MUSIQUEMusique en bref

Musique en Bref – Productivité acharnée

MEB
Crédits Guillaume Lacoste

Toutes les deux semaines, les journalistes de Maze vous proposent un tour d’horizon des albums et EP qui ont fait l’actualité musicale.

Selah Sue – Persona

Si le groove était un album, ce serait Persona. Sorti le 25 mars, le troisième album de la chanteuse belge finit d’affirmer son incomparable talent, tant vocal que musical. New-soul, pop groovy et influences reggae, Selah Sue a su actualiser un style qu’elle s’est appropriée au fil des années. Ce qui apparaît tout de suite quand on écoute Persona, c’est la capacité de Selah Sue à être actuelle. À l’époque de son premier album éponyme sorti en 2011 et de Reason en 2015, le son était particulièrement dans l’air du temps, à l’instar de ce troisième opus. Que ce soit les influences, les featurings ou la direction artistique, Persona est définitivement un album de 2022. 

Avec une intro à l’ambiance rap vibe Cardi B, l’album explore différentes influences et styles. L’électronique et entraînant Pills, le lancinant All The Way Down, le doux Twice a Day ou le chaloupant Celebrate, chaque morceau est une pièce du puzzle que Selah Sue construit devant nos yeux et nos oreilles. Enrichi de versions retravaillées, de remix et de morceaux format radio, l’album fait également la part belle aux collaborations avec des rappeurs. Entre Damso, le Canadien TOBi ou encore l’Américain Mick Jenkins et Benjamin Epps, la chanteuse flamande choisit avec minutie les artistes avec qui elle collabore. Elle avait déjà travaillé avec Guizmo et Childish Gambino à l’époque de Reason. Au final, Persona réchauffe, fait danser et arrive en même temps que le printemps, pour ensoleiller le mois d’avril.

Sorti le 25 mars

Coups de coeurs : Kingdom, Pills, Wanted You To Know

Basile Hervé

KO KO MO – NEED SOME MO’

Après Technicolor Life en 2017 et Lemon Twins en 2019, KO KO MO est de retour avec un troisième album pétaradant. Originaire de Nantes, le duo pratique un rock musclé et électrique qui va à l’essentiel. Warren et sa guitare bardée d’effets d’un côté, K20 et une batterie réagencée pour la scène de l’autre. Les deux amis de longue date continuent de tracer leur route sur la plage du rock français. Définissant leur musique comme du « rock seventies contemporain », entre Led Zeppelin et Royal Blood, KO KO MO marie old school et modernité. Il actualise le rock, le dépoussière (s’il en a besoin) et le remet sur le devant de la scène. Après une release party largement réussie le 26 mars au Stereolux de Nantes, chez eux, c’est par la Maroquinerie à Paris qu’ils passeront le 30 avril prochain.

Le duo entre également peu à peu dans la cour des grands : première partie de Jack White sur plusieurs dates, interviews à la chaîne, signature récente chez PIAS… Avec leur troisième album NEED SOME MO’, le groupe livre un opus compact où chaque chanson est un shot d’adrénaline pure. Fortement influencé par la pandémie, l’album parle d’éloignement, comme dans Your Kiss, mais ne se perd pas en morosité et reste énergique. De l’imparable ALL ALONG et sa mélodie qui pénètre instantanément le cerveau au lancinant NON ESSENTIAL MAN, tout y est pour faire un excellent album rock. Même la classique ballade, ici Breather, le temps de respirer entre deux pogos. L’album se clôt sur une reprise de Last Night A DJ Saved My Life, tube d’Indeep sorti il y a quarante ans. Histoire de dire que l’électro n’est jamais loin, même quand on fait du rock en 2022.

Sorti le 25 mars

Coups de coeur : IDIOCRACY SONG, NON ESSENTIAL MAN

Basile Hervé

Charli XCX – CRASH

Après l’acclamé how i’m feeling now, mûri pendant le confinement, l’artiste britannique parvient à surprendre à nouveau, en se jouant des codes d’une industrie étouffante. Fini l’hyper-pop, annonce-t-elle, cet opus sera un retour à ses racines pop mainstream décomplexées. En résulte un disque pluriel, où nostalgie eighties et prouesses soniques se mêlent sans nous perdre en cours de route.

À première vue, les ingrédients d’un grand album pop seraient réunis, comme si la recette idéale existait : des samples entêtants (Beg For You) aux invités alléchants (Caroline Polachek, A.G. Cook, Rina Sawayama), rien n’est laissé au hasard. Pourtant, ce ne sont pas les singles qui sortent du lot, mais bien les morceaux où Charli s’adonne à ce qu’elle fait de mieux : une électro-pop acidulée, audacieuse et riche en mélodie (Constant Repeat, Move Me). Annoncé comme un retour au mainstream, l’album s’affirme plutôt comme un nouveau départ, influencé par l’hyper-pop et ses icônes. La dédicace de l’album à SOPHIE prend, dès la première écoute, tout son sens.

Sorti le 18 mars

Coups de coeur : Move Me, Constant Repeat, Crash, Used To Know Me, Yuck, Baby

Robin Schmidt

MOTOMAMI – ROSALÌA

Sur ce nouvel opus, l’audacieuse artiste espagnole ne s’affranchit d’aucune étiquette et s’essaie à l’avant-gardisme. À la croisée des styles, elle ne se défile pas et ose le mélange : reggaeton, bachata (La Fama), trap, r’n’b… Cette pluralité impressionnante s’accompagne aussi de thèmes différents que Rosalía aborde tout au long du disque. L’unique fil rouge reste sa métamorphose personnelle, de l’anonymat au succès, qui s’exprime aussi bien sous un aspect lyrique que sonique.

Les ballades plus calmes de l’album (Como Un G) rythment l’écoute et en appuient la dualité. Chaque piste existe d’elle-même, bien qu’elle s’insère dans un fracas ludique et musical bien plus large. Dès la première écoute, on ne sait pas à quoi s’attendre ni où l’artiste compte nous emmener. C’est, en partie, cette imprévisibilité qui élève l’album, le rend encore plus délicieux : le génie de Rosalía n’a pas fini de nous surprendre.

Sorti le 18 mars

Coups de coeur : CANDY, DIABLO, LA COMBI VERSACE, HENTAÏ, BIZCOCHITO

Robin Schmidt

Nigo – I Know NIGO !

Qui aurait pensé qu’un styliste avait le pouvoir de sortir un album de hip-hop avec les plus grands rappeurs du XIXème siècle. Nigo, directeur artistique de Kenzo et créateur d’autres marques réputées (A Bathing Ape et Billionaire Boys Club), nous présente cette compile de featurings impressionnants sous le nom de I Know NIGO !. Le king du streetwear nous dévoile ses talents de Dj déjà bien connus en réalisant un album bluffant grâce à son entourage de la crème du hip-hop de ces dix dernières années. Kid Cudi, A$AP Rocky, Pharrel, Pusha T, Pop Smoke ou encore Lil Uzi Vert, le cinquantenaire ne nous prive de rien.

Les pépites qui ressortent de cet album sont la trap d’Arya aux notes de piano aigues et la flow d’A$AP Rocky, ou encore le lourd Functional Addict empruntant la pâte musicale de N.E.R.D ainsi que son leader Pharrel Williams accompagné de Gunna. Mais le coup de maître reste l’incroyable morceau de clôture de l’opus Come On, Let’s Go. C’est avec un Tyler, The Creator, au sommet de son art, que Nigo et lui nous délivre ce titre puissant et enivrant. Un album qui a donc du style.

Sorti le 25 mars.

Coups de cœur : Arya, Punch Bowl, Functional Addict, Come On, Let’s Go.

Thomas Soulet

You may also like

More in MUSIQUE