CINÉMAFestival de Cannes

CANNES 2021 – « The French Dispatch » : Wes Anderson tombe dans la routine

The French Dispatch - Copyright The Walt Disney Company France
The French Dispatch - Copyright The Walt Disney Company France

SÉLECTION OFFICIELLE – COMPÉTITION Sensation sur le tapis rouge ce lundi 12 juillet. Wes Anderson présente enfin The French Dispatch. Un film sans surprise malgré les attentes.

The French Dispatch a tous les éléments d’un film de Wes Anderson : des décors colorés et dessinés au papier millimétré, Owen Wilson, Tilda Swinton et bien sûr Adrian Brody. Le réalisateur garde ce mélange qui lui est cher, et y ajoute une ribambelle d’acteurs français : Léa Seydoux, Cécile de France, Guillaume Gallienne, Damien Bonnard, Mathieu Almaric… entre autres. 

Si la recette fonctionne, elle ne surprend plus. Les décors sont époustouflants, le film épate visuellement. L’humour insolite, caractéristique du réalisateur, est toujours le même et on le retrouve avec plaisir. Mais certains aspects de sa mise en scène ont perdu le charme de la nouveauté. Avec toujours ce rythme enjoué de bande-dessinée, il se perd dans des histoires longuettes. 

Le film est découpé comme un journal. Wes Anderson a imaginé plusieurs fables, racontées par les journalistes du « French Dispatch ». Rubrique après rubrique, des personnages extravagants, comme toujours, défilent dans la petite ville d’Ennui-sur-Blasé. Il y a la rubrique société, avec des airs de Mai 68, puis la rubrique culinaire, sur fond d’enquête policière. Ce saut de monde en monde serait charmant si le réalisateur ne s’y attardait pas autant. 

Effectivement, il a, à sa disposition, un casting complet de grands noms du cinéma, confirmés ou novices, prêts à servir son univers déjanté. Et pourtant, il ne s’en sert pas. Frances McDormand est à peine amusante en journaliste fantasque souffrant de solitude. Lyna Khoudri, dont on attendait le prochain film avec grand intérêt, fait presque figure de faire valoir face au jeune Timothée Chalamet. Celui-ci, d’ailleurs, force le trait et finit par livrer un personnage caricatural et peu enthousiasmant. Problème de jeu ou d’écriture ? La plupart des autres acteurs ont trop peu de temps à l’écran pour vraiment se démarquer.

Avec The French Dispatch, Wes Anderson fait du Wes Anderson. C’est finalement sans enthousiasme qu’on retrouve à nouveau cette recette, sa marque de fabrique familière mais déjà vue. Avec toute l’attente qui entourait le film, on se sent en droit d’exiger plus. Le réalisateur a prouvé maintes fois qu’il avait su créer un univers unique qui lui ressemble. Cependant, son public attend, cela ne fait aucun doute, qu’il sache se réinventer avec le temps ; et retrouver la magie de ses tous premiers films

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA