LITTÉRATURESorties BD

BD du mois – Les héroïnes à l’honneur

Crédits : Fanny Monier

Chaque mois, la rédaction littérature vous offre un petit résumé de quelques nouveautés BD, fraîchement parues. Pour le mois de novembre, les femmes sont à l’honneur, autrices ou héroïnes.

47 cordes – Timothé Leboucher

Timothé Leboucher fait son grand retour avec la BD 47 cordes et démontre une fois encore son talent pour raconter des histoires déroutantes. Ambroise, jeune harpiste, y fait la rencontre à son insu d’une métamorphe, créature fantastique capable de changer d’apparence, qui nourrie une seule obsession : le séduire par tous les moyens possibles. Si ce premier tome comporte quelques longueurs, il n’en reste pas moins réussi et certaines planches évoqueront irrésistiblement le film Society aux lecteur.ices. Le bédéiste met en scène une fois de plus un protagoniste qui croit être maître de son destin alors qu’il n’en est rien… Plutôt troublant.

47 cordes
© éditions Glénat

47 Cordes, Timothé Leboucher, éditions Glénat, 25 euros

Charlène Ponzo

Les Strates – Pénélope Bagieu

Après avoir rendu hommage aux icônes féministes dans Culottées et revisiter l’œuvre de Roald Dahl, Sacrées Sorcières, Pénélope Bagieu se penche sur une œuvre plus personnelle et intimiste : Les Strates.
Cette BD autobiographique est un récit qui retrace l’enfance et l’adolescence de l’autrice pour comprendre l’adulte qu’elle est devenue aujourd’hui devenue. Cette bande dessinée sera l’occasion de revenir sur les questions souvent posées lorsqu’on est adolescent comme le changement de notre corps ou encore la confrontation au deuil.

© éditions Gallimard

Les strates de Pénélope Bagieu, éditions Gallimard, 22 euros.

Farah El Amraoui

Vivian Maier à la surface du miroir – Paulina Spucches

Vivian Maier est un mystère. Un jour un homme achète dans une vente aux enchères quelques 100 000 négatifs et 700 rouleaux de pellicules couleurs et il découvre un regard. Le grand public en prenait connaissance en 2013 dans le beau documentaire A la recherche de Vivian Maier co-réalisé par Charlie Siskel et John Maloof. Pour l’autrice et illustratrice franco-argentine Paulina Spucches c’est le même choc, la même découverte d’une artiste qui l’a poussé à réaliser la bande-dessinée Vivian Maier à la surface du miroir. Elle nous offre des planches colorées et contemplatives, vivantes et douces comme les œuvres de la photographe nord-américaine qui l’a inspiré.

© éditions Steinkis

Vivian Maier à la surface du miroir de Paulina Spucches, éditions Steinkis, 22 euros.

Anaïs Dinarque

Le musée de mes erreurs – Julia Wertz

L’humour caustique et le dessin riant, Julia Wertz raconte ses galères et autres humiliations avec légèreté. Pour la première fois en France l’intégral de La Fête du Prout (what a name n’est-ce pas) est réuni sous le titre plus sobre du Musée de mes erreurs. Auto-dérision, humour grinçant, l’autrice reprend le format du cartoon à chapitres pour notre plus grand plaisir. Un coup de cœur qui y met du baume.

© L’Agrume

Le musée de mes erreurs, Julia Wertz, L’Agrume, 36 euros

Anaïs Dinarque

Et à la fin ils meurent Lou Lubie

« Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants »… ou pas. Dans cette BD, Lou Lubie réinterprète les contes, ceux de Perrault et Grimm ou ceux, moins connus, de l’Antiquité. Avec une bonne dose d’humour noir un peu trash, l’autrice propose une réflexion qui va à l’encontre des interprétations guimauve de Disney qui ont pris le devant de la scène. Et remet en lumière les femmes, personnages et autrices, oubliées par le géant américain.

© Delcourt

Et à la fin ils meurent, Lou Lubie, Delcourt, 24,95 euros

Camille Gho

La commode aux tiroirs de couleur – Véronique Grisseaux, Amélie Causse et Winoc

Véronique Grisseaux, Amélie Causse et Winoc ont mis en bande dessinée le premier roman d’Olivia Ruiz, La commode aux tiroirs de couleur. C’est la mise en couleur d’une saga familiale sur fond de dictature franquiste, entre l’Espagne et la France. Neuf chapitres, pour les neuf tiroirs et souvenirs associés, dans lesquels une jeune femme rend hommage à sa grand-mère. Un récit autofictionnel sur le devoir de mémoire qui a reçu le Prix Coup de cœur du festival BD de Lys-Lez-Lannoy.

© Grand Angle

La Commode aux tiroirs de couleurs, Véronique Grisseaux, Amélie Causse et Winoc, Grand Angle, 17,90 euros

Camille Gho

Vous pourriez aussi aimer

More in LITTÉRATURE