CINÉMA

« The Sparks Brothers » – Pour l’amour fou de la musique

The Sparks Brothers - Copyright Alba Films
The Sparks Brothers - © Alba Films

Avec The Sparks Brothers, Edgar Wright rend hommage à la carrière folle d’un groupe de pop pas comme les autres. Un documentaire passionnant et jubilatoire.

Dans l’histoire de la musique, des années 60 à nos jours, ce ne sont pas les grands groupes qui manquent. Nombreux sont ceux qui ont fait danser génération après génération, se disputant la première place dans le cœur des fans et à la tête des charts. Mais le vrai génie réside souvent dans des groupes moins connus, qui ont pourtant marqué avec autant d’ardeur l’histoire de la musique. Sparks est de ceux là. Remis sur le devant de la scène avec Annette de Leos Carax, ce groupe étrange, fondé par deux frères, a derrière lui une carrière à faire rougir le Rock & Roll Hall of Fame.

Il y a, dans la carrière des Sparks, une indéniable poésie. Un amour si profond, si pur de la musique. Une envie furieuse de rester fidèle à une identité émancipée de tout code. Dans The Sparks Brothers, cette folle épopée, s’étendant sur plus de cinquante ans, prend vie sous nos yeux. Un à un, les fans du groupe défilent. Red Hot Chili Peppers, Duran Duran, les noms de ces fans sont tous plus familiers les uns que les autres. Raconter un groupe à travers ceux qu’il a inspiré, voilà la promesse d’Edgar Wright.

Polis, sympathiques et follement attachants, les deux frères sont presque des anti-rock stars… Et pourtant ! Pourtant on sent en eux la cadence folle d’une imagination sans faille, d’une vie dédiée entièrement et totalement à la musique. Cet absolu musical, c’est la clé pour comprendre Sparks. De leur vie privée, on ne sait quasiment rien. Et ce n’est pas plus mal. Avoir la délicatesse de ne pas s’épancher sur eux même leur confère un charme bien rare par les temps qui courent.

Sparks, toujours avant-gardistes

Peu à peu, Russel et Ron sont révélés à l’écran dans leur vraie nature : celle de deux grands artistes. Ils font sans aucun doute partis des plus grands, même si le destin les a trop souvent relégués au second plan. Toujours à deux doigts de devenir LE groupe préféré des fans, Sparks a tracé sa route et défendu sa place avec une détermination qui force l’admiration. Refusant toujours de rentrer dans une case, leur passion a transcendé une carrière riche et libérée.

Les Sparks montrent que s’émanciper des tendances, c’est s’autoriser à créer un monde plus fou, et donc plus libre. Et la recette fonctionne. Leur musique a inspiré et précédé les plus grands noms de la musique. En cinquante ans, les deux frères ont traversé les époques, se réinventant au rythme effréné d’une créativité sans borne. Se pencher sur leur carrière, c’est aussi redécouvrir l’histoire de la musique sur les dernières décennies, et comprendre que Sparks l’a souvent devancée. 

Loin des querelles publiques des frères Gallagher d’Oasis, Russel et Ron Mael vivent leur musique et leur fraternité dans une union parfaite. Ils sont si profondément l’opposé l’un de l’autre, pourtant l’harmonie existe, simplement, sans prétention, ni logique. À l’écran, l’amour de deux frères se dessine naturellement. L’amour, mais aussi la fierté d’avoir construit une carrière à leur image. Les paroles de Ron donnent vie à la voix exceptionnelle de Russel. Leurs opéras rocks entêtent, témoignages enjoués d’un talent évident.

La musique avant tout

Edgar Wright livre un documentaire musical grandiose. The Sparks Brothers fait honneur au genre en proposant de raconter l’histoire extraordinaire de deux génies musicaux avec un humour renversant. Le réalisateur était la seule et unique personne à pouvoir capturer si justement cet univers à part. Il a compris l’essentiel : inutile de chercher à mettre Sparks dans une boîte. Pas besoin de les emprisonner dans des catégories convenues. Leur force créative brise tous les murs et c’est dans la liberté qui leur est chère qu’on les découvre réellement. On sent à l’image une confiance totale. Les frères se livrent entièrement, avec une légèreté communicative et une joie palpable.

Déjanté, explosif, l’univers des Sparks est un mélange savant d’humour et de talent brut. Album après album, les Mael se réinventent sans jamais faire de concession sur l’essentiel : la musique. Edgar Wright capte cet univers avec une justesse renversante, transportant le spectateur dans un voyage fou et imprévisible, tout en musique évidemment. Sparks, c’est le vrai talent. Celui qui ne meurt jamais, qui n’appartient à aucune époque. Celui qu’on ne peut pas enfermer, ni faire taire, malgré les années qui passent. Et c’est tant mieux. 

Auteur·rice

Vous pourriez aussi aimer

More in CINÉMA