MUSIQUEMusique en bref

MUSIQUE EN BREF – Rattrapages

visuel : Guillaume Lacoste

Toutes les deux semaines, les journalistes de Maze vous proposent un tour d’horizon des albums et EP qui ont fait l’actualité musicale. Cette semaine, rattrapages plus ou moins récents avec Ty Segall, Blue Livingroom, The LongoodBye, Durand Jones & The Indications et LCD Soundsystem.

Ty Segall – Harmonizer

C’est dans un silence complet que Ty Segall fait le plus de bruit avec la sortie de son nouvel album de hard rock électronique Harmonizer. 35 minutes de pur son distordu, transformé, rageux, puissant et entrainant. Les boites à rythmes amènent une touche électronique loin de ce que le californien à l’habitude de nous délivrer et cela lui scie à merveille. L’album fait ressortir cet amour du chanteur pour le post punk des années 80 avec pour exemple l’excellent morceau Feel Good aux influences Devo chanté par sa femme Denée. Un nouvel opus sortie sans aucunes publicités où les riffs de guitares lourds et profonds feront traverser mers et océans à cet album étonnant.

Coups de cœur : Whisper, Erased, Harmonizer, Ride, Feel Good

Sortie le 3 août

Thomas Soulet

The LongoodBye – Tomorrow Never Came

Tomer Lavie nous présente son premier EP aux sonorités blues et soul aux images de film noir. Tomorrow Never Came est un bel objet sonore qui ne peut que nous rappeler le dernier album des Arctic Monkeys Tranquility Base Hotel & Casino. Originaire de Tel Aviv et domicilié à Berlin c’est dans un appartement vide avec juste son lit, une guitare et une table avec un vase dessus que l’israélien composa ces 5 titres tristes, mélancoliques et à l’humour sombre. Passionné de film noir, Tomer se donne le nom de The LongoodBye en hommage au film de Robert Altman de 1973. Cet Ep, que nous pourrions qualifier de noir, nous fait chavirer dans la bande son d’un film noir et blanc au coté d’un détective en mal de vivre.

Coups de cœur : Orchestrate Your Sins, Love Was Over, Tomorrow Never Came

Sortie le 23 juillet

Thomas Soulet

Durand Jones & The Indications – Private Space

Did I expect to do this shit once I got out of college ? Hell no.. Totally not. But this is what God is telling me to do – move and groove. So I’m gonna stay in my lane.” Des mots que Durand Jones évoque en riant dans la bio du groupe, qu’on trouve alors sur le site de Dead Oceans. Ce merveilleux label, ô combien apprécié dans la rédaction, qui hébergent les quantité Khruangbin, Kevin Morby, SlowDive. Ce merveilleux label qui nous offre aujourd’hui le troisième album de Durand Jones & The Indications. Un groupe né comme beaucoup, sur les bancs de l’université, dans l’Indiana, et qui s’adonne depuis quelques années maintenant à faire revivre les grandes heures de la soul 70’s. Private Space ne déroge pas à la règle, avec des bombes vocales, lancinantes et sensuelles comme Sea of Love ou Private Space qu’un génie comme Marvin Gaye n’aurait renié. Et si la formation ne surprend plus, dans le sens où ce sont déjà des incontournables du genre, elle cherche toujours à étendre son univers, s’offrant ici quelques incartades disco-funk bien senties comme sur Witchoo ou The Way That I Do. Pour finalement s’imposer, aux côtés des nouveaux enfants du groove SAULT, Mayer Hawthorne, Curtins Harding, Lee Fields etc. comme les nouveaux rois du courant.

Coups de cœur : Ride or Die, Private Space, Witchoo

Sortie le 30 juillet

Guillaume Lacoste

Blue Livingroom – For Keeps

C’est un peu par hasard que l’on se retrouve nez a nez avec For Keeps, premier album de Blue Livingroom, groupe dont on ne sait quasiment rien mais qui nous a convaincu immédiatement. La recette est simple, une musique sombre et 80’ aux synthés éclatants, un mix génial qui nous rappelle Black Marble et Motorama. Mais Blue Livingroom vient se dissocier de ces références avec une énergie tout de même plus fulgurante que ces derniers. Les guitares et les synthés nous prennent au corps, comme sur You’ll Know When It’s Over ou Exit Club. Tout l’album dessine ainsi une forme de virée nocturne hyper cinématographique et tout à fait exaltante. En résumé, du post punk comme on l’aime, plein de sincérité, de motifs sonores spontanés et de voix évaporées. 

Coups de cœur : Exit Club, Before We Met

Sortie le 16 avril

Caroline Fauvel

LCD Soundsystem – The Long Goodbye (Live @ Madison Square Garden) / 10th anniversary

Loin d’être une nouveauté, à vrai dire on parle même ici d’un classique. L’épique album live The Long Goodbye de James Murphy aka LCD Soundsystem, quand il foulait la grosse pomme et son temple mythique, le Madison Square Garden. 4 heures ô combien électriques où l’Américain reprend les titres phares de sa disco accompagné sur scène de pontes comme ses homologues canadiens Arcade Fire, Shit Robot, Juan Maclean et beaucoup d’autres. Un monument qui fête aujourd’hui ses 10 ans, l’occasion de rappeler en bonne et due forme qu’une version vinyle collector (5 LPs) ainsi qu’en CD (3 CDs) refait surface ce mois d’aout pour le bonheur de tous. Un monument qui n’aurait mérité meilleure conclusion que le magique New York I Love But You’re Bringing me Down. Sans doute une tranche de vie mémorable pour les chanceux qui y ont assisté. Le reste, vous pouvez toujours sortir votre portefeuille, vous ne le regretterez pas.

Coups de cœur : : us v them

Sortie le 7 juillet

Guillaume Lacoste

Auteur·rice

Fervente prêtresse de la pop française et de tout ce qui s'écoute avec le coeur.

    Vous pourriez aussi aimer

    More in MUSIQUE