CINÉMA

Nathalie Richard, présidente du jury 2022 de la Fondation Gan pour le cinéma

Nathalie Richard
©Carlotta Forsberg

La comédienne Nathalie Richard a été choisie pour présider le comité 2022 de l’aide à la création de la Fondation Gan pour le cinéma. Celui-ci permettra d’apporter son soutien à quatre premiers ou seconds longs métrages.

Depuis trente-cinq ans, la Fondation Gan pour le cinéma s’engage auprès de la jeune génération de cinéastes pour soutenir leur premiers ou seconds longs-métrages. Après David Oelhoffen, Alice Winocour, Thomas Lilti ou encore Christophe Honoré c’est la comédienne Nathalie Richard qui a été choisie comme présidente pour cette édition 2022. Actrice de théâtre et de cinéma, elle a été révélée dans La Bande des quatre de Jaques Rivette avant de traverser une filmographie forte d’une soixantaine de film devant les caméras de Olivier Assayas, Cédric Klapisch, Bertrand Mandico, Catherine Corsini, Mickael Haneke ou encore Dominique Choisy.

« J’ai joué dans plusieurs premiers longs métrages qui ont eu la chance d’avoir la Fondation Gan. À chaque fois c’était important pour les réalisateurs et aussi pour les acteurs et actrices car ça permet de pouvoir démarrer le film. C’est une forme de reconnaissance de début, d’un regard et d’une qualité de regard. Et ça me fait toujours plaisir de voir ce qui s’écrit aujourd’hui, qui est la jeune génération, de pouvoir travailler avec eux, de les découvrir » confie Nathalie Richard.

« C’est une nécessité de se poser la question du cinéma et c’est important de pouvoir faire des films qu’on puisse aller voir en salles »

Nathalie Richard pour Maze

À l’heure de la migration intensive des productions vers les plateformes et face à la difficulté pour beaucoup de films de se maintenir longtemps en salle après deux ans de crise sanitaire, il semble nécessaire de défendre les premières oeuvres destinées au cinéma comme le fait la Fondation en offrant une diversité de regards. Nathalie Richard affirme vouloir « sentir la personne derrière le scénario, un geste, une sorte d’adéquation entre le geste d’origine de vouloir faire un film et celui de l’écriture. Trouver le cinéma qui s’en dégage puis sûrement la particularité du dialogue, du vocabulaire, sa pertinence, son humour, sa vivacité. »

Elle espère découvrir des univers qui ouvre de nouveaux espaces visuels. Concernant les évolutions du marché du cinéma, elle précise que « c’est une nécessité de se poser la question du cinéma et c’est important de pouvoir faire des films qu’on puisse aller voir en salles et qui prennent le temps de se développer ». D’ailleurs, ces dernières années des films qui ont reçu l’aide à la création ont été récompensés par la suite, du César du Meilleur Premier Film (Divines, Petit paysan, Shéhérazade), d’une Caméra d’Or, Divine de Houda Benyamina étendue 2021, d’une Palme d’Or avec Titane de Julia Ducournau.

Auteur·rice

J'entretiens une relation de polygamie culturelle avec le cinéma, le théâtre et la littérature classique.

You may also like

More in CINÉMA