Clips de la semaineMUSIQUE

LES CLIPS DE LA SEMAINE

Visuel : Guillaume Lacoste
Visuel : Guillaume Lacoste

Désormais, Maze vous propose une sélection de clips chaque semaine. L’occasion de commencer la semaine de la beauté plein les yeux et les oreilles. Aujourd’hui on retrouve les clips de Lorde, Mild High Club, Nao, Janie, Parquets Courts et MNNQNS.

Lorde – Mood Ring par Joel Kefali et Lorde

L’artiste néo-zélandaise revient avec un dernier clip précédent la sortie de son album Solar Power. Une atmosphère étrange s’en dégage, mêlant satire et mysticisme. On retrouve la chanteuse, blonde pour l’occasion, entourée de jeunes femmes discrètes. S’en suivent différentes pratiques spirituelles aujourd’hui popularisées : l’artiste allume un bâton de sauge et toutes saluent simultanément le soleil, trient leurs cristaux. Une esthétique brumeuse et intemporelle s’installe ; l’image est-elle sincère ? Au-delà de cette thématique holistique omniprésente, le clip se distingue bel et bien par son sous-ton satirique : I keep looking at my mood ring, tell me how I’m feeling. Lorde y dresse le portrait d’une société occidentale qui capitalise des pratiques spirituelles et culturelles qui ne lui sont pas propres afin d’offrir une réponse à nos inquiétudes quotidiennes.

Robin Schmidt

Mild High Club – Dionysian State par Foothead

Alex Brettin aka Mild High Club nous délecte de son nouveau single Dionysian State aux sonorités jeux vidéo jazzy. Après 3 albums délicieux dont un avec les fous de King Gizzard and The Lizard Wizard, le multi-instrumentiste nous présente sa nouvelle création Going Going Gone qui sortira le 17 septembre après 5 ans de silence. Ce morceau, toujours aussi lo-fi, nous présente une animation en boucle aux couleurs psychédéliques. Accompagné de Mac DeMarco pour les chœurs, ce nouveau single nous emmène dans un monde où Alex Brettin jouerait avec Mario à la guitare et Luigi qui nous comblerait avec ce superbe solo de saxophone pour final.

Thomas Soulet

Nao – Wait par Lisette Donkersloot

L’artiste londonienne propose un clip, issu de son album à venir, And Then Life Was Beautiful. Dans l’obscurité du néant, on ne distingue qu’une seule lumière : voilà Nao, enveloppée d’une végétation majestueuse. Au-delà de son havre personnel, rien n’est apparent ; c’est un océan de vide et de reflets. Elle captive du pouvoir de sa simple voix et loue les vertus de la patience, avec soi ainsi qu’avec les autres. Dès lors, des corps immobiles se dessinent à l’horizon, pareils à des rochers en pleine mer. La caméra se concentre à nouveau sur l’artiste, au cœur même de cette flore luxuriante, puis s’éloigne. Les corps sont désormais plus imposants et surplombent NAO. Ces parts d’elle se retrouvent exposées, exagérées, et offrent une dernière image surréaliste et marquante.

Robin Schmidt

Janie – Piano Coccinelle par Élisa Baudoin

Au-delà de la simple collaboration professionnelle, le duo artistique Janie-Elisa Baudoin devient peu à peu une évidence. La musique de la première se voit complimentée par les images de la seconde. Avec une véritable identité visuelle, ces clips confèrent à chacune des chansons une atmosphère poétique, dont les décors nous enivrent. Cette fois, c’est au cœur du légendaire bassin de la piscine Molitor que se déroule la séance musicale. Parsemée de coccinelles, l’image est un doux bonheur visuel. Elisa parvient à imaginer une direction artistique fascinante : les lumières assimilées à l’architecture et aux costumes transportent là, où les paroles de Piano coccinelle étourdissent.

Léïna Jung

Parquet CourtsWalking at a Downtown Pace par Daniel Arnold

Les New Yorkais de Parquet Courts nous emmène dans les rues de leur ville natale dans un clip complètement loufoque. Leur nouveau single Walking at a Downtown Pace nous exhibe ce rock énergique et bestial qui est bien connu du quatuor. Daniel Arnold nous montre en mode caméra embarqué les déboires et excentricités de la Big Apple. En voiture et accompagné du groupe, le réalisateur s’amuse à nous faire suivre une nuit d’ivresse chez les Yankees à l’image de ce titre tapageur et rassembleur. Armé d’une ligne de basse bien lourde et de solos de guitare crados, les Parquet Courts signent avec ce nouveau single garage-rock un retour électrisant.

Thomas Soulet

MNNQNS – Stagnant Pools par Léo Ramaën

Deux ans après la sortie de leur premier album Body Negative, MNNQNS nous gâtent d’un sublime et envoûtant clip interactif pour l’un des morceaux figurant sur leur LP, Stagnant Pools. Une bulle abstraite et mélancolique, guidée par la voix et les guitares lancinantes. Les animations contemplatives, mises en oeuvre par Léo Ramaën, nous embarquent, depuis la chambre d’un hôtel et son couloir renversant, jusque dans la piscine du lieu. On plonge alors dans une nuée d’étoiles… Nous voilà devant un moniteur TV, qui se trouvait également au départ dans la chambre. Cette fois-ci, il flotte sur l’immensité d’eau, surplombée d’un ciel intense.

Leelou Jomain

Vous pourriez aussi aimer