CINÉMAFestival de Cannes

CANNES 2022 – « Decision to leave » : Romance interdite

Decision to Leave © IMDB

SELECTION OFFICIELLE – COMPETITION  Après Mademoiselle (2016), Park Chan-wook revient avec Decision to Leave (Heeojil gyeolsim), une romance tourmentée alimenté d’un thriller bien ficelé, par ailleurs récompensé par le prix de la mise en scène. À voir le 29 juin.

Policier respecté de la ville de Busan, Hae-joon (Park Hae-il) est un mordu d’affaires en tous genres et plus particulièrement des meurtres. Il mène une vie tranquille, quoique ennuyeuse avec sa femme. Un couple en symbiose à première vue, jusqu’à l’enquête mêlant un alpiniste retrouvé au bas d’une falaise et sa femme Seo-rae (Tang Wei), désormais veuve.

L’enquête va tout particulièrement occuper le policier, notamment en raison de Seo-rae, alors principale suspecte dans l’affaire, qu’il affectionne dangereusement.  D’origine chinoise, la jeune femme est aussi une infirmière répétant ne pas “avoir un coréen parfait”, suscitant la curiosité de l’inspecteur, tout en lui faisant de l’oeil. Un avantage qu’elle va s’empresser d’utiliser pour pousser Hae-joon à croire en son innocence.

Mise en scène virtuose 

Comme à son habitude, Park Chan-wook n’y va pas de main morte. Aidé en cela par une bande son particulièrement efficace et un montage maîtrisé de A a Z, le cinéaste a su installer une ambiance romantique et meurtrière comme il se doit. Pourtant, son propos semble tourner en rond, les longueurs viennent rapidement à la surface pour laisser place à un thriller qui n’en est plus vraiment un. L’enquête autour du meurtre est ainsi moins explorée et laisse place à une romance que l’on sait d’avance perdue. Les scènes à répétition entre ce duo charismatique envahissent l’écran et leurs échanges poétiques tendent à lasser.

Decision To Leave
IMDB

Toutefois, la psychologie des personnages est particulièrement développée. Nous retrouvons d’un côté une veuve criminelle et tourmentée face à un policier qui ne peut s’empêcher d’être attiré par les affaires criminelles, luttant en vain afin de ne pas laisser son attirance obscurcir son jugement. De l’autre, le cinéaste parvient à instaurer les jeux de pouvoir dont il a l’habitude et des rebondissements, prévisibles, mais plaisants.

Une attirance malsaine s’opère alors, prenant place aussi bien dans la salle d’interrogatoire qu’en dehors, à travers des moments intimes entre le policier et principale suspecte. Le voyeurisme est même poussé à son paroxysme, l’obsession s’installe et ce dernier ne peut s’empêcher d’observer la jeune femme, pas seulement pour son enquête mais aussi pour assouvir son désir. On prend toutefois plaisir à voir cette romance impossible se dérouler devant nous en imaginant l’issue, forcément tragique. Decision to Leave est un bon film mais reste prévisible et peu surprenant.

Auteur·rice

You may also like

More in CINÉMA