LITTÉRATURESorties BD

BD du mois – Le neuvième art fait sa rentrée

bd de la rentée
Crédits : Fanny Monier

Cette rentrée, la rédaction littérature vous offre un petit résumé des nouveautés BD. Au programme  : science-fiction, adaptations proustiennes et mémoires d’effondrés et d’exilés en tout genre.

Degas, la danse de la solitude – Rubio Salvia et Efa

Le duo Rubio Salvia et Efa aime bien les biographies d’artistes. En mai 2020 on découvrait leur BD Django Main de feu (Aire Libre, Dupuis) sur le musicien virtuose Django Reinhardt. En 2021, c’est à la figure d’Edgar de Gas, dit Degas qu’ils s’attachent. Le peintre, fils d’un banquier aristocrate et célèbre notamment pour ses multiples représentations de danseuses, était rejeté par tous les milieux de son vivant, bourgeois comme artistes. C’est son goût pour le paradoxe que les deux auteurs ont souhaité mettre en lumière dans Degas, Danse de la solitude. Le trait de Efa imite le mouvement impressionniste pour rendre hommage au style du peintre.

BD
crédits : éditions Le Lombard

Degas, la danse de la solitude de Rubio Salvia et Efa, ed. Le Lombard, 17.95 e

Anaïs Dinarque

Mémoires effondrées – Baya

Après la mort d’Antoine Donelli en 2044, on retrouve ses carnets illustrés. Ceux-ci se composent de pages souvent colorées et fourmillantes de détails. On retrouve ainsi le Carnet de l’année 2020, « année surprenante » avec son Coronavirus, ou l’année 2027, plus personnelle, où le narrateur assiste impuissant à la maladie de sa femme, tout en se souvenant à la fois de ses parents morts et de l’assassinat du professeur Samuel Paty. Entre la crise climatique et les climats politiques tendus, ce récit présente la petitesse et la complexité d’une vie humaine au moyen d’une liberté graphique rafraichissante.

BD
crédits : éditions Rue de L’échiquier

Mémoires effondrées, de Baya, ed. Rue de l’échiquier, 24.90 euros

Anaïs Dinarque

L’échelle de Richter – Raphaël Frydman et Luc Desportes

Une femme est assassinée dans un hôtel parisien. Par qui et pourquoi, l’enquête est menée et beaucoup s’en mêlent. Médecin, comédien, rappeur… Préfacée par Cédric Klapish, cette BD aux allures de roman noir et aux traits légers et épurés sans cases plonge dans de sombres dédales. 

BD
crédits : éditions Gallimard

L’échelle de Richter, de Raphaël Frydman et Luc Desportes, Gallimard BD, le 8 septembre 2021, 29 euros

Anaïs Dinarque

11 septembre, le jour où le monde a basculé – Baptiste Bouthier et Héloïse Chochois

En ce mois de septembre 2021, les États-Unis s’apprêtent à commémorer les attentats du 11 septembre 2001, point de bascule sans précédent pour le pays outre-atlantique. Parmi les nombreuses formes que prennent ces commémorations, la BD occupe une place de choix. Baptiste Bouthier (au scénario) et Héloïse Chochois (au dessin) proposent un ouvrage documentaire aux points de vue multiples permettant de conter à nouveau ce jour funeste et d’explorer les conséquences qu’il a eues sur les semaines, les années et les décennies suivantes. Un sujet incontournable, à l’heure où les Talibans reprennent le contrôle sur l’Afghanistan.

BD
crédits : éditions Dargaud

11 septembre, le jour où le monde a basculé, Baptiste Bouthier et Héloïse Chochois pour les éditions Dargaud, 18€.

Camille Gho

À l’ombre des jeunes filles en fleurs, l’intégrale – Stéphane Heuet

Le scénariste, illustrateur et coloriste Stéphane Heuet s’est lance un défi, et pas des moindres. Depuis plusieurs années déjà, il poursuit son travail d’adaptation de La Recherche du temps perdu, l’œuvre en plus de deux mille pages de Marcel Proust, pape français de la littérature. L’occasion de découvrir, de redécouvrir ou de voir avec un œil neuf cette œuvre riche, dense et parfois difficile d’accès. Et de saluer ce travail titanesque de lecteur, de dessinateur, de scénariste qui se solde par des planches magnifiques et une narration qui vous prend aux tripes. 

BD
crédits : éditions Delcourt

À l’ombre des jeunes filles en fleurs, l’intégrale de Stéphane Heuet, éditions Delcourt, 39,95 euros. 

Emma Poesy

Agughia – Hugues Micol 

À l’heure où le climat se dérègle de plus en plus vite et où les inégalités se creusent, les auteurs prennent la plume pour mettre en mots et en dessin cette réalité alarmante. C’est notamment le cas d’Hugues Micol qui propose avec Agughia une bande dessinée à mi-chemin entre la science-fiction et l’anticipation. Agughia, titre de l’album et prénom de l’héroïne, qui signifie «  Anguille  », en Corse où elle vit dans un futur pas si lointain de notre époque, voit sa région devenir le lieu de rencontre de touristes toujours plus riches. Un tourisme de luxe qui, en miroir, contraint les habitants, précarisés par le réchauffement climatique, à tout accepter. Un jour, Agughia dérobe un objet à un puissant lobby de l’aménagement du territoire. Tout commence alors. Hugues Micol nous livre avec Agughia une bande dessinée irrévérencieuse, aux dessins léchés et aux coloris résolument pop.

crédits : éditions Dargaud

Agughia de Hugues Micol, éditions Dargaud, 15 euros. 

Emma Poesy

Un pays dans le ciel – Aiat Fayez et Charlotte Melly

Un pays dans le ciel, c’est l’histoire d’une rencontre entre un écrivain et une jeune femme. Dans des planches aux couleurs douces et vaporeuses, l’homme se met à raconter son séjour au Bunker, lieu dans lequel des demandeurs d’asiles tentent d’obtenir la protection d’un pays en racontant ce qu’ils ont traversé pour arriver jusqu’ici. À travers ce récit poignant, le parcours des exilés et, en miroir, celui des humains d’en face qui peuvent décider si, oui ou non, la vie de ces personnes qui ont tout quitté en vaut la peine. 

crédits : éditions Delcourt

Un pays dans le ciel de Aiat Fayez et Charlotte Melly, éditions Delcourt, 29,95 euros. 

Emma Poesy

Journaliste

Vous pourriez aussi aimer

More in LITTÉRATURE