l’urgence de leur premier opus, Silent Alarm. Ils sont de retour le 6 mai avec Alpha Games, qui a la lourde tâche de supplanter les précédents albums. Défi relevé ! Oscillant entre post-punk, rock influencé par Arctic Monkeys et pop ensoleillée, ce nouvel opus part dans plusieurs directions sans toutefois se perdre. Que ce soit l’intense « Traps », le post-punk « The Girls Are Fighting », le sombre « Rough Justice » ou l’aérien « Of Things Yet To Come », les morceaux trouvent une unité dans leur approche différente du mot rock. Ce qui fait la pâte de Bloc Party, c’est cette aptitude à passer d’un rock intense, presque agressif, à une pop guitarisée et aérienne. Bloc Party, c’est l’archétype du style pop-rock.

Emmené par son leader Kele Okereke, Bloc Party publie un album à la fois politique et sentimental. Bien qu’on apprécie peu cette expression, il faut bien reconnaître qu’Alpha Games est l’album de la maturité. Son chanteur et guitariste est jeune père de famille et on ressent que le monde qui l’entoure le concerne, de par ses enfants et leur futur. Enfin, on peut remercier Bloc Party de nous offrir un album de «  seulement  » 12 titres et 40 minutes. A l’heure où règnent les albums dépassant les 15 titres, Bloc Party livre un opus «  classique  », dans le bon sens du terme, accessible mais pas rébarbatif, innovant mais pas expérimental.

Sortie le 6 mai

Coups de cœur : « Day Drinker », « Traps », « Sex Magik ».

Basile Hervé

Kelly Lee OwensLP.8

Révélée par son premier opus éponyme en 2017 et après le sublime Inner Song en 2020, la productrice et musicienne galloise Kelly Lee Owens vient de dévoiler LP.8, son troisième album. Kelly Lee Owens a toujours donné dans l’électro, tantôt techno, tantôt ambient, mais c’est ce dernier aspect qui prévaut sur LP.8. Plus éloigné d’une BO de film et davantage contemplatif, ce troisième album fait la part belle à la diversité des styles électroniques. De l’onirique « Voice » à l’aérien et progressif « Anadlu », en passant par le pianistique « Nana Piano » et le robotique « Sonic 8 », l’artiste explore, mélange et expérimente. Alors que ses deux précédents opus la représentaient sur la pochette, ce troisième album paraît distordre la réalité, comme pour illustrer un virage stylistique et musical.

À l’image de Björk, qu’elle cite volontiers en influence, Kelly Lee Owens ne se cantonne pas à un style et conjugue ses influences pop dans un album résolument électronique. La musicienne arpentera les festivals du monde entier cet été, notamment le 25 juin à Bristol Sounds et le 8 juillet au BBK Live de Bilbao. Malheureusement, pas de passage prévu par la France pour l’instant. Mais un album à savourer.

Sortie le 29 avril.

Coups de cœur : « Voice », « One », « Release ».

Basile Hervé

Toro Y Moi – Mahal

Chaz Bear nous emmène en voyage à bord de son jeepney, une sorte de taxi philippin, pour un septième album groovy aux couleurs psychédéliques et funks des seventies. Mahal est un sublime roadtrip visuel et musical à travers les origines philippines et américaine de Toro y Moi. Que ce soit par les funky « Postman » et « The Loop » ou par les plus aériens et pop « Mississipi » et « Déjà Vu », Chaz nous chante les tourments générationnels de notre époque et de notre monde en permanente mutation. N’ayant jamais eu autant de collaborations sur un de ses album – on compte Unknow Mortal Orchestra, Sofie Royer ou encore The Mattson 2 -, le multi-instrumentiste et producteur voulait en faire un projet collectif et commun. Touchant nos rapports à la technologie, les médias, les autres et ce qui disparaît, afin d’y faire face avec joie, comme sur le titre lo-fi et décontracté « Millenium ».

Chaz revient donc avec ce dernier effort à un son plus rock psyché très Beatles période Revolver comme sur « Way Too Hot » ou encore le déjà cité « Déjà Vu », où le riff de guitare ne peut que nous rappeler « Tomorrow Never Knows » avec ses accords inversés. Toro y Moi signe ici un des meilleurs albums de ce début d’année.  

Sortie le 29 avril

Coups de cœur  : « Magazine », « Postman », « The Loop », « Last Year », « Mississipi », « Déjà Vu », « Way Too Hot », « Millennium ».

Thomas Soulet

Miel De Montagne – Tout Autour De Nous

Miel de Montagne nous enchante avec un deuxième album plus mature et absurde, Tout Autour De Nous. L’artiste DIY nous régale de guitares funky et de rythmes entraînants sur ce nouvel opus délirant. Dès la balade groovy de « Je T’appelle », nous entrons dans un monde de cocotes funky et de synthés suintant le kitsch et la crème glacée fondue tant il fait chaud. Puis le jeune artiste nous chante la lenteur et le temps qui file sur des chansons dansantes qui déchaîneront sûrement les foules lors de ses prochains concerts, comme « Trop Vite » et « Laissez-Moi Rêver ». Nous y découvrons des chansons tendres et romantiques comme le très enfantin « Tomber Sur Toi » et la balade poétique « Comme On S’Aime ».

Mais l’album rayonne de deux très beaux featurings qui rendent l’absurde encore plus présent sur l’album. Jacques et Philippe Katerine, grands maîtres de l’insensé, se retrouvent à jouer et accompagner Miel pour deux titres tapageurs et séducteurs. Un deuxième album sans pression qui fera la bande son de votre été.

Sortie le 6 mai

Coups de cœur  : « Je T’appelle », « C’est Dur (Feat. Philippe Katerine) », « Trop Vite », « Laissez-Moi Rêver », « Trop Vite », « Tomber Sur Toi », « L’after ».

Thomas Soulet

Auteur·rice

You may also like

More in MUSIQUE