ART

« Susanne Hay à la piscine » : exposition aquatique à Roubaix

© Suzanne Hay, Piscine I et III, (1996), Huile sur toile, Collection particulière

«  Susanne Hay à la piscine » est une exposition de l’artiste éponyme Susanne Hay à La Piscine de Roubaix. Sa peinture explore la façon qu’a le corps de traverser la vie. Elle représente des êtres en proie à la réflexion, à l’ennui ou pris à des tâches banales du quotidien. 

La Piscine de Roubaix, Musée d’art et d’industrie, est une ancienne piscine municipale. Le lieu fête ses vingt ans autour d’un programme d’expositions et de rencontres. «  Susanne Hay à la piscine » y est visible jusqu’au 6 février 2022. Susanne Hay est allemande. Elle naît en 1962 et meurt en 2004 alors qu’elle tente de sauver deux enfants de la noyade. Sa série de peintures aquatiques est l’occasion de célébrer cette ancienne piscine publique Art Déco.

L’exposition se déploie en trois salles. La première présente des dessins de nouveau-nés, de couples au réveil ainsi que des peintures-autoportraits. La deuxième est une série de peintures peintes dans une piscine municipale de Paris en 1996. La dernière nous plonge dans des salles de bains où les corps se lavent, se sèchent, s’embrassent. 

Faire du corps un sujet 

« Susanne Hay à la Piscine », vue de l’exposition à La Piscine, Roubaix. Enceinte I (1997) & Autoportrait II (1990), Huile sur toile, Collection particulière  

Susanne Hay fait du corps humain son sujet de prédilection. Elle peint les corps, de la naissance à la mort, dans un réalisme cru. Ses sujets sont toujours peints d’après nature et jamais à partir de photographie. Elle recherche ainsi le contact brut avec son modèle et le moment instantané de la représentation. Ses modèles attendent, se lavent, nagent, rêvassent, baisent, pissent. Elle les regarde. Attentivement.

Elle peint les corps nus et à différentes étapes de leur vie : nourrissons, corps jeunes et athlétiques, corps de femmes mûres, corps gisants. La métamorphose est au centre de son œuvre. Ainsi, dans Enceinte I (1997), elle se représente elle-même nue et enceinte. Son corps émerge d’un fond abstrait dans les mêmes teintes que celle de sa carnation. Elle nous regarde sans expression discernable, la bouche faisant la moue, le bras replié contre elle et son ventre balayé d’ombres sombres. Sa tête est auréolée d’une teinte foncée.

De même, dans Autoportrait II (1990)elle porte encore des cheveux courts ébouriffés. Elle se peint la main rabattue sur sa poitrine, en collants de nylon dont la transparence laisse voir sa culotte blanche. Dans ces deux tableaux, le corps semble s’arracher doucement du fond qui le contient, telle une chrysalide. 

Susanne Hay donne à voir des scènes prosaïques inscrites dans le quotidien. De ce fait, elle réalise des séries d’êtres qui nagent à la piscine municipale du quartier, se lavent dans leur salle de bains, attendent dans un métro. Elle peint les espaces publics comme les lieux intimes et recherche avant tout ce je-ne-sais-quoi qui révèle l’instantanéité du présent de la pose.  

Portraiturer des êtres aquatiques

« Susanne Hay à la Piscine », vue de l’exposition à La Piscine, Roubaix.
Piscine II (1996) & Douche II (2003), Huiles sur toile, Collection particulière

Souvent, les corps peints par Susanne Hay apparaissent côtoyant l’eau, dans une piscine ou une douche. Ainsi, une certaine sensualité émane de ses œuvres. L’eau est liquide amniotique, miroir, bassin agité, masse noire dans laquelle repose un être ou jet de douche arrosant deux corps enlacés. «  Eau silencieuse, eau sombre, eau dormante, eau inviolable, autant de leçons matérielles pour une méditation de la mort  » écrit Gaston Bachelard dans L’eau et les rêves. L’eau évoque un élément mouvant et universel. Puissance de transformation, elle résiste à être peinte. Ici, elle capte la lumière, donne des reflets et crée des couleurs inattendues.

Susanne Hay travaille à rendre la texture des matières par la maîtrise de sa touche et des techniques de la peinture à l’huile. Les corps et leurs courbes contrastent avec la géométrique des carreaux de faïences et la mouvance du bassin. Les peaux sont mouillées et luisantes. Les bonnets de bains et les lunettes soulignent les visages. Le rideau de douche transparent, enveloppe deux êtres qui se lavent, bouche ouverte et tête en bas. Les couleurs contrastent fortement entre les teintes froides des éléments aqueux et les teintes plus chaudes des corps humains. Son talent de coloriste lui permet de rendre les jeux d’ombres et de lumières dans des camaïeux francs. 

Aussi, les expressions des visages sont remarquables. Elle brosse des êtres en proie à la solitude et à l’angoisse. Les yeux dans le vide. Silencieux. Ils sont hagards, extatiques, perdus. La vie est comme suspendue dans un moment d’introspection. Son amie, Emmelene Landon, lui consacre un livre Susanne (2006) et rapporte ces mots écrits par l’artiste : « Je voudrais simplement du temps, beaucoup de temps, du calme, du silence, vivre ma vie de petite bête, moitié nocturne et solitaire, médiocre, mais à sa façon costaude et résistante. »

Le commissariat de l’exposition est assuré par Harald Theil. 

Exposition «  Susanne Hay à la piscine  », La Piscine – Musée d’art et d’industrie André Diligent de Roubaix, 23 rue de l’Espérance, 59100 Roubaix. Jusqu’au 6 février 2022. Contact au 03 20 69 23 60 ou lapiscine.musee@ville-roubaix.fr . Horaires  : Ouvert du mardi au jeudi de 11h à 18h, le vendredi de 11h à 20h, le samedi et le dimanche de 13h à 18h.

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in ART