CINÉMA

« Rouge » – Écologie et lutte de classes

Rouge - Copyright Les films VELVET-Les films du FLEUVE
Rouge - Copyright Les films VELVET-Les films du FLEUVE

Farid Bentoumi explore, à travers une relation père-fille mise en péril, le genre du thriller écologique. Sélectionné en compétition à Cannes en 2020, Rouge s’impose comme un drame rythmé et bien mené. 

C’est à présent un fait indéniable : le cinéma des prochaines décennies sera marqué par la crise climatique. Alors que celle-ci est devenue une réalité bien concrète, dont les effets menacent de bouleverser nos quotidiens, le cinéma fait le choix de la parole. De plus en plus de réalisateur.rices s’engagent à avertir ou tout simplement à témoigner d’une époque où les enjeux climatiques sont une réalité. Comme Night Moves ou Dark Waters avant lui, Rouge met au coeur de son intrigue les conséquences dramatiques des abus perpétrés au nom de la croissance économique. Le dilemme de ses personnages est donc profondément moderne.

C’est un questionnement personnel auquel invite le réalisateur. Face à une situation de plus en plus incontrôlable, quel choix souhaitons-nous faire ? Pour dépasser les simples arguments de campagne, Farid Bentoumi redirige la question. En plaçant l’action au coeur d’une famille, il ancre le questionnement dans une dimension humaine avant tout. La crise du climat devient alors d’abord une question d’amour. Amour des siens, amours des autres. Il ne s’agit plus uniquement de sauver la planète, mais de sauver les êtres aimés et ceux qui les entourent. 

Copyright Les films VELVET-Les films du FLEUVE

Tout l’intérêt du film réside dans le fait d’opposer deux mondes avec une vision de l’avenir diamétralement opposée. Nour, incarnée par Zita Hanrot, et Slimane, incarné par Sami Bouajila, représentent chacun une génération avec des intentions et des espoirs différents. L’ancien monde, celui de Slimane, est marqué avant tout par la volonté de survivre. Survire aux crises économiques, survivre au progrès technologique. Toute sa vie a été un combat, pour élever ses filles et sauver l’usine où il travaille depuis trente ans. Nour, elle, appartient à une génération où rien n’est moins certain que l’avenir. Survivre ne l’intéresse pas, elle doit changer les choses, sentir que sa vie a compté. Ancienne urgentiste, c’est une battante qui n’accepte pas le statut quo. L’ancien et le nouveau monde se déchirent, se disputant férocement une vision du futur, et une définition de l’espoir.

La tension émergeant de ce face à face chargé est captivante. Zita Hanrot dévoile un nouveau chapitre de son jeu et passe pour de bon dans la cour des grands. Elle incarne à la perfection un idéalisme parfois un peu naïf mais nécessaire pour changer les choses. L’actrice montre des facettes plus dramatiques, plus subtiles, et prends un plaisir visible à sortir des rôles types auxquels elle était jusque là cantonnée. 

Copyright Les films VELVET-Les films du FLEUVE

Rouge résonne dans son époque, en mettant en scène le gouffre gigantesque entre économie et écologie dans les sociétés occidentales. Farid Bentoumi dénonce une nouvelle lutte des classes qui se jouent au rythme d’un combat écologique. Un combat se déroulant dans l’ignorance générale, malgré ses implications bien réelles pour tous. Et pourtant, la bataille ne semble pas perdue d’avance. Nour incarne l’espoir d’une génération qui refuserait d’accepter de rester silencieuse, et apporterait un avenir meilleur. À la fois accusateur et plein d’espoir, ce drame familial sombre porte en lui la marque d’un cinéma qui se réinvente avec son époque. 

Auteur·rice

You may also like

More in CINÉMA