ARTThéâtre

« Portrait Avedon-Baldwin : entretiens imaginaires » : Frères d’Amérique et d’ailleurs

Portrait Avedon-Baldwin
© Tristan Jeanne Valès

Mise en scène par Élise Vigier au Théâtre du Rond-Point, Portrait Avedon-Baldwin : entretiens imaginaires fait dialoguer le photographe Richard Avedon et l’écrivain James Baldwin. De cette amitié nait sur scène la merveilleuse complicité des deux comédiens : Marcial Di Fonzo Bo et Jean-Christophe Folly.

Depuis que Marcial Di Fonzo Bo est à la tête de la Comédie de Caen, il a imaginé des portraits de personnalités à travers les mises en scène et les interprétations de plusieurs artistes associés. Pour Avedon-Baldwin, Kevin Heiss et Élise Vigier ont envisagé un dialogue entre le photographe et l’auteur. Amis d’enfance, les deux hommes se retrouvent des années plus tard dans un studio photo comme décor de théâtre. Prenant la parole à tour de rôle, ils voyagent d’anecdotes en anecdotes.

Ils nous racontent leur histoire et la vision de cette Amérique schizophrène. Ils l’auscultent dans leur art entre amour et haine. L’un est blanc, juif issu de l’immigration russe et hétérosexuel ; l’autre est noir, protestant et homosexuel. Ils sont animés par les mêmes combats, celle des années 1960 et des batailles pour les droits civils et la défense d’un humanisme sans failles.

De cette nouvelle rencontre, ils vont réaliser un sublime ouvrage mêlant leur travaux. Nothing Personnal, les textes engagés de Baldwin croisent les images d’Avedon. Rendu célèbre par les photographies de mode, il a tourné son art vers l’observation des militants des droits de l’homme ou de personnes atteintes de troubles psychiatriques. C’est à travers toutes ces traces, que le spectacle se construit, interrogeant nos identités entre le politique et l’intimité qui les lie.

Traversant la scène en musique, en dansant et devant diverses projections, les comédiens ne cherchent pas à incarner les deux hommes mais véritablement à les faire parler à travers leur corps, à restituer une mémoire artistique et humaniste. Jean-Christophe Folly et Marcial Di Fonzo Bo sortent parfois de leur interprétations pour établir des liens avec leur vie à eux, à travers leurs propres photographies et souvenirs d’enfance. Ils nous font quitter les États-Unis des années 1960 pour la France d’aujourd’hui et les racines argentine et togolaise des deux comédiens. Ils dissèquent ainsi les injustices de plusieurs mondes à travers les époques.

Avec Portrait Avedon-Baldwin : entretiens imaginaires, Jean-Christophe Folly et Marcial Di Fonzo Bo démontrent toute l’étendue de leur talents et de leur complicité, unis dans l’échange d’un regard sensible sans jamais tomber dans l’écueil de l’exposé théorique.

© Tristan Jeanne Valès

Portrait Avedon-Baldwyn  : entretiens imaginaires, au Théâtre du Rond-Point / Texte de Kevin Keiss et Elise Vigier / Mise en scène Elise Vigier avec Marcial Di Fonzo Bo et Jean-Christophe Folly / Jusqu’au 17 avril. De 8 € à 31 € /Durée  : 1 heure.

Auteur·rice

J'entretiens une relation de polygamie culturelle avec le cinéma, le théâtre et la littérature classique.

You may also like

More in ART